Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

COUVERTURE DU LIVRE Année 451 la victoire de loccidentEn 451, la célèbre bataille des Champs Catalauniques met un terme à l'expansion fulgurante des huns d'Attila et des leurs alliés agrégés au fil des conquêtes. Face à eux, une coalition inédite melant gallo-romains et peuples germaniques installés en gaule. Un choc décisif que nous relate Alain Di Rocco dans son dernier ouvrage : Année 451 : la victoire de l'occident.

 

Que s’est-il passé en Gaule, entre l’Antiquité et le Moyen Âge?

Alors que l’Empire romain vit ses dernières décennies, la Gaule gallo-romaine abandonnée par le pouvoir impérial de Ravenne subira la pire des invasions, Attila, le plus redoutable chef de guerre de tous les temps à la tête des Huns.  D’où venaient-ils ? En des temps immémoriaux, établis dans les steppes d’Asie centrale, leurs ancêtres avaient fait trembler la Chine. Mais en ce milieu de cinquième siècle, les Huns avaient créé un Empire dans les plaines de Pannonie, la future Hongrie et Attila allait conduire ses terribles hordes en direction des riches cités de Gaule.

AttilaBientôt, la première de ces cités, Divodurum, la Metz antique, va connaitre « l’apocalypse. » Après plusieurs jours de dévastation en pays messin, les cavaliers de la steppe traversaient l’Argonne. Poursuivant leur progression à l’ouest, ils inondèrent bientôt la Champagne. Durocorturum, la Reims de l’Antiquité, deuxième plus vaste cité de la Gaule sera assiégée. Usées par les attaques vandales du début du siècle, les fortifications de Reims cédèrent rapidement. Heureusement pour la métropole rémoise, les hordes quitteront rapidement la cité. Puis, roi guerrier, Attila conduira ses armées devant Châlons, qui ne cédera pas à la violence du chef hunnique. A la hauteur de sa réputation de sentinelle de Champagne, Châlons saura interdire aux Huns le franchissement de ses hautes murailles.

Mais comment la cité catalaune réussira-t-elle tel exploit, face à ces myriades de guerriers ? Le manque de ravitaillement et l’empressement d’Attila à rejoindre la Loire servira la cause chalonnaise, tout autant que la détermination de son évêque Alpin ! L’appétit des cavaliers de la steppe n’était pas rassasié et poursuivant leurs folles courses, les montures hunniques labouraient de leurs lourds sabots les terres champenoises.

Meaux et Melun tremblaient à la venue d’Attila. Une colonne hunnique traversait la Marne près de la Ferté sous Jouarre, une autre la Seine près de Nogent sur Seine, avant toutes de se diriger vers le Gâtinais et le pont d’Orléans. Rien ni aucune force ne semblait pouvoir arrêter le déferlement des cavaliers de la steppe s’abattant sur le pays gallo-romain.  Comment pourrai-t-on arrêter le maître de la dévastation ? Qu’allait-il advenir de la cité d’Orléans ?

La bataille des Champs Catalauniques, choc des mondes

Pourtant, un Général, répondant au nom de Flavius Aetius, « le dernier romain, » comme on l’appellera plus tard, devait sauver la Gaule, stoppant définitivement Attila.

De Neuville The Huns at the Battle of ChalonsComment pourra-t-il y réussir tel défi, alors que l’Empereur Valentinien III lui refuse les légions d’Italie! Avec qu’elles forces pourra-t-il repousser les armées d’Attila comptant plusieurs dizaines de milliers de guerriers dès plus aguerris, dès plus féroces, alors que son armée de campagne ne compte à peine cinq mille hommes ! Une telle disproportion d’effectif ne pouvait lui accorder la victoire ! Mais ce n’était sans compter sur le génie diplomatique d’Aetius. Sur son ordre, maints messagers sillonneront la Gaule pour trouver alliance. Mais alliance avec qui, avec quelles forces capables d’endiguer la terrible progression des  « hordes des ténèbres » ? Peut-être les Germains, les Francs ou bien les Wisigoths ! Ces tribus aux milliers de guerriers, qu’Aetius avait autrefois combattus, mais dont la clémence leurs accorda des terres pour qu’ils y établissent royaumes.  Les quelles de ces tribus répondront à l’appel du général ?

Ainsi en cette année 451, une vaste coalition avait pris naissance et après la bataille qui opposa les princes de la terre, cette colossale bataille des champs Catalauniques, le « monde » fut sauvé. La Gaule, alors, put retrouver une certaine sérénité, avant d’entrer dans une nouvelle ère, le Moyen Âge, qui la conduira vers un nouveau pays : la France et son nouveau « berger » Clovis.

La chronique historique : Année 451, la Victoire de l’Occident nous présente, sur fond d’invasion hunnique, la Gaule de la fin de l’Antiquité jusqu’au début du Moyen Âge.  Qui la sauvera du péril hunnique ? Qui reprendra les rênes du pouvoir après la disparition des commandements romains ? Tant de questions qui posent les bases d’un nouveau pays : la France.

Année 451, la victoire de l'Occident, d' Alain Di Rocco. Editions Beaurepaire, 2018.