Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Romans La quête (Robert Lyndon)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La quête (Robert Lyndon)

Visuel La quete Robert LyndonPremier roman de Robert Lyndon, La quête se présente comme une grande épopée médiévale en plein XIe siècle. Au lendemain de la prise de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant et à la veille de la première croisade, nous partons pour une longue, lointaine et périlleuse expédition de l'Angleterre normande à l'Anatolie seldjoukide en passant par le Groenland et tout en suivant les traces des navigateurs varègues à travers la Russie. L'auteur nous plonge ainsi dans une magnifique aventure humaine où chacun détient ses propres raisons pour se lancer dans une telle aventure.

 

Résumé

Suite à la terrible défaite de Manzikert en 1072, les chrétiens apparaissent plus divisés et affaiblis que jamais face aux musulmans. Vallon, un mercenaire franc au passé trouble et Hero, un jeune érudit sicilien, font route pour l'Angleterre. Ils sont porteurs d'une demande de rançon pour obtenir la libération d'un noble normand, fait prisonnier à cette bataille de Manzikert par les Seldjoukides. À défaut de pouvoir payer l'exorbitant montant de la rançon, ce sont deux pairs de faucons blancs, espèce rarissime vivant au confins du monde connu qui devront être livrés auprès de l'émir Suleyman. Alors que l'entreprise apparaît difficilement réalisable, des voix s'élèvent déjà pour l'empêcher à commencer par le demi-frère du noble normand, bien décidé à devenir le seul héritier de la seigneurie. Commence alors une véritable odyssée dont se dessine un enjeu bien plus important : le découverte de l'Évangile perdu de saint Thomas.

Notre avis

Il ne faut pas se fier au quatrième de couverture du livre. En effet, celui-ci laisse à penser que le lecteur est en présence d'un énième thriller historico-ésotérique amenant à bouleverser les fondements du christianisme sous fond de croisade, il n'en est rien. Bien au contraire, La quête tend à se rapprocher des grandes fresques médiévales de Ken Follett dont la longueur du présent ouvrage (926 pages) peut donner à comparaison. Mais à chacun sa spécialité ! Lyndon ne nous parle pas d'architecture mais centre son récit sur son métier : la fauconnerie, un thème insolite se révélant passionnant. Il en résulte une très belle peinture du Moyen Âge, assez fidèle et bien documentée amenant avec intelligence certains mythes de l'époque comme celui du prêtre Jean et de sa fameuse lettre. De plus, l'auteur sait parfaitement construire et fluidifier son récit pour ne jamais perdre ou ennuyer le lecteur. Ajoutons au tableau des personnages attachants, une vibrante expédition riche en rebondissements sans pour autant en abuser. Ainsi, tous les ingrédients sont réunis pour plonger dans une véritable épopée romanesque.

Extrait

« - Voilà un autre bateau ! » s'écria Syth.
Le traînard était à plus d'une lieue au sud, on apercevait tout juste sa voile à l'horizon. Ils la regardèrent grossir.
« Lui aussi, il est abîmé, commenta Raul. Il avance en crabe. Et vous avez vu comme sa ligne de flottaison est basse ? »
Wayland bondit sur le plat-bord en s'aidant d'un hauban. Il se dressa aussi haut qu'il pouvait pour scruter l'horizon, la main en visière.
Vallon le vit froncer des sourcils.
« Un problème ?
- Ce n'est pas un bateau islandais.
- C'est quoi, alors ? »
Le garçon baissa les yeux.
« Un drakkar. Un bateau dragon. »
Raul s'asséna une claque sur la cuisse.
« Diantre, pourquoi je m'en suis pas rendu compte ? »
Vallon le dévisageait, perplexe.
« C'est un drakkar viking, capitaine. Un bateau de guerre. C'est pour ça que la coque est si basse. Il est construit tout en longueur pour gagner en vitesse. Et y a rien qui cloche avec son gouvernail. Il cherche à se mettre sous le vent par rapport à nous avant d'attaquer. »
Sur les bateaux islandais, personne n'avait identifié le danger. Helgi et le capitaine du bateau accidenté s'enferraient dans leur querelle. Le navire du premier disposait d'un gouvernail de rechange, mais Helgi refusait de s'en séparer.
« Tu ferais mieux de les prévenir », conseilla Vallon.
L'annonce de Raul figea un instant les Islandais, qui se mirent ensuite à courir en tout sens, pareils à des rats affolés. Une femme, la tête rejetée en arrière, poussa un hurlement désespéré.

Robert Lyndon, La quête, traduit de l'anglais par Élodie Leplat, Éditions Sonatine, Paris, 2013.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire