Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Auguste, dont on va commémorer cette année la mort il y a deux mille ans, aura droit à une exposition au Grand Palais, pour la première fois en France. Ici, contrairement à l'Allemagne, on n'a guère cultivé sa légende : les Français préfèrent Jules César, vainqueur des Gaules, amant de Cléopâtre, tombé sous les couteaux du complot. Littérature et cinéma y ont contribué.

 

mh0114Pourtant on reste frappé aujourd'hui par l'exceptionnelle intelligence politique d'un homme qui, sans remettre officiellement en question les institutions républicaines, a su leur superposer la réalité d'un pouvoir personnel - le principat. César, son grand-oncle et père adoptif, avait fait craindre à l'oligarchie républicaine le retour à la royauté ; il le paya de sa vie. Le jeune Octavien, qui recevra des magistrats le titre d'Auguste, plaça ses pas dans ceux de César, mais, autrement prudent et pragmatique, c'est progressivement qu'il atteindra au pouvoir suprême, avec l'assentiment du sénat.

Sa personnalité, il est vrai, ne se prête pas à l'admiration. Jeune homme vindicatif, médiocre chef de guerre, bien moins brillant qu'Antoine, rien ne semblait le prédisposer à l'empire. L'adoption par César fit basculer son destin. Le très politique Agrippa fut son mentor. Mais cela n'explique pas tout. Bonaparte, général plus éclatant, fut-il inspiré par la démarche d'Auguste ? On observe en tout cas un même cheminement réfléchi, le refus de brûler les étapes, le respect proclamé de la République, qu'il a vidée de sa substance.

Sa supériorité, à lui Auguste, c'est la paix. Sculpté dans le marbre, le monumental Ara Paris était là pour rappeler aux Romains qu'il avait mis fin au siècle des guerres civiles. «L'empire, c'est la paix», dira Napoléon III qui ne réussit pas à l'imposer dans la durée, et fut perdu par la défaite militaire. Il y a sans doute une dose de mystification dans cette image d'empereur pacifique : sur le Rhin et sur l'Euphrate la guerre a vite repris aux frontières. Mais Auguste a su imposer l'idée qu'avec la Pax romana pouvait commencer l'ère du gouvernement du monde.

Auguste, fondateur d'empire. Magazine L'Histoire, janvier 2014. En kiosque et sur abonnement.