Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

NB6Du coup d'Etat de Brumaire jusqu'au mariage avec l'archiduchesse autrichienne (re-)découvrez avec ce troisième tome le destin hyperbolique de Napoléon ! A travers cette nouvelle bande dessinée de la collection Jacques Martin, plongez-vous au cœur de l'épopée impériale : Austerlitz, Iéna, Eylau, Wagram... Quarante-huit planches pour traiter tambour battant quelques unes des heures les plus marquantes de notre Histoire !

L'épopée continue !

Après un long délai entre les deux premiers tomes (voir nos articles sur les tomes la guerre contre la Russie et ses conséquences désastreuses. 

NB1Notre avis

C'est toujours avec plaisir que nous voyons paraitre un ouvrage de vulgarisation sur le Premier Empire, il faut bien que quelques hommes prennent en main la transmission détaillée de cette période faste de notre Histoire quand les programmes scolaires ne le permettent plus.

Cette biographie de Napoléon en quatre tomes (le dernier est à paraitre en 2014) est une bande dessinée pure souche, comprenez là une bande dessinée qui raconte à travers ce support particulier l'Histoire telle que vous la trouveriez dans un classique manuel d'Histoire. Il ne s'agit pas, comme dans d'autres sagas sur la période, d'inventer un roman avec des personnages fictifs dont le scénario permettrait plus ou moins de découvrir l'Histoire. Non, il s'agit d'une réelle biographie, synthétisée et illustrée par le neuvième art. On pourrait faire à ce tome les mêmes reproches faits aux précédents : l'histoire est très napoléoncentrée au détriment parfois de l'action d'autres personnages clefs de la période (par exemple le rôle majeur de Sieyès dans le coup d'Etat qui n'est guère mis en valeur) et le format réduit qui oblige à des raccourcis rapides : traiter les années 1799 – 1811 en 46 pages est un véritable défi mais aussi un véritable handicap si l'on souhaite donner une image précise de qui fut Napoléon. Toutefois, compte tenu de la fourchette chronologique à traiter et du nombre de planches limité, il faut reconnaitre que cette BD parvient à survoler les instants clefs et les images phares de l'épopée napoléonienne. Les quelques éléments cités plus haut en témoignent. Sans tomber nettement dans la légende dorée de l'Empereur, cette BD demeure très complaisante envers Napoléon : notamment pour la façon dont fut gérée la condamnation du duc d'Enghien, ou sur sa relation avec la papauté qui apparait un peu trop idyllique, tout comme le mariage avec Marie-Louise ou le début de relation avec Marie Walewska ...

La narration est très historique, il y a certes obligatoirement quelques passages de transition plus ou moins inventés, mais très nombreuses sont les citations mots pour mots de Napoléon et des autres acteurs de l'Histoire, ce qui renforce l'effet d'authenticité de cette saga. La recherche d'authenticité se retrouve également par l'utilisation par les hommes de troupes deVictor Hugo) ou encore de célèbres mémorialistes à l'instar de Coignet ou Marbot.

Graphiquement, le dessin est réaliste, assez détaillé pour les personnages, un peu moins pour les arrières-plan. On remarque l'heureuse diminution du nombre d'incrustations numériques qui ne mettent pas en valeur le dessin par effet de contraste. Si la narration permettait de retrouver les classiques citations des livres d'Histoire, les planches offrent aussi, de case en case, l'occasion de retrouver des clins d'œil à quelques grandes images de l'épopée. Ainsi, l'œil habitué reconnaitra ici et là des cases inspirées des œuvres de François Bouchot, d'Auguste Couderc, de Jacques-Louis David, d'Edouard Detaille ou encore d'Auguste Raffet... Les cases inspirées d'œuvres d'art le sont de façon intelligente, quitte à les rectifier un peu (comme l'œuvre de David qui, comme tout le monde le sait faisait figurer la mère de Napoléon au sacre) mais peuvent donner un côté un peu « classique » à cette BD. Toutefois il y a un intérêt majeur à cette façon de faire ! Mise à part les scènes de Raffet qui sont réutilisées dans un autre contexte (sans que cela soit d'une grande importance), toutes les œuvres utilisées se voient ainsi repositionner dans la chronologie de l'épopée. Ainsi, un élève ou un amateur qui aura dans son livre d'école ou dans tout autre ouvrage vu un tableau représentant le 18 Brumaire ou le Colonel Lepic à la tête des Grenadiers à cheval pourra immédiatement replacer la scène dans son contexte historique. Ainsi faisant, cette bande dessinée initie à l'Histoire de France, mais également à l'histoire des arts, ce qui est une des nouvelles priorités de l'enseignement.

En définitive nous avons là une BD synthétique et somme toute classique, mais réalisée avec beaucoup de sérieux et NB4qui s'avère être un bon vecteur de divertissement mais aussi un bon outil de vulgarisation de l'Histoire, de l'histoire des arts (et dans une moindre mesure de l'histoire littéraire avec quelques références permettant de faire le lien entre Lettres et Histoire), ce qui la rend parfaitement adaptée aux scolaires. Nul doute que les bibliothèques, les CDI, et les parents soucieux de compléter la culture de leur enfant sur cette période clef magistralement sous traité à l'école trouveront dans cette saga de quoi éclairer la jeunesse.

"Napoléon Bonaparte" :

- T.1 : 1779 – 1793
- T.2 : 1793 – 1799
- T.3 : 1799 – 1811

Collection : Jacques Martin
Scénario : Pascal Davoz
Dessin : Jean Torton
Editions : Casterman