Histoire pour Tous



D'Alexandre à Mithridate: sarisse et macédoine

Discussions et échanges autour de l'antiquité, de l'invention de l'écriture à la fin de l'Empire Romain d'Occident.

D'Alexandre à Mithridate: sarisse et macédoine

Messagepar antharic » 10 Jan 2018, 15:29

bonjour à tous,

Je viens d'acheter le dernier numéro de la revue Pretorien consacré aux guerres entre Rome (Pompée le Grand pour être précis) et Mithridate VI Eupator, le roi du Royaume du Pont. Ce numéro est donc consacré à la fin du conflit , qui s'achève avec la fuite du roi du Pont à Panticapée et son suicide en 63 av jc. En effet, pendant ces les guerres "mithridatiques" qui débutent en 88 pour se terminer en 63 , le dernier "roi hellénistique" qui défie encore Rome ,Mithridate a affronte successivement et pendant plus de vingt années, Sylla et Murena, une armée marianiste, Lucullus puis Pompée.

Ce numéro très intéressant est consacré à une description précise du type d'armée déployé par Mithdridathe contre Rome: il aligne des phalangites, une infanterie légère, une cavalerie lourde (cataphractaires), commandés par des stratèges grecs comme Archéleos,aux batailles de Chéronée et d'Orchimène. Bien sûr, il y a à côté du noyau équipé à la macédonienne , de nombreux contingents d'alliés (Arméniens, Cappadociens,..). Bref, on retrouve donc le schéma habtuel des armées hellénistiques...

Pourtant, de Cynoscéphales (197) à Pydna (168 ), en passant par Magnésie du Sipyle (189),celles ci ont constamment perdu face aux légions romaines (les fameux "manipules"). En effet, à la différence d' Alexandre, sous les rois hellénistiques , la phalange "macédonienne" s'est alourdie (avec un équipement défensif du phalangite plus protecteur) et les sarisses se sont encore allongées (jusqu'à atteindre 7,5 mètres !).Quant à la cavalerie, elle a a perdu semble t'il perdu le rôle crucial et décisif qui avait été le sien à Gaugameles par ex. Mithridate utilise aussi des chars à faux (une centaine) dans les plaines de Grèce mais c'était déjà le cas de à la bataille d'Ipsos en 301 av jc où Séleucos aligne près de 120 quadriges à faux.

Ma question est donc la suivante
: commnt expliquer que les amées de Mitridate , plus de cent années après les grandes défaites du séleucide 'Antiochos III, de l'Antigonide Philippes V et du roi de Macédoine Persée soient (encore) équipées comme les armées "macédoniennnes" et combattent, semble 'il, selon le même schéma tactique - malgré les "enseignements " de l' histoire militaire ? D'ailleurs, celui qui se voulait le "digne successeur" de ces roi hellénistiques n'a t'il pas lui aussi perdu les plus importantes batailles (Chéronée, Orchimène) qu'il a dû livrer aux généraux romains !! :(
Qui vincit non est victor nisi victus faetur
Avatar de l’utilisateur
antharic
 
Messages: 499
Inscrit le: 16 Oct 2011, 17:57
Localisation: paris

Messagepar Eginhard 38 » 28 Jan 2018, 21:15

Je n'en ai aucune idée. Mais lorsque quelque chose paraît bizarre en histoire militaire, on peut apprendre beaucoup de choses en abordant le problème par le prisme de la logistique. C'est peut-être une piste. Quelle que soit sa supériorité tactique sur le papier, une armée en mauvaise posture logistique est une armée en mauvaise posture tout court.
In hoc signo vinces, coin coin ! - http://leseigneurdesoiseaux.blogspot.com/
Avatar de l’utilisateur
Eginhard 38
 
Messages: 1478
Inscrit le: 20 Sep 2009, 12:52
Localisation: Lyon

Messagepar antharic » 01 Fév 2018, 20:39

Merci pour la réponse Eginhard 38,

Je dois dire que j'ai un peu "grossis le trait" en comparant l'armée de Mithridate à une armée hellénistique puisqu'il aligne un "noyau macédonien" (troupes d'élite équipées et armées à la macédonienne) de 10 000 hommes pour un effectif global de 90 000 hommes à la bataille d'Orchomène et de 30 000 à 50 000 hommes à celle de Chéronée ,quand les Lagides et les Séleucides comptent entre 25 000 et 20 000 phalangistes à Raphia (Egypte- 217 av jc) pour un effectif total de 60 000 à 70 000 fantassins.

On voit bien que la proportion de phalangistes n'est pas la même: elle atteint environ un tiers des effectifs globaux (hors cavalerie) dans les armées hellénistiques classiques.

Toutefois, ce qui est frappant, c'est la persistance de cet art de combattre,"à la macédonienne" [b] près de cent cinquante années plus tard mais aussi le fait que les tactiques romaines (organisation en cohortes, lancer du pilum, infanterie lourde..) n'est pas été copiées par d'autres belligérants comme le sont les principales armées contemporaines. Je pense notamment au Légionnaire type du Haut Empire (gladius et pilum,scutum, lorica segmentata).Je prends acte du fait que ce questionnement peu sembler naif à certains spécialistes.

Comme j'ai peu de temps, je reviendrai plus tard sur ce sujet. :(

Cordialement.
Qui vincit non est victor nisi victus faetur
Avatar de l’utilisateur
antharic
 
Messages: 499
Inscrit le: 16 Oct 2011, 17:57
Localisation: paris




AUTRES MESSAGES SUR LE MEME THEME


Retour vers Histoire antique

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité