Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

« C'est une petite silhouette d'une dizaine de centimètres. On y reconnaît un homme dépourvu de tête, qui exhibe sa virilité. Cette gravure récemment mise au jour serait banale si elle n'ornait un des piliers du temple le plus ancien jamais découvert. Ainsi, à Gôbekli Tepe, dont les pierres sont couvertes de représentations de serpents, vautours, scorpions, et autres sangliers...de lointains ancêtres ont souhaité, il y a 11 000 ans, associer leur image à celle de ces féroces créatures, comme pour exorciser leur peur...


cahiers_sv_vie_sacreEn somme, c'était hier ! Car les origines du sacré et du divin nous entraînent vers un passé bien plus ancien. Il y a plus de 40 000 ans en Australie, 35 000 ans en France, dans la grotte Chauvet, d'autres humains ont inventé un art rupestre porteur d'une symbolique puissante, suivi d'une exposition créatrice. Autant d'expressions d'une pensée abstraite, d'un élan mystique qui donneraient à notre espèce un supplément d'âme ? Ce serait commettre une injustice vis-à-vis d'hominidés bien plus anciens ou d'autres espèces contemporaines des Sapiens.

Comment ne pas déceler une lueur de spiritualité dans cette quête du beau et de l'harmonie qui guide déjà les îremiers tailleurs de pierre, voilà 2,6 millions d'années - plus de 2 millions d'années tout de même avant l'apparition de 'homme moderne - ? Dans des talismans anthropomorphes vieux de 500 000 ans la volonté de s'extraire de sa condition siologique en se construisant une image mentale de soi ? Et puis, ne sont-ce pas les Néandertaliens qui, sous leurs épaisses ircades sourcilières, inventèrent délicatement le chagrin, ainsi qu'aimé à le rappeler avec humour l'écrivain Jean Rouaud. Le fait se déduit, non de leurs armes fossiles, mais de leurs sépultures, les premières avérées. Ce faisant, notre cousin préhistorique exprimait sa conscience de la mort à laquelle devait s'adjoindre un questionnement métaphysique. C'était il y a près de 175 000 ans. Le sacré et le symbolique ont donc été moteurs dès les premiers stades d'évolution de 'humanité...

Aux origines du sacré et des dieux. Cahiers Sciences et Vie, août 2011. En kiosque.