Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Essais Louis Mandrin, la mondialisation de la contrebande

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Louis Mandrin, la mondialisation de la contrebande

mandrin-kwassEn partant de l'exemple du célèbre contrebandier, Michael Kwass se livre à une analyse de l'économie souterraine et de la fiscalité au XVIIIe siècle. Il analyse les coulisses d'une mondialisation souvent un peu oubliée et s'efforce de la mettre en relation avec la situation actuelle quand cela est possible.

 

Mandrin, contrebande et justice sociale

Louis Mandrin est né dans une famille de négociants du Dauphiné en 1725. Cette région frontalière de la Savoie est une terre bénie pour la contrebande alors, quand les mauvais hasards de la vie menacent de faire sombrer sa famille dans la misère, Mandrin n'hésite pas : lui aussi sera contrebandier. Il n'y a là pour lui rien de honteux ni de répréhensible. Il ne fait que contester une situation qu'il juge injuste parce qu'elle pèse sur les Français les plus pauvres et enrichit grassement les fermiers généraux. Ce sont en effet ces financiers qui sont chargés de faire appliquer l'interdiction des indiennes dans le royaume et le monopole de l'Etat sur le tabac. En revendant au prix fort un tabac acheté bon marché en Amérique, ils parviennent à faire un important bénéfice. Peu à peu, ils convainquent le roi de les laisser agir plus sévèrement envers les contrebandiers et ils obtiennent la création de la cour de Valence qui jugea et condamna Mandrin en 1755.

La Ferme générale devient ainsi un véritable Etat dans l'Etat qui, par l'intermédiaire de sa milice et de sa cour de justice à la sévérité inégalée, sème la terreur. Tout cela crée un climat de tension et de fermentation dont Kwass étudie comment il a pu participer à l'esprit révolutionnaire. Dans le même temps, la légende de Mandrin s'écrit. Jouant les grands seigneurs, le contrebandier, toujours élégamment vêtu, prend soin de se distinguer des brigands ordinaires. Il ne dévalise pas la Ferme générale, il lui vend sous la contrainte des ballots de tabac, et parfois des indiennes, à ce qu'il estime être, pour lui, le juste prix. A sa mort, une guerre des mémoires se met en place, la monarchie cherchant à bien replacer Mandrin du côté du monde du crime.

Notre avis

Cette fascinante étude réconciliera quiconque avec l'histoire de l'économie et des finances. En nous faisant voyager autour du monde, Kwass nous entraîne en effet dans une enquête haletante qui réintroduit très intelligemment les questions sociales comme origines possibles de la Révolution française. On saluera particulièrement la maîtrise de l'ouvrage qui se lit comme un roman tout en mêlant très finement questions de fiscalité, de commerce, de diplomatie ou encore de droit. Un ouvrage essentiel pour mieux comprendre le royaume de France au XVIIIe siècle.

Michael Kwass, Louis Mandrin, la mondialisation de la contrebande au siècle des Lumières, Vendémiaire, 2016

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire