Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

saigonLittle Saigon de Clément Baloup a la grande originalité de traiter un sujet méconnu : le sort réservé aux Vietnamiens, Laotiens et autres Cambodgiens compromis auprès de l’armée américaine et qui durent s’expatrier avec le fiasco de l’armée US et la victoire communiste en 1975. C’est le douloureux périple de ces réfugiés, et leur délicate intégration à la société américaine, que l’auteur nous propose de découvrir à travers une série de témoignages.

Mémoires de Viet Kieu

Ce second tome, « Little Saigon », fait suite à « Quitter Saigon » où Clément Baloup s’intéressait au sort des Indochinois rapatriés après la défaite américaine de 1975. Une victoire communiste qui ne marque pas pour autant l’entrée du pays dans la paix puisque la guerre reprend dès 1979 avec les Khmers rouges et les Chinois. Ainsi durant les années 1970’s et 1980’s les réfugiés vont quitter leur terre natale prenant la mer au milieu des pirates, aidés par des passeurs peu scrupuleux, pour rejoindre des camps de fortunes où l’armée américaine les parquait en Malaisie, en Indonésie… Pour ceux qui se font arrêter en route, c’est la prison, l’autocritique, le travail forcé… Ceux qui parviennent à passer arrivent dans des camps surpeuplés marqués par la promiscuité, le manque de nourriture, le marché noir, l’extrême pauvreté, le manque d’hygiène, les pressions, les viols… Des camps où l’on traite chaque dossier pendant des mois, plus d’un an, où l’on apprend l’anglais aux réfugiés jusqu’au jour où ils obtiennent le précieux sésame leur ouvrant les portes des États-Unis.

Les États unis, vus comme le pays de la Liberté et de l’auto-entreprise, sont un pays du libéralisme et du communautarisme. Installés près des ghettos noirs les Asiatiques forment à leur tour leurs propres ghettos, des riches centres commerciaux recréant le Japon au bas fond où règnent les gangs laotiens… Là règne la violence, les règlements de compte armés, les fusillades s’enchainent et le temps où les parents ou grands-parents vivaient pauvrement de la culture du riz dans une région isolée du Laos semble révolu.

Notre avis

Le choix du sujet est original et très intéressant : la guerre du Vietnam non pas par elle-même, mais par ses conséquences sur une partie de la population locale poussée à l’exil. Clément Baloup a fait le choix de présenter cette bande dessinée sous forme d’enquête. Le lecteur suit les pas d’un personnage inspiré de l’auteur lui-même : un auteur de BD écumant les quartiers asiatiques des grandes villes américaines, en commençant par San Francisco, pour y recueillir les témoignages de ces hommes et de ces femmes arrachés à leur terre. D'ailleurs, il s’agit plus des témoignages de femmes, qui livrent leur odyssée avec sa part d’ombre et de traumatisme. Les déplacements dans les quartiers asiatiques, entre chaque témoin, est également l’occasion de traiter ce sujet en voyant ce que sont devenus ces exilés dans une société américaine que n’est pas adepte de l’État Providence. Seules quelques Églises américaines se mobilisent pour les réfugiés. Cette diaspora apparait fortement déchirée, entre leur patrie et leur nouveau pays, entre la tradition et les nouveautés, mais aussi entre générations. Il y a la reconstitution de l’environnement architectural, l’importation de produits, les spécialités culinaires, les arts martiaux, les jeunes déguisés en Naruto, les musées… Mais aussi les gangs, l’attrait du mode de vie américain qui rejette moins le culte du corps ou l’homosexualité…
saigon2

Les rencontres dans les quartiers asiatiques finissent par largement dépasser le cadre que le titre « Little Saigon » pourrait laisser penser. En effet il n’est pas seulement question de la diaspora vietnamienne, mais aussi d’autres épisodes de l’histoire américaine comme la mise en camps des Japonais présents dans le pays après la défaite de Pearl Harbor et l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

Au final, nous avons là une belle BD utilisant directement les méthodes de l’histoire récente avec le recours aux témoignages. Des témoignages très variés que l’auteur a recueillis lors de son voyage aux États-Unis, un voyage financé en tant que lauréat Hors les Mur en 2009. Un beau projet bien mené pour une BD de 253 pages qui vous embarque au milieu du million et demi de Vietnamiens installés aux États-Unis.

- Quitter Saigon

- Little Saigon

Auteur : Clément Baloup

Éditions : La boite à bulles

 

Commentaires sur cet article