Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

Le site internet rue89 nous apprend la décision du Conseil d’Etat, le 28 novembre, d’annuler une partie du texte sur la formation des enseignants, en l’occurrence la mastérisation, que nous avions évoquée ici pour le CAPES d’histoire-géographie. En effet, le 12 mai 2010, à la hâte, le ministre de l’Education Nationale a abrogé « le cahier des charges de la formation des maîtres »...


Ainsi, « les professeurs stagiaires sont passés d'un mi-temps à l'école à un plein-temps, avec une formation pédagogique homéopathique », selon rue89 toujours. C’est cette décision que le Conseil d’Etat aurait annulé, ce qui pourrait remettre en cause la mastérisation elle-même, décidée avant tout, on le sait, pour faire des économies sur le dos des professeurs stagiaires et des enseignants en général.

Luc Chatel aurait même eu un "excès de pouvoir" en ne respectant par les procédures. Cela donne raison aux syndicats, qui avaient saisi le Conseil. Toujours selon rue89, « cette décision devrait logiquement faire revenir les enseignants débutants à un tiers de pratique et deux tiers de formation (les dispositions antérieures prévues dans l'arrêté du 19 décembre 2006) » ! Autant dire un nouveau bazar, le tout alors que le ministère est empêtré en ce moment dans sa gestion une fois de plus calamiteuse de la justification du CLES2 pour être fonctionnaire stagiaire (de nouvelles dispositions sont parues ici).

Le ministre, dont l’incompétence et le mépris se confirment, a cependant le droit à un « sursis ». On ne sait donc pas quelles vont être les conséquences de cette décision du Conseil d’Etat, mais il se pourrait que pour les candidats aux concours de l’enseignement le cauchemar continue…

 

Commentaires sur cet article