Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais L'Arabie marchande (E. Vallet)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L'Arabie marchande (E. Vallet)

couverture_arabie_marchandeL’histoire économique du Moyen Âge s’est longtemps cantonnée à l’Europe et à la Méditerranée. La route des épices n’était abordée que par rapport à son point d’arrivée, les pays qu’elle traversait et l’impact qu’elle avait sur eux étant rarement étudiés. C’est plus encore le cas en ce qui concerne la mer Rouge et l’océan Indien. La thèse d’Eric Vallet, qui traite du Yémen rasûlide et du port d’Aden, permet de découvrir enfin « l’un des cœurs de l’économie mondiale de la fin du Moyen Âge ».


 

 

Les Rasûlides

La dynastie qui règne sur le Yémen du XIIIe au XVe siècle est issue de ‘Umar b. ‘Alî b. Rasûl. Son ancêtre aurait été –selon la légende- un Turcoman, messager d’un calife de Bagdad. Quant à ‘Umar, il était un lieutenant d’al-Malik al-Mas’ûd, dernier souverain ayyûbide (la famille de Saladin) du Yémen.

L’indépendance rasûlide est reconnue par le calife en 1235. La dynastie règne sur la région jusqu’en 1454. Durant cette période, elle met en place un Etat qui tient bientôt une place prépondérante dans le commerce en Orient, grâce au port d’Aden.

Un corpus exceptionnel

Pour sa thèse, Eric Vallet est parti des archives du sultanat du Yémen, un corpus de sources inédites et originales, découvertes par Muhammad Gazim. Il les a replacées dans l’ensemble des récits yéménites et régionaux (notamment l’Egypte) de la période. Les archives d’Etat étant relativement rares dans les sources islamiques du Moyen Âge, c’est l’un des nombreux intérêts de cet ouvrage.

L’historien présente ses sources dans son introduction, puis dans sa première partie il montre comment les Rasûlides ont construit leurs archives et leur administration, et donc leur Etat, avec « la place majeure » de la douane.

L’importance du port d’Aden et de la douane

Après avoir étudié les archives de l’Etat rasûlide, Eric Vallet s’intéresse au port d’Aden, point central de son étude, puisqu’il en occupe presque la moitié. Après une description de la région, de la ville, de la douane, de l’espace portuaire et des lieux de pouvoir, il se concentre sur les marchands.

Ensuite, il traite d’un autre élément fondamental de sa thèse : le fonctionnement de la douane, et comment le pouvoir rasûlide s’est en servi pour prélever des taxes, mais également pour exercer une influence sur les marchés de la région, singulièrement ceux de l’océan Indien. Cette étude de la douane est originale car, le plus souvent, les Etats islamiques sont traités par le biais de l’armée ou des oulémas. En plus d’un rôle économique, la douane a donc un rôle politique.

Les Rasûlides et les réseaux de commerce

La suite de l’ouvrage se veut plus géographique, selon l’auteur lui-même. En effet, Eric Vallet décrit comment l’Etat rasûlide a exercé une politique différente selon l’espace concerné. Il part de la plus grande échelle, les marchés au sein du territoire yéménite lui-même, puis s’intéresse à la région proche (mer Rouge et golfe d’Aden), ensuite s’éloigne un peu plus, d’abord par le Hedjaz puis l’Egypte, avant de terminer par « la politique océanique des Rasûlides », qui leur permettait une influence jusqu’en Inde.

L’auteur démontre ainsi comment, par des politiques réfléchies et ciblées (« une stratégie habile »), les différents sultans rasûlides ont pu contrôler les itinéraires menant à Aden, et ainsi exercer une « position hégémonique » dans le commerce autour de la péninsule Arabique, et bien au-delà dans l’océan Indien.

La fin de l’hégémonie rasûlide

Le XVe siècle s’avère plus compliqué pour la dynastie rasûlide, qui se retrouve confrontée à des divisions internes, des concurrences étrangères (en particulier les Mamelouks)…et la peste. C’est ce que traite Eric Vallet dans l’épilogue de sa thèse. Logiquement, l’influence des Yéménites sur le commerce s’affaiblit en même temps que l’Etat lui-même, « devenu obsolète ».

L’historien conclut en revenant sur les principaux axes de sa thèse : l’importance d’Aden dans le grand commerce et pour l’influence rasûlide sur celui-ci ; l’étroit lien entre la construction de l’Etat rasûlide et ce commerce, avec l’exemple central de la douane, lieu autant commercial que politique. Eric Vallet parle ainsi d’un véritable « commerce d’Etat », insistant sur les relations parfois compliquées entre cet Etat et les marchands de l’océan Indien. Des marchands qui pouvaient intervenir directement auprès du sultan. L’Etat rasûlide fut aussi, après la chute du califat de Bagdad, « le garant […] d’une certaine forme d’islamité, arabe et sunnite ».

Le Yémen rasûlide a donc été original en tant qu’Etat lié étroitement au commerce, et ayant contribué à l’expansion de l’Islam dans l’océan Indien, non par la guerre et la conquête, mais par le négoce.

Une étude incontournable

Rendre justice au travail monumental d’Eric Vallet en quelques lignes est impossible. Malgré sa densité, sa thèse est abordable pour toute personne intéressée par ces sujets (l’histoire de l’Islam médiéval, mais également du commerce au Moyen Âge). Son cadre la rend aussi originale, tant l’océan Indien est (trop) méconnu. Pour les étudiants désirant s’orienter vers ces questions (et souhaitant découvrir ce qu’est une thèse…), et pour les historiens travaillant déjà dessus, elle est incontournable. Il faut aussi saluer, outre le style, l’énorme travail sur les annexes : tableaux des marchands et des administrateurs, arbres généalogiques, et surtout cartes.

On peut prolonger la découverte de cette thèse par deux des trois articles qu’Eric Vallet a écrits pour l’ouvrage dirigé par Patrick Boucheron, Histoire du monde au XVe siècle : « 1424 : Les navires de Calicut se détournent d’Aden au profit de Djedda » (p 325-328), et « 1515 : Les Portugais s’établissent à Hormuz » (p 436-439).

 

-          E. Vallet, L’Arabie marchande. Etat et commerce sous les sultans rasûlides du Yémen (626-858/1229-1454), Publications de la Sorbonne, 2010, 872 p.

Eric Vallet est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est membre de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée, et participe aux programmes APIM, MeDIan, ainsi qu’au site internet Menestrel.

Les autres articles sur ce thème



  Les découvertes portugaises (XVe-XVIe siècles)

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire