Cher lecteur, chère lectrice. La survie de notre site dépend intégralement des recettes publicitaires.
Pour nous soutenir et continuer de profiter à l'avenir des services offerts par notre équipe de bénévoles, merci de désactiver votre bloqueur d'annonces pour le site https://www.histoire-pour-tous.fr en l'ajoutant dans la liste des exceptions ;)

art guerre maingonLa guerre est un moment important dans la vie d'une société. Crainte, redoutée, souhaitée ou préparée, elle ne laisse pas les contemporains indifférents. C'est un « fait social total » qui touche tous les aspects constitutifs d'une société que ce soit dans le domaine social, politique, économique, etc. Les artistes n'ont pas ignoré la guerre loin de là. Dès l'Antiquité voire au-delà, les artistes ont représenté la guerre. Certains comme Apelle étaient présents sur les champs de bataille pour mieux les représenter. D'autres étaient très critiques. Cette histoire est le sujet de l'essai de Claire Maingon, Maître de conférences à l'université de Rouen, intitulé L'art face à la guerre édité aux Presses universitaires de Vincennes (PUV).

 

Les artistes et la guerre

L'auteur dans cet essai souhaite éclairer la question des rapports nombreux et complexes entre les artistes et la guerre. Quatre axes structurent le livre et fournissent le thème des différents chapitres. « [Il] vise à analyser les quatre réponses principales de l'art et des artistes à la guerre, à travers les temps : la représentation de la guerre en tant qu'évènement historique, l'usage des arts dans la guerre à des fins de propagande ou de protection, l'art comme expression marquante du refus ou de la dénonciation de la guerre, et, enfin, la création d'une mémoire artistique de la guerre pour les périodes de paix. » Ce choix présente l'intérêt d'aborder des sujets souvent peu traités comme la question des artistes et du camouflage de guerre dans la seconde partie.

L'auteur argumente son propos avec un vaste panorama d'œuvres qui ne seront pas développées sur plusieurs pages. L'index nominatif à la fin du livre illustre bien le foisonnement de référence contenu dans l'ouvrage. Ceci donne un effet catalogue qui fait la force et la faiblesse du livre : il est difficile pour le lecteur de se figurer les œuvres mentionnées sans avoir une aide extérieure car aucune reproduction n'est présente mais en proposant un panel large, l'auteur offre la possibilité de découvrir de nouvelles œuvres plus confidentielles.

Notre avis

 

Le format « économique » du livre est pour beaucoup dans ce choix. Un reproche que l'on pourrait formuler est celui de ne pas aborder longuement les siècles antérieurs à l'ère contemporaine. Ceci est largement dû aux domaines de recherche de l'auteur dans les arts de la première moitié du XXe siècle dont deux chapitres sont le reflet (« Images de la violence ? L'exemple de 14-18 » et « L'art moderne et la guerre : le futurisme (1909-1942) »). Un des intérêts majeurs de l'ouvrage est de proposer comme exemple des œuvres récentes largement méconnues du grand public qui peuvent aborder des thèmes toujours d'actualité comme la dénonciation du militarisme communiste chinois (p. 112-113) le conflit israélo-palestinien avec des artistes comme Wafa Hourani (p. 103) et Kai Wiedenhöfer (p. 135) ou syrien avec le travail d'Akram Al Halabi ou de Mohammad Omran (p. 103).

Au final, ce petit essai est plutôt réussi avec ses forces et ses faiblesses. Il permet de faire une synthèse sur un sujet pas tant abordé que cela. Pour autant, si le XXe siècle est très bien traité, on regrettera la relative faiblesse des exemples ou des réflexions pour les périodes antérieures. Un livre original, court, très accessible qui permet au lecteur d'avoir un nouveau regard sur l'art et la guerre.

L'art face à la guerre, de Claire Maingon. Collection libre courts, spetembre 2015.

acheter-sur-amazon

 

Commentaires sur cet article