Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Les cavaliers d'Allah (G. Chauvel)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les cavaliers d'Allah (G. Chauvel)

cavaliers-d-allahLes conquêtes islamiques ont alimenté beaucoup de fantasmes, et divisé les historiens, même si aujourd'hui un relatif consensus s'est installé chez ces derniers. De même, l'image (un brin fantasmée) de cavaliers arabes invincibles traversant les déserts, une certaine forme d'épopée, a pu inspirer la littérature de fiction. Avec l'ouvrage de Geneviève Chauvel, nous sommes justement dans une œuvre mélangeant histoire et roman (en tout cas sur la forme). A l'heure où l'histoire de l'Islam passionne et est l'objet de débats souvent houleux, quel intérêt peut-on trouver dans un tel livre ?

 

« De la mort du Prophète (632) à la bataille de Poitiers (732) » ?

Le bandeau entourant l'ouvrage montre l'angle choisi par l'éditeur (l'Archipel) pour vendre l'ouvrage : « De l'Orient vers l'Occident. L'Islam conquérant. De la mort du Prophète (632) à la bataille de Poitiers (732) ». Le ton est donné, on va nous parler de cet Islam vu comme une religion/civilisation guerrière et conquérante, jusqu'à mentionner la bataille de Poitiers et tout son lot de fantasmes nationalistes sur « Charles Martel a empêché que la France devienne musulmane ».

Et c'est bien dommage car ce bandeau ne reflète pas vraiment l'idée de Geneviève Chauvel qui n'est pas à proprement parler dans le discours « choc des civilisations », en tout cas pas de façon aussi frontale et revendiquée que cette présentation éditoriale pouvait laisser penser. La bataille de Poitiers est certes trop facilement montrée comme le véritable moment de reflux de l'expansion arabe, mais elle est à peine évoquée, en fin d'ouvrage, et pas mentionnée dans la chronologie fournie par l'auteur.
On le voit, on n'est pas forcément dans ce qu'on aurait pu craindre.

La Kahena, héroïne berbère

L'ouvrage de Geneviève Chauvel est construit en quatorze chapitres non titrés, mais globalement chronologiques. Dès son avant-propos, l'auteure est claire sur son intention : raconter/expliquer les conquêtes arabes, mais en concentrant la majeure partie de son récit sur ce qui s'est passé en Ifriqiya, cette « Berbérie » qui a résisté un moment aux assauts arabes, avant de s'islamiser. Car les débuts des conquêtes (Syrie, Mésopotamie, Egypte) sont très rapidement passés pour se focaliser sur ce qui s'est passé en Ifriqiya, notamment dans la seconde partie de ces conquêtes, avec l'avènement des Omeyyades de Damas.

La Kahena, que l'auteure qualifie de « Jeanne d'Arc de l'Aurès », est le véritable personnage central du livre, même si son prédécesseur, Koceila, est également loué. Loué car on sent en effet une véritable empathie pour les Berbères, sans forcément que cela se conjugue à une animosité envers les Arabes conquérants. Empathie, voire nostalgie de cette Berbérie sans doute idéalisée, qui aurait disparu avec l'arabisation et l'islamisation.

Un roman historique ?

L'ouvrage est un récit empruntant largement au roman, dans le style, même si des historiens sont cités, qu'il y a des notes de bas de pages, une chronologie, des cartes, et une bibliographie. On touche ici les limites de l'exercice. Car si le style est plutôt agréable et que le livre se laisse lire facilement, l'aspect historique n'est pas forcément très rigoureux, et même parfois contestable. Ce n'est pas l'utilisation, parfois, de la fiction qui peut gêner, mais des formes d'essentialisation, notamment pour expliquer les débuts des conquêtes par la religion, ou faire des Arabes des guerriers par nature. Les références bibliographiques sont pour beaucoup assez anciennes, ceci expliquant cela sans doute. Le mérite principal du livre est finalement de parler surtout de la conquête de l'Ifriqiya, qui n'est pas le moment le plus connu des conquêtes, et pour cause puisque les sources sont très rares.

Il ne faut donc pas s'arrêter à la présentation, voire même au titre de l'ouvrage. Geneviève Chauvel ne parle pas des conquêtes islamiques dans leur ensemble, mais plutôt de la conquête de l'Afrique du Nord. Son style est plaisant, on respecte son empathie pour le sujet et le sérieux de ses recherches, mais on reste un peu dubitatifs sur l'intérêt historique.

Chauvel Geneviève, Les cavaliers d'Allah, l'Archipel, 2016.

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire