Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Romans L’Aphrodite profanée (Cristina Rodríguez)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L’Aphrodite profanée (Cristina Rodríguez)

aphrodite_profaneeTroisième opus des aventures du centurion du prétoire Kaeso toujours accompagné de Io son fidèle et redoutable léopard. Cristina Rodríguez nous offre dans son dernier roman, L’Aphrodite profanée, un nouveau polar dans la Rome antique du premier siècle de notre ère. Reprenant les ingrédients qui ont fait le succès des ouvrages précédents, notamment une rigoureuse documentation historique, ce polar propose une intéressante et vivante immersion dans la vie quotidienne, les intrigues et les mœurs de la haute société romaine.


 

 

Présentation de l’intrigue

Rome, sous le règne de Tibère. La garde prétorienne est mise en échec et ridiculisée suite à une série d’enlèvements d’enfants de patriciens. Parallèlement, une précieuse statuette représentant la déesse Aphrodite est dérobée à un membre de la famille impériale lors d’un banquet dont Kaeso avait en charge la sécurité, ne laissant dans son sillage que cadavres et interrogations. Le centurion et son équipe n’ont plus le droit à l’erreur, ils doivent mener de front ces deux enquêtes les confrontant aux délicates hautes sphères de la société romaine. Il est impératif de redorer le blason de l’unité d’élite de l’armée romaine en charge de la protection de l’Empereur et de lever l’humiliation subie.

Une formidable précision historique

D’une plume légère, d’un style séduisant, c’est avant tout la précision historique de ce polar qui étonne et attire. Là où nombre de romans historiques se laissent aller à l’approximation et à la fantaisie, Cristina Rodríguez ne cède pas à la facilité. Dans la lignée de ces biographies sur des empereurs romains comme Le César aux pieds nus consacré à Caligula, donnant un nouveau regard sur ce personnage à l’historiographie peu flatteuse, l’auteur continue d’exposer ce nouveau regard du troisième empereur la dynastie des Julio-Claudiens, ici présent dans le roman comme ami proche de Kaeso. A l’instar des enquêtes de Nicolas Le Floch, polars de Jean-François Parot dans le Paris agité du XVIIIe siècle, c’est un véritable tableau de la Rome du premier siècle de notre ère que nous expose Cristina Rodríguez. Si l’opus précédent, Meurtres sur le Palatin, nous entrainait au cœur de la plèbe et des bas-fonds de la ville, le présent roman nous plonge au contraire dans la haute société des patriciens et de leurs mœurs parfois bien sulfureuses et aborde un certain nombre de thèmes tels que le trafic d’œuvres d’art ou encore le milieu des courtisanes.

Que retenir ?

Nous ne pouvons que conseiller ce roman historique aux personnes désireuses de découvrir avec légèreté la vie quotidienne de la Rome antique autour d’une enquête policière. Le style moderne et simple de Cristina Rodríguez permet une facile immersion à travers une société fortement codifiée et loin d’être aisément appréhendable alors que l’on s’attache rapidement au prétorien et à son entourage. Seuls bémols de ce polar : une intrigue parfois trop conventionnelle, des enquêtes moins palpitantes que celles des opus précédents ainsi que des relations psychologiques qui n’avancent que lentement entre les différents protagonistes. Mais qu’importe, nous attendons déjà avec impatience la suite des aventures du grand et beau centurion germain Kaeso pour plonger une nouvelle fois dans la fascinante et envoutante Rome antique.

L'Aphrodite profanée, de Cristina Rodriguez. Editions du masque, mars 2011.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire