Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais L'espace public au Moyen Âge (P. Boucheron, N. Offenstadt dir)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L'espace public au Moyen Âge (P. Boucheron, N. Offenstadt dir)

espacepublicMALe Moyen Âge est souvent vu comme une période où le débat public et critique n’existe pas, écrasé par un pouvoir en représentation. Sphère privée et sphère publique ne seraient pas séparées. C’est le constat de Jürgen Habermas dans son essai L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (1962). Les historiens médiévistes Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt ont décidé de partir des travaux du philosophe allemand pour interroger leur période, en dirigeant l’ouvrage collectif L’Espace public au Moyen Âge : débats autour de Jürgen Habermas (PUF, 2011).


 

 

« Apporter un regard médiéval au débat sur l’espace public »

C’est dans une volonté de prolonger des débats historiographiques et philosophiques, dans une démarche d’histoire cumulative, que Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt ont réuni d’autres historiens pour débattre à la fois sur l’espace public au Moyen Âge et sur la pensée d’Habermas. En effet, ce dernier fait émerger le débat public, la critique du pouvoir, aux XVIIe et XVIIIe siècles, particulièrement en Angleterre et en France. Il estime au contraire qu’au Moyen Âge, sphères publique et privée ne sont pas séparées, et que la sphère publique n’est que celle de la représentation du pouvoir.

L’objectif de P. Boucheron et N. Offenstadt est au contraire de démontrer que la situation médiévale est bien plus complexe qu’il n’y paraît, qu’elle évolue et dépend notamment des espaces (la ville, la cour,…) et des lieux (France, Espagne, Italie, Bourgogne,…). Leur volonté est également de prolonger le débat autour du Moyen Âge et d’Habermas jusqu’aux enjeux contemporains, comme le philosophe allemand l’avait fait à son époque, parlant de la fin des années 1950 comme celles d’une « reféodalisation », c’est-à-dire un retour au Moyen Âge et donc, selon lui, d’une perte du débat critique dans l’espace public. Les auteurs n’hésitent pas à assumer alors « le risque de l’anachronisme ».

Au-delà de l’espace public selon Jürgen Habermas

L’ouvrage collectif auquel contribuent, outre P. Boucheron et N. Offenstadt, dix-neuf historiennes et historiens, est découpé en six parties.

La première, L’espace public des historiens : autour de Jürgen Habermas, se concentre principalement sur le travail de Jürgen Habermas, son contexte et sa réception (dans l’école allemande par exemple, avec la contribution de N. Offenstadt). L’article de Vincent Azoulay dépasse même largement le cadre médiéval ou « habermassien » en abordant « L’espace public et la cité grecque ».

La seconde partie n’hésite pas non plus à « déborder » le Moyen Âge, en s’intéressant à l’un des « lieux de l’échange : la ville », avec l’article de Diane Roussel sur « L’espace public comme enjeu des guerres de religion et de paix civile », qui se concentre sur Paris au XVIe siècle, et celui de Claire Judde de Larivière sur Venise à la même époque. Patrick Boucheron, spécialiste d’histoire urbaine, donne quant à lui une vision plus globale des rapports entre espace public et ville.

Un espace fondamental, la cour, est traité en troisième partie, tant en Artois au XIVe  siècle (Christelle Balouzat-Loubet) que dans la Bourgogne des ducs Valois (Klaus Oschema). Par l’étude de la Cour de Castille, François Foronda revient sur un « jalon manquant dans la conception habermassienne […] : le déploiement de la juridiction ».

La délibération, est le quatrième thème abordé. Une fois encore en Espagne, l’Aragon cette fois (Martine Charageat, pour « Délibération et justice »), mais également la France de Philippe le Bel (Elizabeth A.R. Brown) ou de la ville de Lyon (Caroline Fargeix), et enfin les cités italiennes (Patrick Gilli).

Qui dit débat dit controverse, sujet de la cinquième partie, à travers les articles de Bénédicte Sère sur la disputatio dans l’université médiévale et de Corinne Leveleux, qui se concentre sur les controverses juridiques, tandis que Joël Blanchard met « l’espace public à l’épreuve du théâtre ».

Enfin, le conflit, « moment de l’échange politique ». Une fois encore, les lieux étudiés sont très différents, du monde rural en Castille (Hipólito Rafael Oliva Herre) à la Franconie de la fin du Moyen Âge (Joseph Morsel), en passant par Toulouse (Xavier Nadrigny) et le Languedoc (Vincent Challet).

A partir de Jürgen Habermas, et particulièrement de la pensée du philosophe sur l’espace public –ou son absence- au Moyen Âge, les historiens ont « tenté d’identifier des espaces publics occasionnels », avec une volonté d’aller à la fois « à rebours d’une certaine tendance de l’histoire médiévale qui [figerait] dans une conception intangible du dominium toute possibilité de changement social », et de « resituer la période médiévale dans une histoire générale de l’émancipation politique ». Une façon d’interroger le Moyen Âge et notre époque.

L’avis d’Histoire pour tous

Ouvrage dense et pointu, L’Espace public au Moyen Âge : débats autour de Jürgen Habermas, ne se veut pas véritablement un ouvrage grand public. Parfois ardu pour le lecteur lambda, surtout s’il n’est pas au fait de l’histoire du Moyen Âge (et particulièrement la fin de la période), il n’en est pas moins un objet scientifique et historiographique qui fera référence, non seulement dans son étude sur l’espace public et la pensée d’Habermas, mais également dans la façon de faire de l’histoire médiévale une histoire contemporaine, capable de nous faire réfléchir et avancer sur les enjeux d’aujourd’hui.

 

Lire aussi notre entretien avec Nicolas Offenstadt.

 

-          P. Boucheron, N. Offenstadt (dir), L’Espace public au Moyen Âge : débats autour de Jürgen Habermas, PUF, 2011.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire