Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


Victime des déprédations de l'État islamique, Palmyre est devenue l'un des symboles de la destruction aveugle de toute forme de culture. Voici 2 000 ans, cette riche cité caravanière fut pourtant un modèle de syncrétisme, point de confluence des grandes civilisations antiques.

 

histoire civilisations 11-2015
Depuis sa prise par l'État islamique en mai dernier, la cité antique de Palmyre (Syrie) subit des dommages irrémédiables, Ainsi, le 4 octobre, l'arc de triomphe a été pulvérisé à la dynamite. Un mois auparavant, des tours funéraires étaient rasées. Les 23 et 31 août, les temples de Baalshamin et de Bêl disparaissaient. Fin juin, le Lion d'Athéna, symbole de la « perle du désert », était réduit en poussière. Stratégie perverse qui se conjugue avec des assassinats,
comme la décapitation de l'ancien directeur des Antiquités, Khaled Al-Assad.

Parce que la mémoire participe de la vie, nous avons voulu rappeler dans ce numéro la valeur universelle de ce joyau brisé de l'humanité. L'État islamique a justifié la destruction de l'arc de triomphe en qualifiant d'idolâtrie les « ornements sur ses colonnes ». Drôle de pureté qui verse dans le trafic d'antiquités et qui sacrifie au culte des images médiatiques. Le respect des cultures ne se confond pas avec le relativisme ou l'indifférence. Le désir de comprendre implique empathie et sens de l'altérité. Il s'étend aux civilisations disparues. Abou-Simbel appartient au patrimoine de l'Égypte, tout comme Pétra à celui de la Jordanie, ou Éphèse à celui de la Turquie.

Palmyre, le joyau brisé de l'antiquité. Histoire & Civilsations, novembre 2015. En kiosque et sur abonnement.