Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


L'entrée dans un cycle commémoratif, où le souvenir du « Grand Jaurès» (Max Gallo), assassiné le 31 juillet 1914, sera mêlé à celui de la Grande Guerre, doit être l'occasion de sortir de la légende pour aller vers l'histoire. Depuis cent ans, en effet, la figure de Jean Jaurès appartient au mythe ; mythe du combat contre une guerre pourtant inéluctable, mythe du socialisme humain dans un siècle de tyrannie des idéologies, mythe enfin du « grand disparu » dont la gauche française resterait orpheline.

 

lhistoire mars14Par sa mort tragique, la veille du déclenchement de la Grande Guerre, Jean Jaurès est entré au panthéon de l'histoire. Cent ans après, les historiens s'intéressent à des aspects méconnus de la politique et de la personnalité de cette grande figure du socialisme, qui a encore beaucoup à nous dire. Jaurès ne fut pas seulement le plus grand leader socialiste de son temps. A travers ses combats, en faveur de Dreyfus, de la liberté de la presse ou de l'abolition de la peine de mort, il nous a légué quelques belles leçons de politique.

Figure héroïque en France, mais aussi en Europe et dans le monde, il nourrit les imaginaires politiques et populaires. L'homme n'a laissé indifférent aucun des grands noms de son époque - Ferry, Clemenceau, Briand, Zola, Dreyfus - et a inspiré des politiques aussi divers que Trotski, Blum, Mendès France, de Gaulle ou Mitterrand. Les écrivains comme Martin du Gard ou Aragon s'en sont inspirés et les artistes l'ont chanté tel Jacques Brel en 1977.

Jaurès (1914-2014) le socialisme du possible. Mensuel L'Histoire, Mars 2014. En kiosque et sur abonnement.