Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Divin Moyen Âge (Alessandro Barbero)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Divin Moyen Âge (Alessandro Barbero)

divin moyen ageLe Moyen Âge est à la mode. Inspirant de nombreux romans historiques, voire des œuvres médiéval-fantastiques, cette période n'en finit pas de susciter des fantasmes, des craintes et des contresens malheureux. Alessandro Barbero, professeur d'histoire médiévale à l'université du Piémont-Oriental de Vercelli et auteur de nombreux ouvrages à succès traduits en français1, brosse le tableau d'une époque dans son nouveau livre Divin Moyen Âge publié aux éditions Flammarion en reprenant les sources et en s'intéressant davantage aux acteurs. Le titre italien de l'ouvrage Donne, Madonne, Mercanti, e Cavalieri (« Dames, Marchands et Chevaliers ») rendait bien mieux compte des intentions de l'auteur. À travers six personnalités, l'auteur nous propose d'entrevoir ce que signifiait vivre au Moyen Âge.


Le projet

Six personnalités ont été retenues. La parité est respectée : l'historien nous propose de suivre les pas de trois hommes et de trois femmes entre le XIIIe et le XVe siècle qui ont eu des parcours bien distincts. Ces récits ne sont pas de simples biographies mais un moyen pour l'auteur d'aborder tel ou tel aspect du Moyen Âge. L'individualité de ces individus dans la société qui les a vus émerger est restaurée. L'auteur critique aussi l'idée selon laquelle l'individu n'existait pas au Moyen Âge. Les « six personnages se seraient gaussés d'une telle idée reçue ». Les choix de l'auteur sont liés aux sources disponibles produites. Les six personnalités retenues ont toutes produit (directement ou indirectement pour l'une d'entre-elle) un nombre conséquent d'écrits qui permettent « d'entrer dans la tête des hommes et des femmes du passé ». Presque aucune note de bas de page, l''auteur a un style clair et compréhensible par le plus grand nombre. Alessandro Barbero tente d'écrire un ouvrage grand public d'histoire sociale bien loin de celle de l'école des Annales. L'acteur et l'agency (agentivité) sont au cœur de l'ouvrage. Ces personnalités bien qu'exceptionnelles sont des contemporains et, pour l'auteur cela est suffisant pour que la société médiévale prenne grâce à leurs témoignages « vie sous nos yeux ».

Des personnalités emblématiques

Le premier portrait consacré à Salimbene de Adam plus connu sous le nom de Salimbene de Parme (1221-1288) permet d'aborder l'éthos de la classe nobiliaire. Bien qu'il ait choisi la voie monastique dans l'ordre des Franciscains, Salimbene gardera toujours certains préjugés et comportements liés à son ancienne condition. Le choix de la vie monastique fut très mal perçu par son père car il remettait en cause la pérennité du lignage. Au détour du récit, l'auteur aborde également les arts de la table, la mémoire au Moyen Âge, la lutte entre les dominicains et les franciscains ou encore les mœurs ecclésiastiques assez relâchées. Le second portrait est consacré au marchand Dino Compagni (v. 1255-1324) qui a eu une part active dans la vie politique florentine. À travers cette biographie, l'auteur tente de nous retranscrire le cadre de vie politique des communes italiennes médiévales (républiques dominées par les couches supérieures de la société). Les luttes politiques entre le popolo (« la bourgeoisie ») et la noblesse, guelfes et gibelins ou les blancs et les noirs et leur lot de violences sont bien mis en relief. L'auteur développe en particulier les valeurs opposées de l'aristocratie et de la « bourgeoisie » qui influent sur la politique de la cité : la noblesse a tendance à pousser à la guerre car c'est sa raison d'être tandis que les marchands, aux compétences bureaucratiques et administratives plus poussées des marchands qui savent bien que les conflits armés sont mauvais pour les finances de l'État et pour les leurs. La justice et la corruption ne sont pas passées sous silence par Dino Compagni et semblent endémiques dans cette cité « démocratique » : Florence est pour lui une ville « où tout se vend, même les adjudications et les procès ».

Avec le portrait de Jean de Joinville (1225-1317), Alessandro Barbero nous fait entrer dans le domaine de la foi ordinaire et ses répercussions dans la vie de tous les jours. Sa religiosité est mise en regard avec la « sainteté » de Saint Louis qu'il ne pourra pas atteindre. C'est aussi l'occasion pour l'auteur d'évoquer d'autres aspects de la culture nobiliaire et les croisades. La seconde moitié de l'ouvrage est consacrée à trois femmes exceptionnelles : Catherine de Sienne (1347-1380), Christine de Pizan (1364-1430) et Jeanne d'Arc (1412-1431). L'auteur réussit cependant moins à nous retranscrire le monde médiéval avec ces portraits à l'exception de celui de Christine de Pizan qui permet de découvrir le monde de la cour, des écrivains et des fonctionnaires. En revanche, la question du genre féminin au Moyen Âge est très développée par l'auteur car les trois personnalités choisies le rejettent plus ou moins : Catherine de Sienne a un problème avec son corps, Christine de Pizan critique la société de son temps avec ses écrits qui font d'elle une des premières féministes de son époque et Jeanne d'Arc avec son travestissement qui pose un certain nombre de problèmes comme celui de suivre les soldats en campagne. Ces femmes au destin exceptionnel ont, plus que les personnalités masculines retenues, réalisé des actions qui les ont fait entrer dans l'histoire. L'auteur réussit donc ici un essai de vulgarisation sur l'histoire des femmes (ou « gender studies »).

Le nouvel ouvrage d'Alessandro Barbero est donc une introduction intéressante dans le monde médiéval accessible à tous. Ne prétendant pas à l'exhaustivité, il cherche à travers des personnalités bien documentées qui ont laissé un volume conséquent d'écrits (directement ou indirectement) à retranscrire le monde social et culturel dans lequel elles évoluaient. Les détails évoqués par l'auteur constituent la grande richesse du livre. Ceux-ci au fil des pages contribuent à la composition d'un tableau social : celui du Moyen Âge tardif.

Divin Moyen Age : Histoire de Salimbene de Parme et autres destins édifiants, d Alessandro Barbero. Au fil de l'histoire, Flammarion 2014.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire