Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

goulag-russie7 Avril 1930. Staline, 1er secrétaire général du Parti Communiste d'Union Soviétique, fait publier un décret sur l'organisation d'une nouvelle institution de camps correctionnels de travail dits le Glavnoïe Oupravlenie Laguereï (Direction principale des camps) ou GOULAG (acronyme). La gestion du Goulag est confiée d’emblée à la Guépéou (puis au NKVD), mesure qui atteste de son caractère éminemment répressif. Le Goulag Stalinien est l’héritier (pour s’en tenir à la période soviétique) des camps mis en place par les Bolchéviques durant la guerre civile.

Les années 20 virent perdurer ce système de camps d’internement et de travail pour les opposants politiques, mais à une échelle moindre. En 1923 on comptait environ 25 000 prisonniers dans les divers camps soviétiques. La mise en place du système stalinien ne va pas tarder à provoquer une augmentation très importante du nombre de prisonniers, à mesure que la répression politique s’intensifie. Avec la dékoulakisation et les purges des années 30 les détenus se compteront en centaines de milliers.

Un sinistre archipel

Il va sans dire que les conditions de vie de ces derniers, furent au mieux difficiles au pire passablement atroces. Les ‘zek’ sont soumis à un régime de travail physique très exigeant alors que nourris de manière insuffisante et logés dans des bâtiments inadaptés au rude climat de l’Oural ou de la Sibérie. L’exploitation des mines de la Kolyma, ou les travaux du canal de la Mer Blanche constituent des cas exemplaires de l’enfer que représenta pour beaucoup l’expérience du Goulag.

Le Goulag Stalinien perdurera jusqu’en 1958, bien que les dirigeants soviétiques ultérieurs (et notamment Brejnev) continuèrent de déporter certains opposants politiques. Néanmoins l’ampleur du phénomène ne put être sérieusement étudiée avant l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev.