Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais C'était la Fronde (Jean-Marie Constant)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

C'était la Fronde (Jean-Marie Constant)

cétait la FrondeLa Fronde qu'a subi la France entre 1648 et 1652, a mis en scène les princes de sang, les parlementaires mais aussi le peuple. On parle souvent d'affrontement entre ces personnages, ayant tous le même but : se débarrasser du Premier ministre du roi. Mais Jean-Marie Constant nous présente « c'était la Fronde » de manière différente en expliquant le pourquoi de l'engagement des forces en présence. Un ouvrage très réussi, articulé autour de ces si différents personnages liés principalement par l'Amitié.

 

L'origine de la Fronde et les évènements

Le terme « fronde » provient du jeu consistant à envoyer des pierres avec un instrument, composé d'un morceau de cuir et d'une corde. Puis sous Louis XIII et son fils, un magistrat aurait utilisé cette expression pour qualifier l'opposition aux deux Premiers Ministres Richelieu et Mazarin.

On estime que le départ de la Fronde est le coup d'Etat de Louis XIII contre sa mère en 1617, marquant une rupture avec la politique d'Henri IV et Marie de Médicis, la victoire du parti de la guerre sur celui de la paix en faveur de la noblesse guerrière. Mais la guerre coûte cher, le Premier ministre bloque les fonds et le peuple se révolte contre la répression fiscale. En 1643, tout le monde est mécontent (les nobles, le peuple, le Parlement) et la Reine tente de les apaiser en menant une politique de compromis.

Le paroxysme est atteint en 1648, avec des émeutes, des poses de barricades, la déclaration royale avec une négociation en octobre 1648 ; le siège de Paris qui se clôture par la paix de Rueil en mars 1649 ; mais en septembre 1651 ce sont tous les pouvoirs qui s'opposent et qui veulent gagner : Condé qui se considère comme le sauveur de la monarchie, mais qui dépasse les limites autorisées entrainant l'arrestation des principaux personnages de son clan, Turenne qui sauve le roi qui peut enfin entrer triomphateur dans la capitale en octobre 1652. La Fronde s'achève à Paris.

Les acteurs de la Fronde et leurs motivations

Les Parisiens se révoltent, mécontents face aux hausses des impôts pour financer la guerre, des emprunts forcés non remboursés et de l'abolition de certains privilèges ou avantages avec l'apparition de nouvelles taxes.

Mais la Fronde est un épisode que l'auteur qualifie de « mystérieux ». Elle est initiée par des proches du roi, des princes de la maison royale, des grands seigneurs, mais aussi des femmes et des princesses, qui se sont retrouvés impliqués par esprit chevaleresque, par amitié pour les uns et les autres. Elle a lieu non par idéologie, ni pour faire une révolution, mais elle résulte de l'engagement, de l'affectivité et des liens d'amitié des principaux personnages qui se sont impliqués dans cette période de l'histoire.

La Rochefoucauld soutient la Reine qui est en grande difficulté, comme un vrai chevalier. C'est un homme toujours mélancolique, un homme de culture s'exprimant librement, un homme de guerre mais qui n'adhère pas à Richelieu considéré comme tyran, un homme pourvu d'un fort sentiment d'amitié qui l'amènera à être emprisonné à la Bastille. Toujours au nom de l'amitié, il se rallie au parti des Condés demandant leur liberté quand ceux-ci seront condamnés et emprisonnés.

Gaston d'Orléans « héritier du trône » est utilisé pour sa bonne âme lorsqu'il veut s'occuper des déshérités. Jeune, tous ses faits et gestes sont contrecarrés par le roi son frère qui est poussé par Richelieu. Déçu par le Ministre, Gaston épouse donc le parti anti Richelieu. Général des Armées pendant la Fronde, il a la confiance de tous, mais Mazarin a peur pour son pouvoir et le fait tomber dans un traquenard. Il aura été utilisé et abusé par ses proches, alors qu'au fond de lui il aspire à la paix et veut éviter la guerre civile.
Condé, autre prince de sang, arrogant et autoritaire, réussit à se mettre à dos la reine, malgré ses victoires à la guerre.

Beaufort, petit-fils d'Henri IV, est un valeureux guerrier, fougueux, mais « girouette » se laissant facilement manipuler. La Grande Mademoiselle rallie le parti de la Fronde, par esprit d'indépendance et de féminisme. Elle devient exaltée, héroïque, guerrière jusqu'à escalader des murs et monter sur des échelles. La duchesse de Longeville entre dans ce parti par amitié et par esprit chevaleresque. Reconnue comme chef de guerre, elle s'allie à Condé. Claire Clémence de Maillé-Brézé, timide épouse de Condé, passe inaperçue, prend la tête du clan familial et part vers Bordeaux afin d'apaiser la rébellion. Elle parlemente et est acclamée pour sa sincérité. La duchesse de Chevreuse joue un rôle d'ambassadeur, d'intermédiaire, réussissant à fédérer tous les anti-Richelieu, puis les anti-Mazarin. Les parlementaires sont aussi frondeurs, malgré eux. Ces personnes de par leur fonction, incarnent le pouvoir que le roi leur a conféré, ils ne peuvent pas vouloir renverser le pouvoir royal. Le grand exemple est le président Molé qui essaie de trouver des arrangements et des compromis entre le roi et les magistrats.

En face de ces personnages, le pouvoir est tenu par la reine Anne d'Autriche aidée par le ministre Mazarin. Malgré sa bonne volonté, Anne d'Autriche n'a pas été éduquée pour être pleinement reine, mais veut transmettre un royaume intact à son fils le jeune Louis XIV.
Mazarin ayant pris la succession de Richelieu, doit se différencier de lui pour être accepté. N'ayant pas de clan familial, il se constitue un réseau d'amis, doit convaincre, éviter l'affrontement et faciliter la réconciliation. C'est de la vraie et bonne diplomatie, en gardant à l'esprit son unique but : faire accéder la France au premier rang européen.

Louis XIV se voit immerger, pour la première fois en février 1651, dans la vie politique et tous les problèmes en découlant. Chef de guerre, il sait pouvoir s'appuyer sur Du Plessis Praslin ou Turenne, même si ce dernier était frondeur au départ. Ses armées sont plus fortes que celles des frondeurs, la famille royale ayant une grande importance pour le peuple, la Fronde n'ira pas plus loin, ne pouvant pas rivaliser avec le monarque.

La Fronde une révolution littéraire

Cette période bouleversée a été propice aux écrits divers, permettant une nouvelle liberté d'expression et de paroles. C'est l'occasion pour beaucoup de brocarder et d'insulter Mazarin, sous des formes diverses, comme les 5000 pamphlets imprimés. Les « auteurs » sont de tout bord, du simple curé jusqu'au cardinal de Retz avec ses « Mémoires ». Pour d'autres, les héros vont être adulés, comme dans le roman de 13 000 pages « Artamène ou le Grand Cyrus » de Madeleine et Georges Scudéry. Mais surtout, il y eut énormément de lecteurs, y compris le peuple.

Les leçons à tirer

On l'a vu, les nobles se sont rassemblés car ils aspiraient à une réunion des Etats généraux afin d'établir une monarchie « tempérée » pour limiter le pouvoir du roi, surtout en matière fiscale. Mais cette monarchie ne verra pas le jour ; la reine voulant léguer à son fils un pouvoir intact ; Condé voulant tout n'est pas d'accord non plus ; le parlement de Paris voyant un concurrent d'envergure dans ces états généraux au niveau politique est également contre.
On entend toujours dire que Louis XIV a très mal vécu cet épisode et qu'il a voulu canaliser la noblesse, en construisant Versailles et en les regroupant à proximité. Mais le Roi a su tirer les leçons de la Fronde. Il fera des réformes, s'attaquera au déficit, cherchera les fraudeurs, tentera de résoudre les problèmes liés à l'indiscipline des gens de guerre....ceci ressemble énormément à une monarchie où l'absolutisme est tempéré !

« C'était la Fronde » de Jean-Marie Constant. Flammarion (24 février 2016).

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire