Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais La Fabuleuse Histoire du drapeau français (R. Delpard)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La Fabuleuse Histoire du drapeau français (R. Delpard)

fabuleuse_histoire_du_drapeauQuand un ouvrage de vulgarisation traitant de couleurs et de symboles s’ouvre sur une dédicace à Michel Pastoureau et entend faire référence à son œuvre, nous nous disons enfin peut être tenir un livre de qualité sur un intéressant sujet : l’histoire de la construction du drapeau français. L’historien sait pourtant que les apparences sont souvent trompeuses car ce n’est pas seulement une douteuse histoire du drapeau français que révèle Raphaël Delpard mais également un incertain roman national.

 

L’histoire de France et de son drapeau

Le présent ouvrage ne concerne en effet pas que l’histoire du drapeau français mais dans une plus large mesure, l’histoire de France, de son peuple et de son identité. Mais cette histoire est racontée épisodiquement et exclusivement à travers le prisme du roman national en évoquant principalement rois et saints. Ainsi, après une très intéressante première partie sur les origines de l’objet « drapeau », l’auteur raconte de manière assez décousue l’édification de la France et de son drapeau alternant des chapitres assez hétéroclites allant des Gaulois à la Révolution française. Citons par exemple le chapitre 21 consacré aux croisades, enfin quasi-uniquement à la première (à la fin du XIe siècle) ainsi qu’aux répressions médiévales envers les Juifs qu’elle entraina. Le chapitre 22 s’ouvre ensuite directement sur Louis XI et l’incorporation du drapeau blanc comme emblème des armées dans la seconde moitié du XVe siècle. C’est donc une histoire de France très lapidaire et assez vaine que nous présente Raphaël Delpard, selon les sujets qui lui tiennent à cœur comme la nation ou le peuple.

Ainsi, qu’il verse dans le roman national patriotique, après tout avec un ouvrage aussi synthétique, cela semble inévitable et d’une certaine manière assez logique bien que certaines digressions apparaissent vraiment éloignées du sujet d’origine, pensons par exemple à la mise au point entre arien et aryen. Mais le principal problème de l’ouvrage est sans aucun doute la volonté de l’auteur à vouloir systématiquement retrouver un signe de la construction du drapeau français à travers les différentes époques historiques, parfois les plus lointaines.

Quelle réelle origine pour le drapeau français ?

Malgré son méticuleux et réel travail d’archives, Raphaël Delpard semble parfois emporté par sa passion, ce qui l’amène à s’aventurer sur des pentes historiographiques très glissantes en voulant à tout prix chercher les origines des couleurs du drapeau français. Prenons l’exemple du bleu, première couleur qu’il aborde véritablement dans son propos. L’auteur fait remonter son adoption aux rois mérovingiens et à Clovis combattant sous sa protection, ce dernier prenant comme emblème la cape de saint Martin réputée de couleur bleue ! Le bleu du drapeau français viendrait ainsi de la tenue devenue relique que le saint partagea avec un pauvre. Mais le problème, c’est que la réelle couleur de la cape demeure inconnue. Et alors que tout au long de son ouvrage, Raphaël Delpard en profite pour tordre le coup à des idées reçues et des contre-vérités sur des sujets parfois assez loin du drapeau français comme l’inexistante « barbe fleurie » de Charlemagne, il tombe dans son propre piège et continue de diffuser ces erreurs historiques qu’il entend combattre.

En outre, il peut aller jusqu’à se contredire, puisque quelques pages avant, il aborde le bleu comme la couleur des Gaulois, couleur considérée ainsi comme barbare par les Romains qui – l’auteur le dit à très juste titre – ignorent cette couleur. Comment le soldat romain Martin pourrait-il ainsi porter un manteau bleu et non pas par exemple blanc comme le soutient l’historien médiéviste Philippe Contamine ? Bleu, blanc, rouge voire même vert, le débat autour de la couleur du manteau du saint est loin d’être tranché mais il paraît inconcevable de ne pas en faire référence lorsqu’on souhaite lui attribuer l’origine d’une des couleurs du drapeau français. Et il est alors bien mal aisé de s’immerger dans cette plus décevante que Fabuleuse Histoire du drapeau français.

 

Raphaël Delpard, La Fabuleuse Histoire du drapeau français, Éditions Quai de Seine, Ivry-sur-Seine.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire