Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


Il y a un an mourait le grand médiéviste Jacques Le Goff. Le mensuel L'Histoire lui rend hommage, à travers un thème qu'il a été parmi les premiers à explorer en s'intéressant au rire : l'histoire des émotions.

 

histoire mars2015Le Moyen Age a longtemps été presenté comme un temps où les sentiments s'expriment de manière outrancière : saints qui pleurent, princes qui s'emportent jusqu'au meutre, foules qui rient ou s'effraient démesurément. A travers sept émotions (la colère, les larmes, l'amour, la peur, la fureur, la honte, le rire), ondécouvre au contraire combien cette expressivité était codifiée. Et finalement très rationnelle.

Le millénaire médiéval a été un temps pas­sionné, où les émotions n'étaient pas seule­ment vécues dans le secret des cœurs mais s'exhibaient dans la vie publique, avaient une pleine fonction sociale, politique, reli­gieuse : les princes pleurent à l'évocation des malheurs de leur peuple, les moines gémissent de douleur pour les péchés des hommes, les foules des villes et des campagnes crient leur haine du seigneur tyrannique. Ces images sont associées à des scènes qui sont devenues les vignettes d'une culture commune : les larmes de piété de Saint Louis ; la fureur des reines méro­vingiennes ; les éclats de rire de la Farce de maître Pathelin ; la honte des bourgeois de Calais....

Rire, pleurer, haïr au Moyen Age. Mensuel L'Histoire, mars 2015.