Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Idées reçues sur le monde arabe (P. Vermeren)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Idées reçues sur le monde arabe (P. Vermeren)

LIN idees-recues-sur-le-monde-arabeLes récents printemps arabes ont permis un certain renouveau de la réflexion sur « le monde arabe », trop souvent assimilé au « monde musulman ». Lors de ces révolutions, qui suivent leur cours, on a entendu beaucoup de choses, quelques raccourcis bancals, notamment avec la Révolution française, et aussi des fantasmes et des approximations que l'on retrouve souvent quand il s'agit de ce monde arabe, si proche et si méconnu. Un thème tout à fait approprié pour la collection Idées reçues, et une très bonne idée des éditions Le Cavalier Bleu de regrouper dans un même tome, dirigé par Pierre Vermeren, des articles d'autres ouvrages (et des inédits), qui permettent une vue large mais remarquablement riche et précise de ce si compliqué mais passionnant sujet.

 

La collection « Idées reçues » et l'auteur

Editée par le Cavalier Bleu, la collection « Idées reçues » compte aujourd'hui plus de deux cents titres. Son ambition est « de démêler le vrai du faux dans tous les domaines : société, économie, environnement, santé, éducation, culture, sciences, etc », en s'adressant à un large public.
Pierre Vermeren, professeur en histoire du Maghreb contemporain à Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste du Maroc, est l'auteur entre autres de Maghreb : les origines de la révolution démocratique (Pluriel, 2011).
L'ouvrage bénéficie de plus des contributions de vingt-deux historiens, historiennes et autres spécialistes de ces questions, contributions reprises (et mises à jour) d'autres ouvrages de la collection « Idées reçues ».

« Pays arabes, arabité, monde arabo-musulman,... »

Dans son introduction, Pierre Vermeren revient sur les origines des idées reçues sur le monde arabe en France, et les confusions et amalgames que cela provoque. Pour cela, il resitue dans le contexte historique, et montre l'évolution de cette vision, du Moyen Âge à nos jours. La période coloniale est évidemment fondamentale, tout comme celle du nationalisme arabe. Partisan de l'histoire du temps présent, Pierre Vermeren n'hésite pas, à raison, à aller jusqu'aux récents événements (Intifada, 11 septembre et guerre(s) en Irak) pour expliquer la façon que l'on a de considérer le monde arabe, et toutes les conséquences que cela entraîne. Il insiste sur une méconnaissance, due notamment à « la barrière des langues », qui ne facilite pas la compréhension, et donc favorise les idées reçues. Plus surprenant, il montre que la vision du monde arabe était « plus fiable » et « plus réaliste » durant la période coloniale qu'aujourd'hui. Autre bonne idée, l'historien évoque la vision qu'ont les Arabes des Européens, les préjugés n'étant pas l'apanage de ces derniers. Et c'est l'un des points forts de l'ouvrage que de s'intéresser aussi à ce regard.
En revenant sur ces idées reçues, les auteurs les déconstruisent et mettent à bas nombre de préjugés et d'amalgames.

Idées reçues : l'importance de l'histoire

La première grande partie de l'ouvrage est consacrée à l'histoire, prise au sens large, notamment en ce qui concerne les bornes chronologiques, puisqu'on va de l'Egypte pharaonique à Yasser Arafat ! Cette partie est néanmoins fondamentale, et peut-être la plus passionnante du livre. On y retrouve nombre d'idées reçues très célèbres, et qui polluent tant les débats et les discussions sur ces thèmes. Citons deux exemples que l'on pourrait qualifier d'opposés dans la vision qu'ils ont du monde arabe. Le premier, « L'islam a toujours été en guerre contre l'Occident », est typique de la théorie du choc des civilisations, avec une guerre perpétuelle entre Islam et Occident, de Poitiers à nos jours, en passant par Lépante. Ici, l'historien Paul Balta met quasiment dos à dos Huntington et Ben Laden, et montre que les choses étaient un brin plus complexes (même si l'on aurait aimé un article plus détaillé encore), écartant la thèse du choc Occident/Islam. Dans la même logique, on peut citer l'article du même auteur, « Les Arabes ont forgé leur empire par les armes ». A l'inverse, l'idée reçue « L'Andalousie, c'était l'âge d'or » (Pierre Vermeren), explique le mythe Al Andalus, et une « convivencia » que l'on sait en grande partie idéalisée, que ce soit par les Occidentaux ou par les Arabes eux-mêmes.
Toute cette partie est donc passionnante, mais on pourra également recommander des thèmes brûlants comme « La traite arabe a été plus importante que la traite d'esclaves vers les Amériques », ou encore « Yasser Arafat ne voulait pas la paix ».

Peuples et nations

La partie suivante aborde des thèmes peut-être moins connus et débattus, mais qui demeurent importants dans la construction d'idées reçues difficiles à déloger des inconscients des uns et des autres. Parmi elles, un classique néanmoins : « Les Berbères, ce n'est pas pareil ». Cette partie, certes un peu trop hétérogène, offre des articles intéressants, particulièrement avec l'actualité récente, comme « L'Egypte est le centre du monde arabe », ou « L'Egypte a une importance stratégique essentielle ».

Religions et société

On entre ici dans des thèmes encore plus contemporains, et même épineux, où nombre de préjugés nourrissent des incompréhensions et des tensions parfois récupérées politiquement.
La religion est un élément fondamental, tant monde arabe et islam sont liés dans l'imaginaire commun (un article y est d'ailleurs consacré entièrement : « Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes »). Il y a toutes les idées reçues empruntes d'essentialisme, qui « expliqueraient » les difficultés des rapports entre Occident et monde arabe, et en premier lieu ce « Coran [responsable] de la violence de l'islam », ou qui « infériorise la femme ». Dans le même esprit, la soi-disant incompatibilité entre islam et laïcité.
Cette partie s'intéresse également au chiisme, avec le rôle de l'Iran ou des chiites d'Irak, ainsi qu'aux chrétiens et aux juifs du monde arabe, revenant notamment sur les persécutions subies par les chrétiens d'Orient.

Pétrole et développement

Cette partie mélange deux thèmes a priori différents : la capacité de développement du monde arabe, et son rôle géopolitique comme réserve mondiale de pétrole. Pourtant, ce lien s'avère cohérent. Les différents articles montrent en effet que le développement économique du monde arabe est en grande partie dépendant du pétrole, et de la volonté de l'Occident de contrôler cette région stratégique. Cela explique les idées reçues telles que « Les Arabes vivent de la rente pétrolière », « Les régimes arabes sont corrompus », « Les Américains contrôlent le marché du pétrole »,...

La France et les Arabes

Nous touchons avec ces articles un point très important évidemment, qui constitue un autre des intérêts de l'ouvrage. On y comprend bien mieux le poids de l'héritage colonial dans les relations entre Français et Arabes. La plupart des thèmes que l'on peut attendre sont abordés : « Les Pieds-Noirs ont volé la terre des Arabes », « La France a abandonné les harkis », « La France est l'amie du Maroc », ou « L'Algérie a tourné le dos à la francophonie ». Peut-être peut-on regretter que les auteurs n'insistent pas tellement sur les conséquences de ces idées reçues sur les relations entre Français d'origine européenne et Français d'origine arabe. Mais ce n'est pas l'objet de l'ouvrage.

Le printemps arabe

Cette dernière partie résonne bien entendu avec l'actualité. Nous sommes ici vraiment dans l'histoire du temps présent. Les auteurs étudient certaines idées reçues très entendues depuis 2011, comme « Les Arabes ne sont pas faits pour la démocratie », mais essayent en plus de donner des analyses sur les possibles évolutions de ces printemps arabes. Evidemment, vu la rapidité avec laquelle les événements s'enchainent ces derniers mois, difficile de vraiment prévoir ce qui va se passer, et ce n'est de toute façon pas le rôle des historiens (il est toutefois intéressant de lire aujourd'hui l'article de Pierre Vermeren, « Le Printemps arabe est devenu un hiver islamiste », qui permet de prendre du recul par rapport aux événements de ces dernières semaines). Cela ne retire en rien l'intérêt de tous les articles de cette partie, qui s'avère aussi passionnante que la première.

Une fois de plus, la collection « Idées reçues » publie un tome remarquable. On peut même affirmer que par sa richesse et son thème, « Idées reçues sur le monde arabe » est l'un des meilleurs parus ces dernières années. Les articles sont courts et très clairs, agrémentés de quelques conseils bibliographiques.
L'ouvrage est indispensable pour comprendre le monde actuel, se retrouver dans la complexité de l'actualité, et avoir les éléments pour exercer un esprit critique, tant les préjugés et les amalgames sont récurrents à tous les niveaux (médiatique, politique) sur ce sujet.

- P. Vermeren (dir), Idées reçues sur le Monde arabe, Le Cavalier Bleu, coll « Idées reçues », 2012.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire