Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Encore aujourd’hui, le Moyen Âge charrie nombre de fantasmes et d’idées reçues, qu’il soit jugé comme sombre et arriéré, ou au contraire comme la période matricielle de l’histoire de France. L’historien Sylvain Gouguenheim, qui a déclenché la polémique en 2008 avec son controversé Aristote au Mont Saint-Michel (Seuil), propose avec Le Moyen Âge en questions (Texto, 2012) un voyage à la découverte du Moyen Âge à travers une quarantaine de thèmes, essentiellement consacré à l’Occident médiéval.

L’ouvrage Le Moyen Âge en questions est une réédition de Regards sur le Moyen Âge, titre qui convenait probablement plus au propos de Sylvain Gouguenheim. Comme l’auteur le dit lui-même, nous ne sommes ici ni dans un manuel, ni dans un dictionnaire d’histoire médiévale, mais dans « une initiation sélective ».moyenagequestions

Cela implique donc des choix de l’historien. Tout d’abord un découpage en parties thématiques : « la guerre et la paix » ; « le pouvoir » ; « la foi et la culture » ; « le travail » ; « mémoires, images et mythes ». Si l’ouvrage se veut concentré sur l’Occident, il se permet quelques détours par Byzance, choix somme toute logique puisque Gouguenheim a insisté, notamment dans Aristote au Mont Saint-Michel, sur le lien entre l’Orient byzantin et l’Occident latin, tous deux chrétiens. L’Islam est donc peu évoqué, ou comme adversaire, et ce dès le premier article, consacré à « Poitiers, 732 ».

La plupart des autres thèmes sont assez classiques, tels « la Paix de Dieu », « la chevalerie », « vassalité et féodalité », « les cathédrales gothiques », « le monde des métiers urbains », « Clovis : le baptême de la France ? », ou « Jeanne d’Arc, la paysanne qui fit sacrer un roi ». Toutefois, d’autres sujets sont moins courants, et pour beaucoup ils s’avèrent les plus intéressants du livre : « Empire assiégé ou empire conquérant ? La guerre à Byzance avant 1204 », « De Londres à Antioche, de Rouen à Palerme : l’expansion normande », « L’empereur aux yeux de serpent : Frédéric II Staufen (1194-1250) », « Mourir à Jérusalem : les pèlerinages dans la ville la plus sainte », « Les épousailles du doge : les villes d’Italie et la mer », ou encore « Images du monde : la cartographie médiévale ». Chaque article se termine par une courte mais essentielle bibliographie.

L’avis d’Histoire pour tous

Entre manuel et dictionnaire, Le Moyen Âge en questions a donc du mal à se situer. De plus, sa vision finalement un peu trop traditionnelle, et surtout fermée (malgré Byzance), du Moyen Âge est un peu dommage. Cependant, facile d’accès, clair et agréable à parcourir, on peut le prendre comme une porte d’entrée possible sur certains sujets, une introduction thématique au Moyen Âge occidental. Rien de plus.

- S. Gouguenheim, Le Moyen Âge en questions, Texto (Tallandier), 2012, 407 p.

 

Commentaires sur cet article