Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

"Les races à crâne déprimé et comprimé sont condamnées à une éternelle infériorité" déclarait l'anatomiste français Georges Cuvier devant l'académie de médecine en 1817, présentant un moulage de Sarah Baartman, dite la "vénus hottentote". Dans le très beau film Vénus noire, Abdellatif Kechiche dénonce les dérives du colonialisme et la mécanique du racisme dans une œuvre majeure, inspirée de faits réels.

venus_noire
De son vrai nom Sawtche, la Vénus hottentote est une jeune femme khoi-khoi (peuple appelé « Hottentots » par les colons européens) qui, vraisemblablement née en 1789, vivait en Afrique du Sud au début du xixe siècle. Esclave atteinte de stéatopygie (fesses hypertrophiées) et de macronymphie (organes génitaux protubérants), elle devient rapidement un objet de curiosité pour les colons blancs. Elle est embarquée pour l'Europe en 1810 et, après avoir été impudiquement « étudiée » par les naturalistes du Muséum national d'histoire naturelle (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Georges Cuvier) et exposée dans les foires et cirques d'Europe, elle meurt le 29 décembre 1815 à Paris dans la plus grande misère. Conservés au musée de l'Homme à Paris, ses restes furent transférés en Afrique du Sud en 2002 à la demande de Nelson Mandela.

Vénus noire, d' Abdellatif Kechiche, actuellement en salles.

La bande annonce du film

 

Commentaires sur cet article