Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


Véritable croquemitaine du Moyen Âge, Gilles de Rais a connu une postérité originale pour un personnage de son époque, lui qui a côtoyé et combattu aux côtés des plus grands, dont Jeanne d’Arc, avant de mal tourner et de finir condamné par l’Eglise pour, entre autres, sorcellerie. Devenu une « figure satanique » pour reprendre le terme de Matei Cazacu, Gilles de Rais a même été assimilé à Barbe Bleue et a depuis inspiré au moins autant les romanciers que les historiens. Dans son livre, Gilles de Rais (Texto, 2012), l’historien Matei Cazacu, déjà auteur d’un Dracula (Texto, 2011), propose de mener l’enquête.

Dans son avant-propos, Matei Cazacu revient sur ses trente années de recherche sur le sujet, et insiste sur les nombreuses polémiques autour du personnage. Il prétend avec cet ouvrage (dont la première édition date de 2005) être guidé « par la recherche de la vérité autant que cela [lui a été] possible », tout en respectant la mémoire de glorieux anciens (pas seulement historiens) ayant permis une meilleure connaissance de Gilles de Rais, tels Fernand Fleuret ou Georges Bataille.gilles

Mais Matei Cazacu considère surtout Gilles de Rais comme « le premier tueur en série connu de l’histoire de France, « un assassin psychopathe organisé », selon la terminologie psychiatrique moderne ». Une affirmation qu’on peut juger un brin anachronique, mais qui illustre bien l’angle général de l’ouvrage.

L’historien procède par chapitres chronologiques, jusqu’au chapitre IX inclus, puis il entre vraiment dans le mythe Gilles de Rais, abordant le thème du tueur en série, ou l’identification avec le Barbe Bleue de Charles Perrault. Et Matei Cazacu de conclure que, si Gilles de Rais –bien qu’il ait emporté son secret dans sa tombe- a bien été un grand criminel, il n’était pourtant pas Barbe Bleue, mais que la figure de ce dernier a permis à l’ancien compagnon de Jeanne d’Arc de devenir un véritable personnage de conte, et donc de fiction.

L'avis d'Histoire pour tous

L’ouvrage de Matei Cazacu, plein comme un œuf d’annexes passionnantes, de très nombreuses notes et d’une bibliographie conséquente est un véritable travail d’historien. Ce n’est pas ici que nous allons éventuellement contester certains aspects, ou même ses conclusions, même si l’on doit tout de même regretter l’emploi anachronique du terme « tueur en série ». Ce Gilles de Rais se lit véritablement comme un roman, et est à la hauteur de ce personnage passionnant, qui fait quand même froid dans le dos, que tous ses méfaits soient avérés ou non.

- M. Cazacu, Gilles de Rais, Texto (Tallandier), 2012, 387 p.