Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

A la fin de l'année 1944, les Alliés pensaient la victoire prochaine, inéluctable et rapide. L'Allemagne allait être vaincue. Et pourtant, Hitler tenta, en décembre 1944, une dernière offensive, afin de pousser les Alliés à la négociation : ce fut l'offensive allemande des Ardennes, qui est nous contée, dans un une récente réédition, par Pierre Stéphany.

 

ardennes44Depuis le 6 Juin 1944, et le débarquement en masse sur les côtes normandes des forces anglo-américaines, tout paraissait sourire aux Alliés, la libération de Paris le 25 Août 1944 constituant le point d'orgue de cette reconquête territoriale. Les troupes alliées se rapprochaient désormais du territoire allemand. L'une des ultimes décisions stratégiques d'Hitler, visant à repousser les Alliés à l'Ouest, pour les convaincre de combattre la menace soviétique à l'Est, fut d'opérer une contre-offensive, dans la même région où il avait porté son offensive contre la France en mai 1940 : les Ardennes. Pierre Stéphany, dans une écriture plutôt romancée, décrit bien l'atmosphère d'insouciance dans laquelle baignaient les troupes alliées sur le front Ouest, à la fin de l'année 1944. Envisageant autant les préparatifs de l'opération, le sort des populations civiles qui pensaient ne plus revoir de troupes allemandes, que l'effet de surprise provoquée chez les généraux alliés, le récit de Pierre Stéphany constitue une belle immersion dans l'une des ultimes grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale. . Cependant, les troupes allemandes et la stratégie de la Blitzkrieg qui avaient tant réussi au début de la guerre, furent freinées par des conditions climatiques difficiles et ne parvinrent pas à retrouver l'énergie de mai 1940.

Jalonné de petits encadrés qui proposent des approfondissements sur des sujets très divers —la ration K qui nourrissait les soldats américains, la retranscription de quelques unes de journaux de l'époque —, cet ouvrage montre bien la sensibilité de l'auteur pour l'impact de la guerre sur les individus et la vie quotidienne, apportant des éclairages très intéressants. Si l'on peut regretter quelques égarements dans la narration qui créent des effets de longueur, l'ensemble est agréable à lire, et constitue un beau récit sur l'un des derniers sursauts militaires de l'Allemagne nazie durant le second conflit mondial.

Ardennes 44: La dernière offensive allemande, de Pierre Stéfany. Ixelles éditions, octobre 2013.

 

Commentaires sur cet article