« Jérusalem est une des villes les plus fouillées au monde » selon Marcello Fidanzio. Certains résultats sont très médiatisés : à l'instar de ces derniers jours où une preuve archéologique dévoile qu'un bâtiment avait bien été édifié au IVe siècle à l'emplacement du Saint Sépulcre en l'honneur du Christ. Cette « découverte » confirme pourtant des connaissances déjà anciennes transmises par les textes. Un ouvrage récemment dirigé par Vincent Lemire a proposé la première histoire en français sur la ville.

 

Cette avalanche de découvertes pourrait nous amener à penser que l'écriture de l'histoire de Jérusalem est de plus en plus aisée mais il n'en est rien car de nombreuses considérations idéologiques, religieuses ou politiques entravent, orientent ou influencent les recherches. Ces dernières années ont vu avec les fouilles un renouvellement des connaissances, ouvrant aussi parfois sur de nombreux débats. Ainsi, travailler sur Jérusalem n'est pas neutre. Pourtant les Dossiers d'Archéologie proposent dans ce numéro 384 de faire un point sur l'histoire de la ville antique et médiévale.

Une histoire ancienne et difficile

DA-384Après un article introductif très réussi de Marcello Fidanzio qui présente la géographie, les résultats, les difficultés et l'histoire de la recherche archéologique, Matthieu Richelle fait le point sur la question de la fiabilité de la Bible comme source historique. Il nuance la position actuelle dominante selon laquelle seule l'archéologie pourrait nous fournir des informations fiables. Les textes ne peuvent cependant pas être occultés car les vestiges sont « muets » et l'on ne peut véritablement établir l'histoire des faits par la seule discipline archéologique. Une chronologie de l'histoire de la ville suit ces premiers articles. Écrire l'histoire de la ville de Jérusalem aux époques les plus anciennes est très difficile comme le souligne Matthieu Richelle dans sa contribution. Les vestiges archéologiques semblent bien minces par rapport aux sources textuelles non bibliques dont nous disposons. Cela nous rappelle que l'argument de l'absence de vestiges pour déduire du développement d'une ville est risqué. L'un des plus gros problèmes de l'archéologie à Jérusalem est l'absence de consensus sur la datation des vestiges. Malgré ces difficultés, l'auteur présente une synthèse prudente ne négligeant pas les débats et les diverses hypothèses sur l'histoire de la ville jusqu'au règne de Salomon.

L'essor de la ville à l'époque hérodienne et romaine

Jean-Baptiste Humbert présente le tombeau des Rois, un complexe funéraire inachevé de l'époque romaine (Ier siècle). Jean-Michel Roddaz fait par la suite une synthèse sur le programme urbanistique hérodien. Si la ville connait une croissance spectaculaire et l'édification de fortifications et de palais imposants, le Temple est la grande œuvre de Salomon. Chef-d'œuvre architectural, synthèses des différents styles en vigueur, il répond aussi à des besoins politiques économiques et religieux importants pour Hérode. Ludivine Péchoux fait le point sur la Jérusalem colonie romaine : Aelia Capitolina. Fondée par Hadrien, elle est une petite colonie qui ne retrouve pas au Haut-Empire la taille « aet l'importance qu'elle avait connues auparavant. Les fouilles récentes du parking Givati sont ensuite présentées par Salomé Dan-Goor. Elles révèlent avant la destruction en 70 de la ville, un vaste complexe purificatoire auquel succède au Bas-Empire une riche demeure avec une cour à péristyle qui ne s'effondre qu'en 363 à la suite d'un tremblement de terre. Nicolas Belayche retrace l'histoire des communautés juives de Jérusalem de la construction du Second Temple à l'époque de Constantin. Il montre qu'à l'époque juive (du règne d'Hérode à 70 après J.-C.) la ville a connu des conflits religieux divers et qu'elle était plus multiculturelle qu'il n'y parait. Une mosaïque représentant le plan de Jérusalem au VIe siècle retrouvée en Jordanie à Madaba fait l'objet d'un focus : l'intérêt documentaire de celle-ci est très important car comme le note l'auteur elle est l'« une des plus importantes sources historiques illustrant la ville de Jérusalem au milieu du VIe siècle après J.-C. »

Jérusalem médiévale, une ville carrefour

Julien Loiseau propose une synthèse sur l'histoire de Jérusalem de la conquête arabe à l'empire omeyyade. Il revient notamment sur les premières mosquées (notamment Al-Aqsa) et la construction du Dôme du Rocher qui doit être intégré à un contexte politique, culturel et religieux vaste pour bien comprendre sa portée. Simon Dorso présente la ville à l'époque des croisés : il s'agit d'une des périodes les mieux documentées de l'histoire de la ville notamment grâce à de nombreux documents (comme la carte de Jérusalem dite de Cambrai vers 1170) et des fouilles nombreuses et récentes. Deux articles enfin sont consacrés au Saint Sépulcre. Le premier restitue son histoire longue et complexe, ses différentes phases de construction jusqu'à l'époque contemporaine ; le second propose un focus sur le trésor du Saint-Sépulcre composé de nombreux dons des monarchies européennes ayant à cœur d'afficher leurs armoiries sur les précieux objets offerts.

Grâce à la qualité des contributions et à la richesse iconographique, les Dossiers d'Archéologie proposent une synthèse réussie. On salue la présence de nombreux articles synthétiques présentant un panorama global de la ville relativement exhaustif d'un point de vue chronologique. Écrire sur Jérusalem n'est pas aisé mais le défi a été relevé tout en demeurant accessible à un large public.

Jérusalem, histoire et archéologie d'une ville sainte. Dossiers d'archéologie n° 384, en kiosque et sur abonnement.