Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Chef-d'oeuvre du gothique flamboyant, le monastère royal de Brou réunit l'excellence d'un monument historique national et la richesse d'un musée municipal des beaux-arts. Le monastère met à l’honneur cette année sa fondatrice, Marguerite d’Autriche, en consacrant une ambitieuse exposition à sa collection de Primitifs flamands et ouvre ses appartements dans lesquels le public découvrira son incroyable destin entre amour, pouvoir et art. Pendant toute la période estivale, le monument proposera également une riche programmation alliant musique et spectacle.

 

Marguerite d Autriche par Bernard van Orley vers 15182018, une année flamboyante au Monastère Royal de Brou

Pour la première fois de son histoire, le monastère royal de Brou retrouve le trésor disparu légué par sa fondatrice, Marguerite d’Autriche, en réunissant les plus grands « primitifs flamands » de Jan Van Eyck à Bernard Van Orley, en passant par Robert Campin, Rogier Van der Weyden, Hans Memling… auxquels s’ajoute l’œuvre singulière de Jérôme Bosch.

Au début du XVIe siècle, Marguerite d’Autriche, princesse férue d’art et de lettres, réunit dans son palais de Malines une collection, la plus importante de son temps au Nord des Alpes, de plus de 200 peintures, composée de portraits, de tableaux de dévotion et de sujets profanes. L’exposition évoquera pour la première fois un siècle de peinture flamande vu à travers son regard de collectionneuse, ainsi que le fastueux Trésor aujourd’hui dispersé dont elle avait doté le monastère.

Exposition Primtifs flamands, trésors de Marguerite d'Autriche, du 7 mai au 26 août 2018. Monastère Royal de Brou (Ain).