Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Le marquis Giampietro Campana (1808-1880) est un homme relativement inconnu du grand public et pourtant son histoire et son œuvre pourraient alimenter de nombreux romans à l'instar du livre de Jean-Luc Dousset. Figure romantique et anticomane, cet archéologue collectionneur romain au parcours brisé est à l'origine de grandes collections européennes d'œuvres antiques.

 

Une riche collection

Le Sarcophage des Époux, la Venus Genetrix, la Bataille de San Romano sont des œuvres emblématiques de cette colossale collection dispersée et conservée en de multiples lieux : le Louvre, le Musée du Petit Palais d’Avignon et l'Ermitage à Saint-Pétersbourg ainsi que le Victoria and Albert Museum de Londres et le Metropolitan Museum of Art de New York. Le Musée du Louvre propose de revenir sur cette collection en proposant l'exposition "Un rêve d’Italie, La collection du marquis Campana" du 7 novembre 2018 au 18 février 2019. Les éditions Faton proposent de découvrir cette exposition avec la publication de cet hors-série numéro 35 des Dossiers d’Archéologie.

Après une interview introductive du commissaire Laurent Haumesser, une présentation du parcours singulier de Giampietro Campana est proposée par Nadalini Gianpaolo. La première partie du dossier présente les travaux archéologiques et la composition de la collection. Daniel Roger aborde les fouilles à Rome et dans le Latium ainsi que les méthodes de Campana. Le marquis est comme nombre d’antiquaires de son temps à la tête de chantiers mais n’est pas toujours présent physiquement. Il est très bien informé des actualités archéologiques par ses positions au sein des institutions scientifiques et académiques pontificales mais aussi par ses relations administratives. Dans les années 1840, les gouts du marquis s’élargissent ; l’Étrurie devient un lieu de fouille important comme le relate Filippo Delpino. Les œuvres découvertes par le marquis ont pu être incomplètes mais complétées par d’autres pièces ou par des restaurateurs afin d’en augmenter leur valeur. La déconstruction de ces œuvres recomposées est au cœur de nombreuses recherches comme le montrent les articles du dossier. Un focus est proposé par Iefke Van Kampen sur le Museo dell’Agro Veientano (Musée communal de Formello, province de Rome) qui a hérité d'une grande partie du mobilier funéraire de la célèbre tombe étrusque dite « tombe Campana » et pour son action en faveur de la recherche et la vulgarisation des connaissances sur le marquis. Laurent Haumesser traite de l’activité éditoriale du marquis : s’il n’a pas écrit beaucoup d’ouvrages sur ses fouilles et ses découvertes, il est à l’origine de nombreuses publications sur ses collections et a favorisé l’utilisation de la photographie et des gravures pour les documenter.

Restaurations

la collection campana pdt 51301La seconde partie traite des restaurations du marquis. Après un article de Cécile Giroire présentant la restauration tel qu’elle se pratiquait et était pensée au XIXe siècle, des focus sont proposés sur différents types d’œuvres pour montrer comment celles-ci ont pu être complétées voire recomposées à l’instar du Péliké G228. Un remarquable portfolio présente certaines œuvres classées selon les critères de Campana issus de ses Cataloghi. Les deux derniers articles traitent des conditions d’achat et d’exposition des œuvres issues de la collection Campana au musée de l’Ermitage ainsi qu’au musée Napoléon III, avant que celle de ce dernier rejoigne les collections du Louvre et des musées provinciaux. Enfin, Françoise Gauthier aborde les impacts de la collection sur les gouts des contemporains et en particulier les peintres, l’orfèvrerie et les arts décoratifs.

Les Dossiers d’archéologie propose un excellent hors-série en lien avec l’exposition du Louvre sur la collection du marquis Giampietro Campana. Richement illustrée, le numéro propose une plongée dans le monde des antiquaires et des archéologues de la première moitié du XIXe qui, à l’aube de la mise en place d’une archéologie plus positive, agissait dans un univers romantique baigné de culture antique et idéalisant le beau, poussant ainsi des collectionneurs à recréer des œuvres pour le plus grand bonheur des contemporains.

La collection Campana. Hors-série des Dossiers d'archéologie N°35, en kiosque et sur abonnement.