Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

De la publication des bans à l'acte charnel, l'Egilse cherchait à régir strictement l'union des époux depuis l'instauration du sacrement du mariage en 1181. Mais que se passait-il réellement dans les coulisses du mariage ? Le mensuel Histoire et Civilisations de mars s'aventure dans l'intimité des couples au Moyen Age.

 

hc mars 2016En 1181, le mariage devient un sacre­ment. Désormais, pour tous les chré­tiens de l'Occident, une même union matrimoniale s'impose. Même s'il existe, parmi les laïcs, des célibataires et des concubins, la vie de couple entre un homme et une femme est le modèle à suivre. L'alliance matrimoniale repose alors sur une relation asymétrique, car l'homme est consi­déré comme juridiquement responsable du foyer et doit protéger l'ensemble des membres de sa maisonnée. Au début du xne siècle, Rainaud, prieur de Saint-Eloi à Paris, rappelle : « L'homme est formé à l'image de dieu (yma-ginem dei), la femme est fabriquée à la ressem­blance de l'homme (similitudinem hominis). L'homme est fait pour lui-même, la femme est créée pour aider l'homme ; c'est pourquoi elle lui est soumise par la loi naturelle. »

À la fin de l'époque médiévale, les femmes se marient vers 17-18 ans et les hommes âgés d'une dizaine d'années de plus. Cette différence d'âge entre conjoints renforce la domination masculine. L'époux se sent investi d'un véritable rôle éducatif à l'égard de sa jeune femme, comme ce riche bourgeois anonyme qui rédige vers 1393 le Ménagier de Paris, traité de morale et d'économie domestique destiné à sa jeune épouse, dans lequel cette dernière accueille les conseils maritaux afin d'améliorer son compor­tement. Pour le Ménagier de Paris, l'obéissance au mari est un impératif : « Grâce à l'obéissance, écrit-il, une prudefemme gagne l'amour de son mari et finit par avoir de lui ce qu'elle désire. Mais je peux aussi affirmer que si vous décidez de ne pas obéir ou de vous montrer arrogante, vous vous perdez, vous-même, votre mari et votre ménage. »...

Sexe, mariage et religion : l'amour au Moyen age. Histoire et Civilisations, mars 2016. En kiosque et sur abonnement.