Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


L'année 1814 est riche en coups de théâtre. Le 31 mars, les Coalisés, tsar en tête, entrent dans Paris. La capitale vit pendant quelques semaines à l'heure russe. Alors que Napoléon à Fontainebleau se résout à abdiquer, Alexandre Ier et Talleyrand préparent le retour des Bourbons. La France va-t-elle revenir à l'Ancien Régime ? C'est en fait un régime tourné vers la modernité qui se dessine, avec Louis XVIII, dans une France rétrécie à ses frontières de 1792. Napoléon, exilé sur l'île d'Elbe, s'installe dans un royaume de 200 km2.

 

401En finir avec Napoléon, c'est le problème du tsar Alexandre Ier lorsque, le 31 mars 1814, il fait son entrée dans Paris, à l'issue des trois mois de la campagne de France et d'une bataille qui, la veille, a laissé 18000 hommes sur le terrain. Les coalisés occupent le pays. Les cosaques bivouaquent aux Champs-Elysées. Pour le tsar plutôt francophile qui va passer deux mois à Paris, cette victoire est l'occasion d'installer pour longtemps un nouvel ordre européen.

Encore faut-il trouver un régime stable pour la France. Impensable après vingt-cinq ans de revenir à une monarchie absolue qui risquerait de jeter le pays dans la guerre civile. Le tsar envisagera toutes les solutions avant de résoudre au Bourbon, qu'il jugeait « l'homme le plus nul d'Europe »... C'est pourtant Louis XVIII qui revient en 1814, mais appuyé sur une Constitution : la Charte. Obnubilés sans doute par la violente régression du droit du suffrage qui signe la fin des aspirations démocratiques, on n'a pas toujours mesuré l'importance de ce texte qui reconnaît l'égalité civile, la liberté des individus, celles de la presse et du culte. Ce compromis libéral, longuement mûri durant vingt-cinq années de tempête politique, n'avait rien d'une improvisation : applaudie par les notables, la Charte posait le cadre libéral capable de laisser s'épanouir la puissance de la France à l'âge industriel.

Napoléon : comment un empire s'écroule. Mensuel L'Histoire numéro spécial, juillet-aoùt 2014. En kiosque et sur abonnement.