Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Pouvoirs, Eglise et sainteté (M. Kaplan)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Pouvoirs, Eglise et sainteté (M. Kaplan)

Kaplan--Michel---Pouvoirs--eglise-et-sainteteL’histoire de l’Empire byzantin est peu connue du grand public en France, pourtant elle s’avère riche et passionnante. Le pays peut de plus se targuer d’avoir dans les rangs de ses historiens certains des plus grands spécialistes de Byzance. Parmi eux, Michel Kaplan, qui réédite aux Publications de la Sorbonne vingt-sept articles des années 1990 à 2010 consacrés à l’Eglise et à la sainteté dans l’Empire byzantin, sous le titre Pouvoirs, Eglise et sainteté. Essais sur la société byzantine. L’occasion de présenter le travail de ce grand historien.


 

 

Michel Kaplan, spécialiste d’Histoire byzantine

Professeur d’histoire médiévale depuis 1988 à Paris I Panthéon-Sorbonne, où il a effectué l’essentiel de sa carrière, Michel Kaplan a également été président de cette université de 1999 à 2004. Sa thèse d’Etat s’intitulait Les hommes et la terre à Byzance du VIe au XIe siècle : propriété et exploitation du sol. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de référence, dont certains de « vulgarisation », comme Tout l’or de Byzance (Découvertes Gallimard, régulièrement réédité), et de manuels pour l’enseignement supérieur ou les concours (CAPES, agrégation). Son premier maître en Histoire byzantine a été Paul Lemerle (1903-1989), l’un des plus grands byzantinistes français, puis il a travaillé avec Hélène Ahrweiler, autre grand nom de Paris I. Président du CFEB (Comité français des études byzantines), Michel Kaplan est spécialisé dans l’histoire économique, des mentalités et des comportements sociaux à Byzance.

L’ouvrage Pouvoirs, Eglise et sainteté. Essais sur la société byzantine

Nous avons ici un recueil d’articles parus entre 1990 et 2010 qui, selon leur auteur, « représente l’essentiel de [son] œuvre scientifique touchant à l’Histoire de l’Eglise, aux monastères byzantins et au phénomène de la sainteté ».

Dans ce volume, Michel Kaplan explique la logique qui lui a permis d’étudier la sainteté byzantine sans être un historien de la religion. Par le biais de l’étude de la société, il a pu aborder les sources hagiographiques comme les Vies de saints, puis la question des monastères byzantins, dont l’importance était autant religieuse qu’économique. Ce lien entre sainteté, politique et social se voit aussi dans le fait que jusqu’au XIIIe siècle « est saint celui dont la sainteté est reconnue soit par les autorités, soit par le peuple chrétien engagé dans ce sens par les hauts faits spirituels du personnage diffusés par l’hagiographie ». Autre « phénomène social majeur », le culte des reliques auprès desquelles les gens cherchent à obtenir des miracles, avec un phénomène de pèlerinages, généralement locaux. Michel Kaplan étudie également dans ces articles le lien entre saints, sainteté et espace, concluant que « l’espace sacré […] dépend d’abord du type d’ascèse », l’organisation de cet espace étant plus du fait de l’hagiographe que du saint, la relique étant ce qui attire les pèlerins. Il existe une « institutionnalisation de la sainteté » avec une volonté de la hiérarchie ecclésiastique et impériale d’exercer une autorité sur les moines, et inversement, ces derniers s‘appuyant sur les monastères devenus « une véritable puissance économique et sociale ». C’est pourtant finalement le clergé qui, selon l’historien, contrôle longtemps les espaces sacrés.

S’appuyant donc sur les textes et sur les thèmes de son introduction, Michel Kaplan construit son recueil de vingt-sept textes en six parties. Tout d’abord deux articles sous le thème « Rome et Constantinople », axés sur le schisme de 1054. Les trois parties suivantes sont consacrées à l’étude de la sainteté byzantine, dont ses rapports avec la hiérarchie et le pouvoir, et à l’espace. Le cinquième chapitre se concentre sur les pèlerinages (toujours en lien avec les saints). Enfin, le dernier thème aborde les monastères et leur importance économique et sociale.

Notre avis

Bilan du travail récent d’un spécialiste incontournable de l’Histoire byzantine, Pouvoirs, Eglise et sainteté. Essais sur la société byzantine est évidemment indispensable à tout amateur de Byzance. Quelqu’un qui s’intéressera à l’histoire religieuse (et les liens avec le pouvoir et la société) du Moyen Âge pourra aussi y trouver son compte pour faire des comparaisons avec un Occident latin souvent très différent. En revanche, l’ouvrage, très érudit, ne peut pas être conseillé à un public plus occasionnel ou juste curieux de ces sujets. Pour cela, on renverra à d’autres livres de Michel Kaplan, comme Tout l’or de Byzance, ou à la série Nouvelle Clio dont le tome III vient de sortir.

 

- M. Kaplan, Pouvoirs, Eglise et sainteté. Essais sur la société byzantine, Publications de la Sorbonne, 2011, 643 p.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire