Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais 1815… Waterloo ! morne plaine - F. Pernot

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

1815… Waterloo ! morne plaine - F. Pernot

Waterloo... 1815 !Un petit ouvrage format poche, un auteur universitaire (François Pernot est professeur d'Histoire moderne à l'Université de Cergy-Pontoise), pas plus de 130 pages, à première vue cet ouvrage n'est pas sans faire penser aux fameux « Que sais-je ? » connus de tous les étudiants en Histoire. Il s'agit en fait de la collection Champion L'Histoire dirigée par ledit auteur et Jean Pruvost qui invite le lecteur à se plonger de façon synthétique sur une date ou un personnage clef de l'Histoire sous forme d'enquête utilisant dictionnaires, journaux et autres écrits pour saisir tous les tenants et aboutissants du sujet étudié. Après 1914 et Jeanne d'Arc, c'est la bataille de Waterloo qui est passée au crible.

 

Une vocation louable à la vulgarisation historique

Indéniablement, cet ouvrage peut apporter des connaissances aux néophytes sur la bataille décisive qui mit fin au rétablissement de l'Empire par Napoléon. En quelques pages le lecteur se voit exposer le contexte, puis rapidement le déroulement de la bataille, avant d'effectuer quelques zooms sur des épisodes clefs et déterminants comme l'attaque de la ferme fortifiée d'Hougoumont, les charges de Ney, le rôle de la Garde, la responsabilité de Grouchy...Incontestablement, l'auteur propose une abondante bibliographie qui doit permettre à tout un chacun d'aller approfondir s'il le désire. Enfin, le tout est très richement illustré afin que le lecteur ne se lasse pas et prenne plaisir à passer du récit à l'iconographie.

Un défi qui peine à être relevé

Toutefois, plusieurs points laissent le lecteur sur sa fin. Premièrement si les cartes sont nombreuses, elles sont souvent mal choisies et mal mises en page ce qui leur fait perdre beaucoup en lisibilité. Au lieu d'avoir toujours un même type de représentation graphique, en pleine page, montrant au fil du récit le déroulé de la bataille, le lecteur doit faire avec un ensemble hétéroclite de cartes Wikimédia Common ne tenant qu'un tiers de la page de ce livre déjà petit format et n'apportant que des éléments topographiques ou des mouvements de troupes généralistes. Le défi affiché étant de rendre intelligible une bataille aussi inintelligible que celle de Waterloo, force est de constater qu'il sera difficile de le faire sans un meilleur usage de la cartographie. Cette défaillance au niveau de la mise en page est d'ailleurs récurrente et affecte également l'iconographie. Le lecteur se voit proposer de toutes petites illustrations noir & blanc parfois parfaitement illisibles comme « les cuirassiers français chargeant les carrés anglais » qui remporte la palme du haut de son 1.3 x 2.2 cm ! Le récit lui-même souffre d'une certaine lourdeur induite par les sources qui sont indiquées directement et non reportées à l'aide de notes de bas de page. De quoi déconcerter le lecteur donc, d'autant plus lesdites sources peuvent surprendre : François Pernot cite avec récurrence des sources plus littéraires qu'historiques (Chateaubriand, Victor Hugo, Erckmann et Chatrian...), des auteurs historiographiquement datés (Thiers...), des ouvrages généraux qui ne sont ni contemporains ni récents (l'Encyclopédie du dix-neuvième siècle de 1872, le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle par Pierre Larousse de 1876).

Or toutes ces sources illustrent sans cesse le déroulé de la bataille sans apporter ni l'authenticité d'un témoignage, ni l'analyse critique d'une étude historique récente. Et justement, tout ceci semble se faire au détriment de citations d'auteurs récents et sérieux comme Bernard Coppens et d'acteurs de la bataille qui nous semble bien peu exploités (surtout dans la première partie de l'ouvrage) et parfois mal utilisés comme le récit par le Général Guyot de la déroute du 20 juin pour illustrer la retraite en désordre de l'armée française le 18, au soir de la bataille. On comprend que le but de la collection est de présenter les choses comme une enquête, et l'utilisation massive de l'Histoire de France à travers les journaux du temps passé – D'un coup d'État à l'autre 1799-1851 (1990) pouvait être un bon point de départ. Mais à partir de sources d'époque il aurait peut être fallu confronter, voir comment se construit la mémoire de l'événement, tenter de trancher. Or les sources les plus citées semblent plus choisies en fonction de leur excellence littéraire qu'en fonction des éléments concrets qu'elles apportent à la compréhension de la bataille. Si l'amateur s'en sort sans problème, il est fort possible que le néophyte se retrouve un peu perdu au milieu des témoignages réels, des extraits de roman, et des sources secondaires de la seconde moitié du XIXe siècle.

En conclusion, si cet ouvrage sait apporter des éléments intéressants sur cette bataille, en synthétisant par exemple la thèse de Bernard Coppens sur l'erreur de carte, il peinera certainement à rendre la bataille de Waterloo parfaitement intelligible au néophyte. Les déboires au niveau de l'iconographie et de la cartographie laissent dubitatif : on en vient à se demander s'il ne s'agit pas là du résultat d'une trop grande précipitation pour faire paraitre l'ouvrage en plein pour le bicentenaire de la bataille.

PERNOT François, 1815... Waterloo ! « morne plaine », Honoré Champion Editeur, 2015.

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire