Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Au combat : réflexions sur les hommes à la guerre (J-G Gray)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Au combat : réflexions sur les hommes à la guerre (J-G Gray)

au_combat_grayPublié en 1959 et devenu un classique aux Etats-Unis, le témoignage du philosophe Jesse Glenn Gray sur la Seconde Guerre Mondiale ne paraît en langue française qu'en cette année 2012, aux éditions Tallandier. Cet ouvrage offre un angle de vue nouveau sur la guerre, oscillant entre récits de guerre et réflexions philosophiques sur l'attitude du soldat au combat.

 

L'auteur : un philosophe-soldat

Né en 1913, Jesse Glenn Gray apprend, un jour de 1941, que sa thèse de doctorat sur Hegel vient d'être accepté. Ce même jour, il est informé de son intégration dans l'armée, quelques mois seulement avant l'entrée en guerre des Etats-Unis. En 1943, il rejoint l'Afrique du Nord, en tant que membre d'une division d'infanterie, avant de participer à la libération de l'Italie puis de la France, exerçant la fonction d'officier du renseignement. Homme intelligent, brillant, spécialiste d' Hegel mais aussi acteur et témoin direct des violences de la Seconde Guerre Mondiale il retranscrit au quotidien sur son carnet les évènements marquants de la guerre. Aussi décide-t-il, quelques années plus tard, alors qu'il a de nouveau rejoint les rangs des philosophes, d' écrire son propre témoignage. Son objectif n'est pas de s'autoproclamer héros de guerre ou de mettre en avant ses faits d'armes, mais d' apporter un angle de vue nouveau sur la guerre, en s'appuyant à la fois sur ses propres notes, mais aussi sur les écrits d'autres soldats ou sur des ouvrages théoriques sur la guerre.

Entre témoignage et réflexion philosophique

Dans la réédition de 1967, l'ouvrage a été accompagné d'une préface d' Hannah Arendt dans laquelle celle-ci s'attache à décrire cet ouvrage comme un témoignage et non pas une oeuvre philosophique. L' ouvrage est ainsi constitué : chaque chapitre comporte une idée, un sentiment éprouvé par le soldat à la guerre, enrichi d'extraits de ses propres carnets, lettres ou d'autres témoignages, puis l'auteur vient apporter une réflexion théorique et philosophique à partir de ces écrits. En ce sens, cet ouvrage mêle à la fois récit de guerre et philosophie, contribuant à l'élaboration d'une vision nouvelle et originale sur la guerre.

Une typologie de l'attitude des hommes à la guerre

Jesse G. Gray avoue l'étonnement qu'il a ressenti à la lecture de ses carnets, au regard d'une certaine insensibilité voire une crauté pouvant se ressentir dans le ton de ses écrits. La guerre « comprime les opposés », le soldat pouvant à la fois ressentir une plus profonde excitation, à laquelle peut succéder un ennui total.

L'auteur tente d'expliquer les raisons de l'attachement de l'homme à la guerre : esthétique du combat, émergence d'un sentiment de fraternité, jouissance de la destruction. Il en vient également à s'interroger sur le rapport entre guerre et amour, se livrant à une véritable typologie de l'amour en temps de guerre.

Thème central, celui du rapport entre le soldat et la mort. Là encore, l' auteur se livre à une typologie du soldat face à la mort : certains n'attendent que cela pour mettre fin à leur extrême souffrance, d'autres, par naïveté, sont persuadés qu'ils ne peuvent qu'échapper à ce triste sort et se font remarquer par leur témérité, contribuant à galvaniser les troupes.

La figure de l'ennemi est également abordée, perçue comme un véritable construction véhiculée par les médias et la propagande. Etonnemment, la haine contre l'ennemi semble plus forte à l'arrière, où l' imagination est débordante, qu'au front, où l'on découvre le décalage entre les images et la réalité.

La culpabilité est aussi un sujet d'interrogation, dans un contexte où l'individu tend à se déresponsabiliser de ses actes , le soldat doit-il culpabiliser lorsqu'il obéit aux ordres les plus cruels ?

Enfin, l'auteur, en s'appuyant sur ses précédentes analyses, conclue son ouvrage par une réflexion sur l'avenir de guerre, oscillant entre optimisme et pessimisme.

L'avis d' Histoire pour Tous

Mêlant réflexions philosophiques et incorporation de récits et témoignages de la 2de Guerre mondiale, cet ouvrage offre une perspective nouvelle et une réflexion enrichissante sur la, ou plutot les manières d'agir de l'homme à la guerre. L'auteur étudie l'attitude de l'homme à guerre dans sa complexité, et si le ton et l'utilisation de concepts propres à la philosophie peuvent parfois dérouter le lecteur, cet ouvrage n'en reste pas moins un témoignage d'une grande qualité. Il peut également s'avérer être un outil fort utile pour tout enseignant du Second degré, à l'heure où les programmes scolaires privilégient une approche de la guerre telle qu'elle est vécue par les combattants.

 

Au combat : Réflexions sur les hommes à la guerre, de Jesse Glenn Gray. Tallandier, janvier 2012.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire