Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Romans Les Douze Enfants de Paris (T. Willocks)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les Douze Enfants de Paris (T. Willocks)

Les Douze Enfants de ParisAprès La Religion mettant en scène le siège de Malte par Soliman le Magnifique, Tim Willocks revient avec le second volet de sa trilogie sur la Renaissance : Les Douze Enfants de Paris, se déroulant pendant le massacre de la Saint Barthélémy. Un nouveau roman monstre, tant par sa taille – plus de neuf cents pages – que par sa flamboyante férocité ; un roman sans concession, violent et cru mais également hypnotisant et bluffant de réalisme ; un roman épique et extrême, à ne pas mettre entre toutes les mains.coup-de-coeur

 Synopsis

La veille de la Saint Barthélémy, Mattias de Tannhauser, un chevalier de Malte arrive dans un Paris chaud et puant pour retrouver sa femme enceinte, Carla. Alors que les tensions s'exacerbent entre catholiques et huguenots, Mattias comprend rapidement se trouver victime d'une conspiration menant à l'assassinat de son épouse. Au cœur d'un innommable déferlement de haine entre les deux religions, le chevalier n'a d'autre choix que de se frayer un sanglant chemin pour sauver sa bien-aimée, un chemin semé d'embuches mais aussi de rencontres comme celle avec Grymonde, meurtrier et roi des voleurs, archétype du Quasimodo de Victor Hugo.

La précision du chirurgien

Tim Willocks excelle à nous faire partager sa profession par le prisme de l'histoire. Non pas que le roman traite de chirurgie, loin de là, mais par sa précision historique, son érudition et son souci du détail. L'auteur nous conte sur quelque trente-six heures avec une rare et sanguinaire noirceur le massacre de la Saint Barthélémy. Mais plus encore que livrer au lecteur le récit de ce terrible événement de l'histoire de France, il expose un saisissant portrait de Paris alors encore contenu dans l'enceinte de Charles V. De la rive sud étudiante, dépravée et bohême en passant par le marché des Halles, de l'agitation huguenote du Louvre aux bas-quartiers des cours au nord de la ville, véritable labyrinthe, nous nous délectons de la vision de cette capitale puante et sauvage en proie à la haine aveugle et à l'anarchie généralisé. Nous croisons d'ailleurs nombre de personnages historiques tel le fanatique duc de Guise, le chirurgien du roi Ambroise de Paré ou encore le champion des protestants, l'amiral Gaspard de Coligny. Contexte et décor sont ainsi admirablement rendus. Mais la chirurgie ne s'arrête pas à la description de Paris, elle se révèle omniprésente à travers le déluge de coups mortels que délivre notre chevalier de Malte.

La jouissance de l'antihéros

Mattias Tannhauser a toutes les caractéristiques du héros grec : une noble quête, sauver sa femme enceinte de la mort ; de nobles valeurs comme le sens de l'honneur et le souci de protéger le faible face au fort mais on ne saurait le qualifier de héros tant les ténèbres l'accompagnent dans son funeste destin. Guerrier aux plaies du passé encore béantes, sa tendre épouse n'a pas son pareil pour le décrire :

« était tombée amoureuse de lui en le regardant torturer puis tuer, sous ses yeux, un prêtre sans défense. L'image qu'elle avait en tête était celle d'un homme capable d'actions qu'elle ne pouvait même pas imaginer ; qui pouvait violer toutes les limites de la morale ou de l'honneur, même du sien : qui pouvait balafrer son âme jusqu'au plus profond ; pour elle. »

Insensible au carnage se déroulant sous ses yeux, il n'a qu'une obsession, sauver sa femme, faisant passer de vie à trépas tout obstacle et empilant, inlassablement au fil des pages, les cadavres toujours plus nombreux. Brutal, sauvage et cruel mais au fond de lui profondément humain, Mattias Tannhauser représente cet antihéros qui nous passionne, qui fait battre nos cœurs et que nous souhaiterions suivre aveuglément, quitte à aller en enfer.

Quand Dumas rencontre Céline

Dès le début, nous ne pouvons que faire le rapprochement entre Les Douze Enfants de Paris et La Reine Margot de Dumas racontant les atrocités de la Saint Barthélémy. Mais très vite, le cynisme et le nihilisme de l'œuvre nous amènent dans un Voyage au bout de la nuit. D'aucuns pourraient percevoir le roman comme un déluge de gore mais il n'en est rien. Par son talent narratif et visuel, Tim Willocks emporte tout sur son passage mais n'oublie pas d'insuffler à son œuvre une dimension supérieure. En effet, au delà de l'aspect romanesque, la réflexion philosophique et politique n'est jamais très loin, sans parler du côté psychologique des personnages, immédiatement attachants ou repoussants.

Réaliste et érudit, sanglant et épique, Les Douze Enfants de Paris est une fresque historique viscérale qui ne pourra vous laisser insensible.

Tim Willocks, Les Douze Enfants de Paris, Éditions Sonatine, Paris, 2014.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire