Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Romans L’Honneur de Sartine (Jean-François Parot)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L’Honneur de Sartine (Jean-François Parot)

sartine Nicolas Le Floch, commissaire aux affaires extraordinaires au Châtelet sous feu le règne de Louis XV et présentement sous celui de Louis XVI, revient pour de nouvelles enquêtes dans L'Honneur de Sartine, neuvième opusde la série à succès de Jean-François Parot. Une nouvelle bonne occasion pour plonger dans la chaleur et l’agitation du Paris du XVIIIe siècle, plus précisément de l'été 1780, à travers un roman historique entre polar et thriller.

 

Intrigue policière et trame historique

L’Histoire n’est pas, comme nous pouvons le retrouver dans bien des romans historiques, qu’une toile de fond sans âme surtout quand nous touchons également le genre du roman policier. Elle s’inscrit au contraire dans l’intrigue principale de cet ouvrage. Cette intrigue, c’est la mort suspecte d’un ancien et aigri contrôleur général de la marine alors que la France est en pleine guerre contre l’Angleterre sur le Nouveau Monde, autant dire une guerre où la marine possède un rôle primordial. Crime familial ? Question d’héritage ou haine farouche ? C’est sans compter les secrets d’Etat dont serait détenteur la victime. Plus que la résolution d’une simple affaire criminelle, ce sont les enjeux de l’Etat, les enjeux du « Roy » qui sont menacés alors que les espions anglais roderaient dans la capitale. Le contexte historique se révèle ainsi particulièrement présent tout au long du déroulement de l’enquête, faisant intervenir de nombreux et prestigieux personnages historiques à commencer par les grands de l’époque, Louis XVI et ses ministres – Sartine et Necker – en tête. C’est ainsi un savant mélange de personnages fictifs et de personnages réels avec des attitudes et des événements principalement fictifs même si dans les très grandes lignes, l’auteur s’appuie sur des faits réels. Cependant, outre l’importance de ce contexte et la qualité de l’intrigue policière, c’est surtout la reconstitution du Paris de l’époque à laquelle se livre le romancier qui séduit et étonne.

Un riche et documenté tableau de Paris

L’un des grands intérêts de ce livre mais aussi de toute la série est véritablement de nous plonger dans le Paris du XVIIIe siècle. Tout d’abord en nous livrant une véritable carte de la capitale, de la basse geôle du Grand Châtelet au château de Versailles, en passant par les hôtels particuliers ou encore les tavernes et lieux de perdition. Mais ce tableau ne saurait être complet sans l’utilisation du vocabulaire ainsi que de citations d’époque permettant une immersion encore plus importante dans ce siècle des Lumières. Ce vocabulaire, particulièrement présent dans les dialogues, contribue à rendre plus vivante cette représentation de Paris. A ce titre, il devient indispensable quand survient l’heure d’aborder la gastronomie de l’époque. Les nombreux passages de description des arts culinaires sont souvent un régal pour nos sens :

« - Paix ! Salivez ! Vous goûterez ce soir une boularde roulée aux crêtes. Belle bête, mortifiée à raison, que j’ai lardée bellement. […] Je l’ai désossée et farzie des blancs d’une de ses sœurs mêlés de lard et d’un peu de porc. À tout cela, j’ai ajouté mie de bain trempée dans la crème, épices à l’ordinaire et six œufs, les jaunes seulement pour lier le tout. […] Une bonne braise a barachevé la chose que de ce bas je vais vous servir avec un ragoût de crêtes.
 
- Tout nu ?
 
- Point. Avec des champignons et des truffes et lié d'un coulis de veau. Vous ne le méritez pas ! »
 

A l’instar des écrits d’un Rétif de la Bretonne (Les Nuits de Paris ou le Spectateur nocturne, 1788-1794) ou d’un Louis-Sébastien Mercier (Tableau de Paris, 1781), le lecteur peut ainsi avoir la sensation de lire une œuvre d’époque, indéniablement documentée tant sur la ville que sa société et ses mœurs tout en ayant le plaisir de se plonger dans un roman policier.

Ce nouvel opus reprend ainsi tous les ingrédients qui ont fait le succès des précédents romans. Le lecteur trouvera ainsi une indéniable continuité dans la vie du petit commissaire breton, qui notons-le, manque parfois d’originalité et de renouvellement. Toutefois, nous ne pouvons qu’impatiemment attendre la suite des aventures de Nicolas Le Floch, homme éclairé mais royaliste fidèle à mesure que se rapproche inexorablement la Révolution française.

L'honneur de Sartine de Jean-François Parot, JClattes, Paris, octobre 2010.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire