Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle La mythologie égyptienne

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La mythologie égyptienne

R

La mythologie prend une place importante dans la civilisation égyptienne antique. C’est probablement l’une des mythologies comprenant le plus de dieux. Pendant plus 3000 ans, les égyptiens s’évertuèrent à les honorer, érigeant des temples et faisant des offrandes aux pieds des statues. Ces derniers font partie de leur quotidien et peuvent interférer sur les évènements naturels. Atoum aussi connu sous le nom de est le tout premier dieu, le dieu solaire qui créa le monde et les humains.

 

 

A l’origine du monde : Le Noun et les premiers dieux

A l’origine, il y avait le Noun, le chaos liquide : la crue du Nil mélangée avec de la boue. Il n’y avait ni soleil ni air. Il existe plusieurs versions relatant la création du monde. Les prêtres d’Hermopolis pensent qu’elle est le fruit de huit divinités : l’ogdoade, groupées en quatre paires de dieux : mâles et femelles. Ces derniers qui symbolisent l’eau, l’infini, les ténèbres et ce qui est caché, ont entraîné la décrue du Nil pour que le soleil puisse émerger d’un bouton de lotus.

D’après le point de vue Héliopolitain, la vie est née à Héliopolis, la cité du soleil grâce à l’Ennéade : le groupe des neuf dieux. Le dieu Soleil Atoum (soleil du soir) qui se nomme aussi (soleil du Zénith) ou Khépri (soleil du matin), émerge du Noun, se crée un corps d’homme et assèche la boue pour créer la terre. Il donne ensuite naissance au premier couple de dieu : Shou, le dieu de l’air et Tefnout, la déesse de l’humidité. Ces derniers découvrent le monde. En croyant les avoir perdus, Atoum verse des larmes qui engendrent la naissance des hommes. A leur tour, Shou et Tefnout, créent deux autres dieux : Geb, le dieu de la terre et Nout, la déesse du Ciel. Ce couple engendre par la suite quatre autres dieux : Osiris, dieu souterrain, Isis son épouse, Seth : dieu du Chaos et Nephthys sa femme.

Quant aux prêtes memphites, ils envisagent la création du monde avec le dieu Ptah, dieux des métallurgistes, artisans et architectes. Il aurait précédé Atoum et aurait créé le monde par sa « pensée et sa parole créative ». Memphis, autre grand centre spirituel de l'Egypte, est la cité rivale d'Héliopolis. Ptah peut revêtir plusieurs apparences, celle du Taureau Apis ou bien celle d'Osiris

L’humanité face aux dieux : la punition d’Atoum et l’incontrôlable déesse Sekhmet

Gnalogie_des_premiers_dieux

Au début du monde, Atoum réunit les dieux révoltés contre lui, pour punir l’humanité jugée ingrate. Par l’intermédiaire de la déesse lionne Sekhmet, il envoya son œil cracheur de flammes sur l’humanité sans pour autant vouloir l’éradiquer.

Sekhmet fait partie de la triade Memphite avec Ptath dont elle est l’épouse et leur enfant Nefertoum. C’est une déesse guerrière et protectrice du créateur. Sekhmet a un appétit insatiable, grisée par l’odeur du sang, elle ne put arrêter le carnage ordonné par Atoum. Afin de protéger l’humanité, les dieux utilisèrent la ruse en fabriquant du faux sang : mélange d’ocre rouge et de bière. L’état d’ivresse de la déesse sauva les humains.

Vexée de s’être fait prendre au piège, Sekhmet s’exila au fin fond de la Nubie. Privé de sa redoutable alliée (son oeil divin), Atoum décida d’envoyer Thot, le dieu de la sagesse, à sa recherche pour la ramener. En prenant l’aspect d’un singe, il utilisa la flatterie pour persuader la déesse de revenir. Une fois de retour et apaisée, il est dit que Sekhmet, pris la forme de la déesse Bastet à tête de chat, déesse du foyer et protectrice des naissances.

La jalousie de Seth et l’éviction d’Osiris

Avant d’être dieu souterrain, Osiris régnait sur le trône d’Egypte afin d’apporter la civilisation et d’instruire les humains sur les manières de pêcher, cultiver la terre ou encore jouer de la musique. Il est l’époux de sa sœur Isis. Quant à Seth, son frère cadet, il est chargé de régner sur les déserts arides peuplés d’animaux.

Seth est l'un des dieux les plus anciens d'Egypte et le plus détesté. Il est le dieu des tempêtes et de l'orage. On le représente sous la forme d'un animal non identifié au museau long et aux longues oreilles droites. Symbole du mal, il peut se manifester dans des animaux au pelage roux. Il est malgré tout nécessaire à l'équilibre de l'univers en y incarnant les puissances néfastes.

Jaloux de son frère et désireux de lui subtiliser le trône, Seth mis en place une stratégie pour se débarrasser d’Osiris. Il invita son frère à un banquet et fit apporter un grand coffre qu’il comptait offrir à celui qui pouvait s’allonger complètement dedans. Les convives essayèrent en vain, Osiris se prêta au jeu et rentra parfaitement dans le coffre. Seth, l’y enferma et jeta le cercueil dans le Nil.

Lorsqu’elle apprit la terrible mésaventure de son époux, la femme d’Osiris décida de partir à la recherche du cercueil. Isis, le localisa dans le Nil puis le cacha dans les marais du Delta. Malheureusement, Seth retrouva le cercueil et furieux, il découpa le corps en 14 morceaux qu’il éparpilla à travers le pays. Isis ne se découragea pas et repris son investigation. Progressivement, elle put rassembler tous les membres, sauf un : le sexe du dieu qui fut mangé par le poisson oxyrhynque. Il faut savoir qu' Isis est vénérée pour sa ruse et son intelligence. Avec l’aide d’Anubis, dieu des morts, elle tenta de réanimer le corps d’Osiris. Ce dernier qui finit par sortir de son sommeil, régnera désormais sur le royaume des Morts.

Un fils en colère : la vengeance d’Horus

Horus

Grâce à ses pouvoirs, Isis reconstitua à Osiris son membre manquant et pu concevoir avec lui un nouvel enfant : Horus. Celui-ci sera élevé en secret  par sa mère dans les roseaux du marais de Chemnis pour être protégé de son oncle. Il est le dieu à tête de faucon, son nom signifie celui « qui est au dessus » car il est l’incarnation du ciel et du soleil.

Une fois adulte, Horus revendiqua l’héritage du trône d’Egypte et convoqua le tribunal des dieux présidé par Rê. Cette lutte dura 80 ans. Dans un premier temps, le procès n'aboutit à aucun accord car Ré voit en Seth un contrepoids face à son ennemi Apophis. Horus défia son oncle lors d’un combat d’une rare violence où il perdit un œil et émascula Seth. Ayant pitié de son frère, Isis demanda à son fils de ne pas tuer Seth. Fou de colère, il finit par trancher la tête de sa mère. Thot, intervint pour séparer les deux rivaux et reconstitua une tête à Isis : une tête de vache et l’œil d’Horus que l’on appelle : loudjat.

Il fit don de son œil à son père qui put recouvrir la vue. Horus obtint gain de cause au tribunal grâce à l’intervention d’Osiris et récupéra le trône d’Egypte. Il sera le premier des pharaons.

L’ennemi éternel de la création : Apophis

Apophis est le dieu de la nuit, reconnaissable à son apparence d'immense serpent, il personnifie le mal. Il serait le fils de Neith, la déesse de la guerre et de la chasse. D’après la légende, chaque matin avant le lever du soleil, il livre un combat acharné contre Rê pour empêcher que le jour ne paraisse. Il souhaite plonger le monde dans le chaos originel.

Le combat se solde toujours par l’échec d’Apophis grâce aux défenseurs de la barque du dieu solaire voguant  sur le Nil: Seth et son harpon, la déesse Bastet et les pouvoirs désorientants d’Isis. En cas d’Eclipse, il est dit que le dieu serpent a réussi à avaler la barque de Rê.  Toutefois, Apophis ne peut véritablement mourir car il fait partie de l’univers.

La vie des dieux et le culte

osiris

Comme les humains, les dieux peuvent manger, boire, parler, porter des vêtements et ont même des sentiments : colère, joie, tristesse… Ils sont vêtus du même costume en lin blanc et détiennent le sceptre Ouas, emblème de pouvoir et de l'autre main le signe de la vie : ankh ( croix ansée).

Ils demeurent au ciel mais sont présents sur terre grâce à leur ba . Il s’agit d’un esprit. Le Ka est l’énergie vitale qui se nourrit des offrandes. Le ba réside dans la statue située dans le sanctuaire mais peut aussi trouver refuge dans un animal sacré qui diffère selon le dieu.

Il existe plusieurs catégories de dieux :

  • Les divinités cosmiques comme l’air et le ciel ou géographiques représentant les fleuves, montagnes
  • Les divinités zoomorphes, les males à tête de Taureau, Bélier, faucon et les femmes : vautour,  cobra, lionne, vache...
  • Les divinités hybrides : le plus connu reste le sphinx

Ces catégories incluent les dieux "nationaux" adoptés par toute l'Egypte mais aussi les dieux locaux  comme Neith à Sais, Amon à Thèbes, Knoum à Eléphantine... A l'origine chaque région d'Egypte vénérait son propre dieu, certains d'entre eux, se sont exportés plus que d'autres. Osiris dieu local,  sera vénéré dans tout le pays qui contient entre 38 à 42 circonscriptions.

Afin de maintenir la stabilité du monde, les égyptiens pensaient qu’ils devaient honorer leurs dieux grâce aux offrandes et fêtes rituelles. Contrairement aux dieux grecs, les dieux égyptiens sont moins accessibles et ne se mélangent pas aussi facilement aux humains. Les interactions ont lieu dans les temples. Les statues à leur effigie étaient traitées avec le plus grand soin car les égyptiens croyaient qu’elles contenaient l’esprit même du dieu. Elles recevaient de la nourriture et du vin ou de l’eau.

Le déclin des dieux

Malgré leur immortalité populaire, certains textes égyptiens évoquent la possible mortalité des dieux. C'est le cas du « Livre des morts » au verset 154 expliquant que la mort attend "chaque dieu et chaque déesse".   L'ouvrage décrit la fin du monde à travers un dialogue entre Atoum et Osiris qui craint de se retrouver dans les ténèbres. Les dieux périraient avec la fin du cosmos lui-même, seule l'eau du chaos demeurerait.

La perte de la religion païenne est liée à l’avènement du Christianisme et de l'Islam. A partir de 383, l’Empereur Théodore fit fermer de nombreux temples païens à travers l’Empire Romain. Les temples égyptiens sont soit abandonnés soit détruits.

 

Bibliographie non exhaustive

Richard H. Wilkinson, Dictionnaire illustré des dieux et déesses de l'Egypte ancienne, Infollio, Singapour, 2006

Nadine Guilhou, La mythologie égyptienne, Marabout, Paris, 2006

Guillemette Andreu, Les Egyptiens au temps des pharaons, Pluriel, Evreux ,1997

Collectif, L'abcdaire de l'egypte ancienne, Flammarion, Paris, 1999

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire