Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Romans Malefica, La voie du livre (Hervé Gagnon)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Malefica, La voie du livre (Hervé Gagnon)

Malefica Tome 1Avec Malefica, La voie du livre, Hervé Gagnon signe sa nouvelle saga historique, entre thriller et ésotérisme. Reprenant les codes qui ont fait le succès de sa précédente saga médiévale, Damné, nous plongeons cette fois dans la France d'Ancien Régime et plus particulièrement dans ses campagnes en proie aux révoltes populaires et à l'agitation religieuse. Ce premier opus entraine ainsi le lecteur tant dans l'univers violent et cruel de l'Inquisition que sur les traces d'un secret millénaire oublié de tous et déclenchant une impitoyable chasse à l'homme.

 

Entre vengeance et résilience

Première moitié du XVIIe siècle, alors que la couronne de France manquant toujours plus d'argent oppresse le peuple de taxes, l'Inquisition se donne corps et âme dans la chasse aux sorcières. C'est dans ce contexte trouble que vivent tranquillement dans leur petit village, Anneline Dujardin, sa fille et sa mère, toutes guérisseuses et sages-femmes de génération en génération. L'arrivée d'un nouveau curé ne tarde pas à bouleverser leur vie, ce dernier ne voyant en elles que de dangereuses sorcières à éradiquer. Parallèlement, François Morin, ancien soldat devenu armurier voit son paisible monde s'effondrer avec le sauvage assassinat de sa femme et son bébé par un gabeleur et ses hommes. Devenu un hors-la-loi assoiffé de sang, seul la vengeance guide ses pas. La rencontre de François et Anneline leur fera découvrir un secret millénaire auquel l'Inquisition semble attacher une importance primordiale.

Notre avis

Avec ce premier tome, Hervé Gagnon s'inscrit dans la parfaite lignée de sa précédente saga Damné : un style littéraire fluide et visuel ; une ambiance noire et violente ; des intrigues et des rebondissements mêlant pouvoir et religion. C'est donc avec un véritable plaisir que nous retrouvons la plume de cet auteur qui conserve également quelques écueils que possédait déjà Damné, à savoir un manichéisme souvent bien trop appuyé auquel s'ajoute un scénario parfois prévisible et ici manquant quelque peu d'envergure. Et il s'agit très certainement du seul point faible de ce premier opus. A contrario de Damné qui nous faisait voyager d'un petit fief du nord de la France en pleine croisade médiévale au cœur du pays cathare, le présent livre – mis à part sa fin – se limite à situer son action dans de misérables hameaux et leurs forêts alentours.
Cependant, la magie opère toujours avec autant d'efficacité : dès les premières pages débutées, il devient très difficile de s'arrêter. Et n'oublions pas de signaler le bon rendu du contexte historique, tout particulièrement en ce qui concerne la chasse aux sorcières dont l'apogée se déroula effectivement entre la seconde moitié du XVIe et la première partie du XVIIe siècle. L'auteur utilise ainsi à bon escient l'Histoire pour tisser les siennes et nous en redemandons !

Extrait

  François regarda droit devant lui et serra les dents. Il essaya de se convaincre que ce serait un mauvais moment à passer, mais que tout rentrerait dans l'ordre ensuite. Ses muscles se tendirent dans l'attente du premier coup.
  Le cuir de la courroie lui entamait cruellement la chair des poignets sans qu'il le sente. Un lugubre frisson lui remonta le long de l'échine quand Villefort fit claquer le fouet sur le sol, à quatre ou cinq pas de lui. Il s'adressa aux villageois figés dans un silence horrifié.
  – Voyez, bonnes gens, le traitement que Gaston de Villefort, fermier du roi, réserve à ceux qui refusent d'acquitter la gabelle ! Que cela vous incite à fouiller incontinent dans votre bourses !
  François avait l'habitude de la douleur. Il s'était engagé à seize ans et, au cours des dix années qu'il avait passées sur les champs de bataille, il en avait connu sa juste part. Il en avait causé plus encore. Mais rien au monde n'aurait pu le préparer à la sensation d'une fine lanière de cuir à la vélocité décuplée par un savant coup du poignet, qui fendait la chair comme la plus acérée des lames. Malgré lui, il se cabra et renversa la tête vers l'arrière, tous ses muscles crispés. Un cri rauque lui échappa jusqu'à ce que ses poumons ne contiennent plus d'air. Puis son corps se détendit d'un coup et sa tête retomba sur la margelle du puits, la pierre froide lui procurant un peu de réconfort, ses longs cheveux couvrant partiellement le rictus de souffrance qui semblait s'être gravé sur son visage. Il haletait comme s'il venait de courir une lieue. Une brûlure lui traversait l'épaule droit et descendait jusqu'au milieu du dos, si vive qu'il pouvait y sentir les battements emballés de son cœur.

Hervé Gagnon, Malefica, Tome 1, La voie du livre, Éditions Hugo Roman, Paris, 2014.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire