Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Romans Jeanne d'Arc, jeune fille de France brûlée vive (Max Gallo)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Jeanne d'Arc, jeune fille de France brûlée vive (Max Gallo)

Jeanne_dArc_2A l’approche de la date anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc l’ouvrage de Max Gallo est certainement celui qui envoûtera le plus les lecteurs invités à une geste épique sans pareil. Epique, c’est certain ! Basé sur un sérieux travail de recherche l’œuvre n’en est pas moins largement romancée, donnant à l’Histoire ce souffle entrainant et irrésistible que n’ont pas les ouvrages universitaires. Avec Max Gallo l’Histoire vit. Non seulement l’Histoire mais aussi ses acteurs, et à travers cet ouvrage c’est réellement Jeanne d’Arc qui revit de pages en pages. Chaque chapitre est un battement de cœur. Qu’importe si la Pucelle fut privée de sépulture,  comme le disait Malraux « la tombe des héros est dans le cœur des vivants ». Et la plume de Max Gallo est certainement la meilleure pour ouvrir nos cœurs à Jeanne d’ Arc.coup-de-coeur

 

 

L’auteur

Max Gallo, Historien et écrivain, membre de l’académie française, est un des génies du roman historique. Sa technique est éprouvée, elle se base sur un minutieux travail de recherche tel que l’effectue tout historien pour en tirer les faits, pour tenter de s’en rapprocher tout du moins en croisant les sources, en les triant, en gardant un esprit critique… Mais là où un universitaire se contenterait d’exposer ce que disent les sources de façon détachée, presque clinique, ne les liant entre elles qu’à travers une problématique précise, Max Gallo lui les intègre à une œuvre plus vaste. Les faits apportés par les sources sont reliés les uns aux autres par le talent de l’écrivain, les trous dans les sources sont comblés par l’art du romancier et de fil en aiguille Max Gallo nous livre une œuvre vivante et épique, pleine de vie et de dynamisme : loin, bien loin, des manuels universitaires…

max_gallo1Ces romans historiques sont à n’en pas douter l’exercice de style qui fait la gloire de Max Gallo. Sa plume a déjà redonné vie à Napoléon, à De Gaulle, à Victor Hugo, à César, Spartacus, Néron, Titus, Constantin, Louis XIV et maintenant, à l’approche des 600 ans de sa naissance : Jeanne d’Arc !

Jeanne d’Arc. Jeune fille de France brûlée vive

Le roman commence par le bûcher et la mise à mort de Jeanne à Rouen le 30 mai 1431. La plume est précise, les détails nombreux, la scène inspire à la fois la pitié et la colère. Sur ceux l’auteur enchaine par un retour à la bataille d’Azincourt en 1415, sur la fine fleur de la chevalerie française succombant sous les flèches anglaises, sur ces archers qui égorgent les chevaliers français, qui ne font quasiment aucun prisonnier, bafouent les règles de la chevalerie au profit d’une extermination réglée. Le second chapitre n’est pas encore entamé que le lecteur sent déjà monter en lui le mépris de l’envahisseur, la volonté farouche de le rejeter à la Manche ! Alors le lecteur est prêt, prêt à s’écouter conter l’histoire de cette fin de la Guerre de Cents Ans, cette histoire d’une vierge venue sauver le Royaume de France perdu par Isabeau de Bavière. Au massacre d’Azincourt survivra le chevalier Guillaume de Monthuy, personnage fictif au service de Robert de Baudricourt, seigneur de Vaucouleur. Vaucouleur, seigneurie fidèle aux Armagnacs bien qu’enchâssée au milieu des Bourguignons. Vaucouleur, châtellenie dont dépend le village de Domrémy, avec son église et son petit château tenu par un riche et honnête laboureur : Jacques d’Arc. Dès lors le lecteur ne quittera plus la chaste Jeanne, ou plutôt Jeannette, comme on l’appelle alors. Il suivra l’évolution de cette enfant pieuse grandissant sur un territoire ravagé par les routiers de tous bords. En un temps où les villages sont à la merci des troupes armées, des brigands, où les chaumières sont brûlées, les femmes violées, tout ce qui respire égorgé, tout ce qui pousse mis à terre… Jeanne elle s’en remet au spirituel. A Dieu. A Saint-Michel, dont les Anglais tentent en vain de prendre le sanctuaire en Normandie. A Sainte Catherine et Sainte Marguerite. A-t-elle réellement entendu des voix lui ordonner de faire sacrer Charles VII à Reims ? S’en est-elle simplement convaincu ? S’il y eu des voix : étaient-elles divines ? Sur ces questions Max Gallo ne se prononce pas, il nous offre une vision externe de Jeanne à travers ce Guillaume de Monthuy qui l’accompagnera durant toute son épopée. Guillaume apportera son analyse des événements sans pour autant prétendre avoir toutes les réponses. Il y a des moments où il croit en la Mission de Jeanne comme il y a des moments où il doute. Tantôt sceptique, tantôt ardent défenseur de la Pucelle, il ne peut cependant qu’admirer la détermination et la foi de cette jeune fille qui passe des nuits à prier, réalise l’impensable, renverse le cours d’une guerre et marche consciemment vers une mort certaine. A travers Guillaume de Monthuy le lecteur est happé dans une chevauché aux côtés de Jeanne d’Arc, de Domrémy à Rouen, du sacre au bûcher, pour le meilleur… Et pour le pire.

Notre avis

A l’heure où les séries TV déforment à  leur guise l’Histoire en espérant s’accaparer l’audimat par le sexe et le sang. A l’heure où l’Histoire de France est elle aussi jetée au bûcher par l’éducation nationale. A l’heure où la conscience nationale elle-même se réduit à peau de chagrin. Oui, les romans fictions de Max Gallo tombent à point nommé pour offrir à tout un chacun des connaissances historiques tout en lisant avec plaisir un roman entrainant, tracé sous une plume avertie. Effectivement ce ne sont que des romans, une part sort de l’imagination fertile de l’auteur, et cela parfois gêne les férus d’Histoire. On aimerait que Max Gallo nous rajoute quelques notes de bas de page pour que le néophyte puisse déterminer la part du fait et la part du roman. Jeanne_dArc_1On les entend encore des les couloirs d’universités ces enseignants chercheurs maudire les journalistes qui invitent Max Gallo et non eux pour des questions d’Histoire… Peut-être devraient-ils se remettre en cause, à vouloir faire de l’Histoire une science dure ils l’ont rendue froide. Rejetant la vulgarisation, vue comme une basse besogne alors qu’elle devrait être un devoir, ils ont laissé la société se détacher de sa propre histoire, de sa propre identité… A travers ses romans Max Gallo répare en partie cette erreur, serviteur des arts et des lettres il avance comme un héraut de l’Histoire à la rencontre de cette multitude qu'est le peuple de France.

 

Max Gallo, Jeanne d'Arc. Jeune fille de France brûlée vive, XO Editions, Octobre 2011.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire