Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Manuels Les débuts du monde musulman, VIIe-Xe (collectif)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les débuts du monde musulman, VIIe-Xe (collectif)

dbutsmondemusulmanL’historiographie des débuts de l’islam est en plein renouveau depuis quelques années, tout comme l’étude de l’Arabie préislamique. Dans quel contexte est apparu l’islam ? Comment s’est-il étendu et organisé par la suite ? Et, surtout, quelles ont été ses relations avec les autres religions de la région, le judaïsme, le christianisme mais également, on les oublie souvent, le zoroastrisme et le manichéisme ? C’est à toutes ces questions, et à bien d’autres encore, que propose de répondre l’ouvrage dirigé par Thierry Bianquis, Pierre Guichard et Mathieu Tillier, Les débuts du monde musulman, VIIe-Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes (PUF, coll. Nouvelle Clio).recommande


 

 

Les objectifs de l’ouvrage Les débuts du monde musulman, VIIe-Xe siècle

S’adressant à un public avant tout étudiant, ainsi qu'aux professeurs du secondaire et aux journalistes, le livre a pour ambition de présenter la diversité du contexte dans lequel est né l’islam, puis comment cette diversité a été gérée dans la mise en place d’une forme d’Etat musulman se voulant uni. L’étude de la gouvernance du monde musulman est cependant rendue très difficile par le manque de sources contemporaines, ce sur quoi les auteurs insistent, tout en consacrant une partie entière de l’ouvrage aux interprétations contemporaines de l’histoire du monde musulman.

Le volume est divisé en deux gros morceaux, eux-mêmes découpés en sept grandes parties et pas moins de trente-six chapitres, auxquels il faut ajouter des annexes conséquences et une indispensable bibliographie.

La construction du premier espace musulman

Ce premier bloc regroupe les trois premières parties et dix-huit chapitres. Les auteurs plantent d’abord le décor en présentant « le Moyen-Orient au début du VIIe siècle. Espaces politiques et religieux ». La péninsule Arabique avant la prédication de Muhammad ouvre le propos, avant que soient développées des parties sur les voisins (Byzance et Perse) et sur les autres religions de la région (judaïsme, christianisme, zoroastrisme, manichéisme).

La seconde partie, plus classique, montre, au travers d’une relecture des sources, la construction du pouvoir musulman « aux quatre premiers siècles de l’Hégire », avec le découpage suivant : « de Muhammad à l’assassinat d’Ali », « La dynastie omeyyade de Damas », « La première conquête et ses frontières » et « le premier âge abbasside ». Le chapitre XI se concentre sur « les premières fractures religieuses et politiques » comme le khârijisme, le chiisme ou le mu’tazilisme, et leurs rapports avec le sunnisme. Les deux chapitres suivants s’intéressent à l’Occident musulman, soit le Maghreb et l’émirat de Cordoue.

La troisième partie est essentiellement consacrée à « la crise du califat abbasside » et, dans le prolongement, à l’émergence des califats fatimide et omeyyade de Cordoue, ainsi qu’à leur affrontement pour le contrôle du Maghreb. Le dernier chapitre de cet ensemble se veut « une approche globale des économies et sociétés aux premiers siècles de l’islam », en insistant sur la diversité, voire les fractures (par exemple entre Orient et Occident musulman).

Une civilisation nouvelle sur un espace immense, une homogénéité fragile

La suite logique montre « un monde musulman contrasté », dès la quatrième partie. On entre ici dans, peut-être, ce qui est le plus nouveau et original dans l’ouvrage, par rapport à d’autres manuels.

Cette quatrième partie aborde des sujets aussi variés que le soufisme, la diffusion de l’arabe ou la littérature et la poésie. La suite revient sur l’influence des « [héritages anciens sur cette culture nouvelle] ». C’est ici que Claude Gilliot développe le chapitre sur « le débat contemporain sur l’islam des origines ». Dans le chapitre qui suit, il se concentre sur « la transmission du message [Coran, hadiths] » de Muhammad et sur le rôle des juristes et des théologiens. A l’instar de la littérature dans la partie précédente, sont ici étudiés les sciences, la médecine, la pensée philosophique et l’art musulmans durant cette période.

La question récurrente, et parfois polémique, des relations entre musulmans et non-musulmans est l’objet de la sixième partie et, une fois encore, ce ne sont pas uniquement les chrétiens et les juifs qui intéressent les auteurs, mais également les zoroastriens et les manichéens au sein du monde musulman.

Enfin, la septième partie montre « [les limites de la réussite de la culture matérielle] » en Islam, avec des thèmes rarement évoqués dans les manuels, comme l’agriculture, et d’autres plus classiques comme « la ville musulmane ». Le dernier chapitre, que l’on doit à Jean-Claude Garcin, est une parfaite introduction au passionnant sujet de la géographie arabe.

L’avis d’Histoire pour tous sur Les débuts du monde musulman, VIIe-Xe siècle

Impossible de résumer et de rendre tout à fait hommage à l’ampleur de cet ouvrage monumental de près de 650 pages. Chronologie, tableaux des dynasties, index complet, et bibliographie classée (mise à jour, comme les autres annexes, sur le site des PUF !), le volume est fidèle à la collection Nouvelle Clio et à sa volonté de quasi-exhaustivité. On peut bien sûr citer les tomes Etats, sociétés et cultures du monde musulman médiéval (Xe-XVe siècle).

Alors, évidemment, c’est très dense, souvent un peu sec, et la multitude des sujets abordés oblige parfois à un traitement un peu rapide de certains d’entre eux. Mais ce nouveau tome n’en est pas moins totalement incontournable et indispensable, avant tout pour le premier public visé, c’est-à-dire les étudiants en histoire de l’Islam médiéval. Plus largement, tous les passionnés de cette période doivent le consulter (au moins) et, comme le proposent les auteurs, il ne serait pas de trop que les journalistes fassent de même dans le contexte actuel…

 

- T. Bianquis, P. Guichard, M. Tillier (dir), Les débuts du monde musulman, VIIe-Xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, PUF, coll. Nouvelle Clio, 2012.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire