Favorisant les comportements les plus vils du genre humain, la période de l'occupation a donné libre cours à la délation. Encouragés par l'occupant nazi et le gouvernement de Vichy, les Français donnent de la plume et dénoncent à la Gestapo ou à la milice française résistants, Juifs, communistes, francs-maçons et tous ceux supposés l'être. C'est le règne de l'arbitraire et des règlements de comptes à moindres frais. Dans un ouvrage qui vient d'être réédité aux éditions du Cherche-midi, André Halimi analyse ce phénomène peu reluisant de l'histoire de France. Quelques-unes de ces lettres de dénonciation sont reproduites dans ce document implacable et terrifiant. La délation sous l'occupation, par André Halimi, éditions du Cherche-Midi, février 2010.