Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)


Débarqués en Armorique à la fin de l'antiquité, les Bretons développèrent leurs institutions propres, point de départ d'une histoire riche marquée par sa singularité. De Nominoë aux manisfaestations des bonnets rouges, les "collections" de L'Histoire propose un numéro spécial entièrement  dédie à la Bretagne.

 

bretagne lhistoireD'où vient le force de l'identité bretonne? Du territoire d'abord: la frontière du duché dessinée au xe siècle n'a guère changé jusqu'en ... 1941, quand un obscur fonctionnaire de Vichy fit perdre à la Bretagne la Loire-Atlantique et Nantes, la ville-capitale de ses ducs.

Une tradition ancrée d'autonomie ensuite. Au xv" siècle, le duché, comparable par son poids au Portugal ou à la Suède, possède tous les rouages d'une principauté souveraine, avec ses institutions, sa monnaie, son armée, un duc couronné, des ambassadeurs jusqu'à Rome ... Devenue française par le double mariage de la duchesse Anne, la Bretagne saura conserver, jusqu'à Louis XIV, des privilèges fiscaux et une prospérité commerciale qui expliquent l'âge d'or des XVIe et XVIIe siècles et la violence des révoltes contre le tour de vis fiscal imposé par le Roi-Soleil.

Une langue enfin, majoritairement parlée dans la partie occidentale de la péninsule jusqu'à la fin du XIXe siècle et dont la vitalité n'a pas grand-chose à voir avec 1'« idiome» qu'évoque un manuel scolaire des années 1920. Elle alimente une mémoire tenace que révèlent notamment les gwerziou, ces complaintes transmises de génération en génération.

Mais la Bretagne ne se laisse pas enfermer dans une identité étroite. Terre pauvre et marginale? Voire. La plus maritime des provinces françaises envoie dès le XVIe siècle marins et pêcheurs sur toutes les mers du monde. Au temps de Jacques Cartier puis de Surcouf, Saint -Malo est bien un port mondial. Réactionnaire? Pas plus. A-t-on oublié qu'en 1789 le Club breton est à l'origine du club des Jacobins? Et qu'en 1940, la Bretagne est la première région à s'engager dans la France Libre ? Quant au vote breton, longtemps acquis à la droite conservatrice, il a désormais basculé vers la gauche.

Rebelle au pouvoir de Paris, comme lors de la révolte des bonnets rouges en 1675, la Bretagne n'en est pas moins sourde aux sirènes centrifuges. Car le pays est apte au syncrétisme. Mona Ozouf et Michel- Édouard Leclerc, chacun avec ses mots, nous le redisent ici: les Bretons nous aident à comprendre que l'essentiel n'est pas d'opposer les appartenances, mais de les hiérarchiser. On n'est jamais plus ouvert que lorsqu'on est sûr de son identité. Et les Bretons prouvent que l'on peut être à la fois fier de sa province, fier d'être français, fier d'être européen.

La Bretagne, une aventure mondiale. Les collections de l'Histoire,  Juillet 2017. En kiosque et sur abonnement.