Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

La Fontaine sent sa fin venir et poussé par son ami Racine, souhaite se mettre en ordre avec Dieu et décide de faire son Ultime Confession comme le raconte Gilles de Becdelièvre dans son récent ouvrage. Il expie ses fautes et va prier tous les jours à Saint Eustache avant sa mort !

L’Ultime Confession de La Fontaine

la_fontaine_ultimeLa Fontaine commence à raconter, avec une sincérité ahurissante, les grands moments de son existence, du mariage à son accession à l’Académie Française (non sans mal) en passant par son job au Luxembourg, entrecoupés de témoignages de personnages l’ayant côtoyé, tels son ami le chanoine Maucroix, Boileau ou Mesdames de La Fayette et de Sévigné.

Tout au long de l’ouvrage, le caractère de La Fontaine se dévoile : un être libertin dont les Vendôme se sont entichés, amateur de filles simples comme les « grisettes » car pour les autres il faut passer du temps en douceurs, en soupirs ce qui le fatigue ; un homme ne s’encombrant pas de choses gênantes qui l’importunent ; un rêveur distrait car lorsqu’une conversation ne l’intéresse pas, il ne dit pas un mot, s’ennuie et quitte les lieux ; vivant au dépend des autres car endetté et n’ayant pas l’âme du courtisan, il ne put avoir par exemple de pension du roi tant que Colbert vécu…à cause de son soutien à Fouquet ; modeste lorsqu’on parle de son talent, Boileau aura d’ailleurs ces mots « le poète est un idiot distrait, un moqueur qui ne veut que s’amuser, mais inimitable dans ses Fables et Contes ».

Nous sommes face à une biographie hors du commun, ne ressemblant à aucune autre. L’auteur nous présente La Fontaine sous un jour nouveau et tout au long des conversations rapportées, ce ne sont que pointes d’humour et piques acidulées ! Les annexes à la fin de l’ouvrage sont étonnantes par leurs anecdotes comme par ex l’éventail bien pratique pour chasser les mauvaises odeurs de bouche ou l’explication des portraits peints de gens toujours non souriants !

La Fontaine : ultime confession, de Gilles de Becdelièvre. Editions Télémaque, octobre 2012.