Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Douze mythes de l’année 1914 (J-C. Delhez)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Douze mythes de l’année 1914 (J-C. Delhez)

12Le journaliste et historien Jean-Claude Delhez annonce la couleur : l'Histoire de la Grande Guerre a été mythifiée et les images qu'on en a sont parfois loin de la réalité. À travers cet ouvrage, il compte revenir sur douze mythes de l'année 1914. Remuant les certitudes, ce livre nous invite à approfondir nos connaissances sur un sujet souvent pas aussi maitrisé qu'on ne l'imaginait.

 

Les mythes de la Grande Guerre

Quels sont ces mythes que l'auteur veut battre en brèche ? Le fameux pantalon rouge, l'altérité franco-allemande, les forts de Lièges, l'offensive à outrance, la lutte des baïonnettes contre les mitrailleuses, « Joffre le pestiféré », la Marne première bataille de la guerre (au détriment de la bataille des Frontières), la domination des obusiers allemands, Paris sauvée par les taxis de la Marne, les morts en masse, Albert Ier « le roi chevalier », les tranchées... Vous l'aurez compris, il ne s'agit pas bien entendu de nier les éléments ici citer, mais de revenir sur le décalage entre les faits et l'image d'Épinal qu'on retient généralement. 

Baïonnettes vs mitrailleuses ?

Chaque question est abordée de façon binaire : premièrement, l'auteur présente le mythe, puis il s'attache à établir « la vérité ». Par exemple, l'auteur présente le mythe des charges massives de soldats français, à la baïonnette, venant mourir par millier devant les mitrailleuses allemandes qui les attendent de pied ferme. Puis Jean-Claude Delhez relativise grandement la doctrine de la guerre à outrance en 1914, rappelant que seulement 2% de l'infanterie française fut engagée dans des charges meurtrières contre les mitrailleuses allemandes, le 22 août. Les rapports allemands quant à eux soulignent, à l'inverse du mythe, le faible esprit offensif des troupes françaises. Quant aux mitrailleuses en elle-même, la dotation est la même dans les deux armées (6 mitrailleuses par régiment, soit 5.000 de part et d'autre) et la qualité est similaire (Saint-Étienne vs MG 08), la seule différence réelle étant dans l'emploi qui en est fait : les Allemands créant une compagnie de mitrailleuses (souvent placée en soutien à l'arrière) et les Français les répartissant de façon beaucoup plus homogène dans les sections d'infanterie. Au final, la mitrailleuse française est toujours sur la ligne de front alors que la mitrailleuse allemande, utilisée en batterie, n'est utilisée que si elle reçoit l'ordre de se déployer et si le terrain est suffisamment praticable pour se déployer le moment venu.
Jean-Claude Delhez rappelle également qu'au final la mitrailleuse est une arme relativement peu répandue en 1914, bien moins que les canons, et que par conséquent l'obus est alors bien plus meurtrier (3/4 des victimes de la Première Guerre mondiale) que la rafale.

Finalement, l'idée des Poilus mourant toujours en chargeant à la baïonnette n'est que le reflet de la surreprésentation de ces charges, pendant et après la guerre, le soldat s'élançant avec sa baïonnette contre une machine meurtrière ayant un côté bien plus héroïque que le pauvre Poilus enseveli par surprise dans sa tranchée par un obus tiré par un ennemi qu'il n'a jamais vu...

Une histoire à écrire...

Finalement, cent ans après la fin de la Grande Guerre, beaucoup pensent à tort qu'on a fait le tour de la question... Sujet phare de l'historiographie, du nationalisme et de l'enseignement en France, l'Histoire de la Première Guerre mondiale a été enseignée à tous les petits Français qui en gardent des images plus ou moins vives. L'auteur, qui remet en cause certaines de ces images cherche aussi à expliquer comment elles ont été construites. Les deux derniers chapitres sont donc consacrés à l'historiographie de l'Histoire de la Première Guerre mondiale...

Au final, dans un livre court (135 pages) et accessible au plus grand nombre Jean-Claude Delhez prend un malin plaisir à jeter des pavés dans la marre de l'imaginaire collectif, empêchant les amateurs d'Histoire de tourner en rond et clamant haut et fort qu'il y a encore du boulot dans la recherche et la vulgarisation sur le Premier Conflit mondial !

Jean-Claude DELHEZ, Douze mythes de l'année 1914, Economica, 2013.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire