Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Avant d’entamer la vie de César Borgia, Ivan Cloulas nous explique les circonstances de l’arrivée de son père en Italie, sa montée en puissance, ses succès diplomatiques, sa vie, ses enfants (dont César, Lucrèce, Juan…), ses biens obtenus, son accession à la papauté sous le nom d’Alexandre VI et l’ « utilisation » de ses enfants pour parvenir à ses fins et conserver sa place dans le monde politique.

CLOULAS_-_CESAR_BORGIACésar pourrait être résumé à un proverbe « la fin justifie les moyens » ! Jeune, il a déjà beaucoup de caractère, connait son rang et sa position princière. Avide de pouvoir, il veut devenir pape, mais la vie ecclésiastique ne le satisfait pas, il redevient laïc, voulant devenir le plus grand souverain d’Italie. S’alliant au roi de France, Louis XII, qui le nommera duc de Valentinois, il apprend beaucoup dans son armée royale et fait la connaissance de Léonard de Vinci dont il utilisera les compétences en matière d’architecture militaire. Impliqué dans des assassinats, César est « couvert » par sa famille…jusqu’en 1503, lorsque son père, son seul soutien meurt. Toujours à vouloir plus, il envisage la papauté, mais se retrouve face à ses ennemis qui veulent récupérer leurs biens confisqués par les Borgia. Croyant en l’avenir, il est pris au piège par le nouveau pape Jules II. Emprisonné, puis évadé, il est abandonné de tous sauf de Lucrèce et meurt finalement au combat en 1507.

A côté de la vie de César, l’auteur nous raconte celle de sa sœur Lucrèce, mariée plusieurs fois à des fins politiques, tout en nous faisant part des agissements des uns (comme les prélats qui oublient « leurs ouailles » pour ne s’occuper que de leurs maîtresses et de leur patrimoine) et des abus des autres (le pape Alexandre utilisant entre autre le patrimoine des prélats morts pour fournir les moyens financiers à son fils).

C’est un ouvrage vivant, à base d’extraits des journaux de Burckard, maître des cérémonies et en quelque sorte « secrétaire du pape au Vatican », ce qui rend encore plus intéressant cette histoire. Les petits chapitres se lisent facilement, les termes sont compréhensibles et le point vraiment positif de ce livre : la dépravation, la luxure, le scandale ne ressortent pas en priorité !

César Borgia : Fils de pape, prince et aventurier, d' Ivan Cloulas. Texto, mars 2013.