Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Thor, le dieu au marteau

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Thor, le dieu au marteau

Thor by Johannes GehrtsÞórr (Thor en vieux norrois) est le personnage principal des deux films inspirés de l'univers Marvel, sortis au cinéma en 2011 et 2013, réalisés par Kenneth Branag. Il apparaît également comme l'un des « vengeurs » du film Avengers sorti en 2012 et produit par John Whedon. Il y est interprété par l'acteur Chris Hemsworth. Dans ces films, il est présenté comme le fils de la déesse Frigg et du dieu Óđinn auquel il doit succéder sur le trône Ásgarđr, le domaine des Ases. Thor est un grand gaillard blond, super-costaud, redoutable lorsqu'il manie son marteau Mjöllnir, amoureux d'une humaine.

 

Mais, qui donc est véritablement Thor dans la mythologie scandinave ?

Thor appartient à la famille des Ases. Il est effectivement le fils du dieu Óđinn, mais sa mère est Jörđ, la déesse de la terre. Il a pour épouse Sif, qui lui a donné deux enfants Þrúđr (« force ») et Móđi (« courage »). Il a un autre fils, Magni, dont la mère est la géante Járnsaxa. Par ailleurs, il est le père adoptif du dieu Ullr, fils de Sif, dieu de l'hiver. Thor habite l'un des plus grands palais d'Ásgarđr, Bilskírnir. Cette demeure comporte plus de cinq cents pièces ; c'est le plus grand bâtiment couvert d'un toit dans le domaine des Ases.

Ce dieu est une force de la nature, dotée d'une tignasse et d'une barbe rousse. Ses yeux rougeoient, car il est le symbole de l'orage et de la colère. Son passe-temps favori consiste à fracasser le crâne de diverses créatures, trolls, elfes noirs et géants de Jotünheimr, à l'aide de son arme fétiche, le marteau Mjöllnir. Celui-ci ne s'ébrèche jamais et il revient automatiquement dans la main du dieu, quelles que soient la trajectoire et la puissance de son lancer. Il n'est pas si grand que le dieu ne puisse le cacher aisément sous sa blouse. Pour s'en servir, Thor enfile des gants de fer et s'il ceint sa ceinture magique, sa force est alors décuplée. Lorsque l'éclair déchire le ciel, c'est que Mjöllnir vole dans l'espace en laissant derrière lui un sillon de feu.

thor« [Thor] possède également trois objets précieux. Le premier d'entre eux est le marteau Mjöllnir : les géants du givre et les géants des montagnes le reconnaissent quand il est brandi, et cela n'est pas étonnant, car il a fracassé le crâne de maint de leurs pères ou de leurs parents. Le second objet précieux qu'il possède est excellent : c'est une ceinture de force ; lorsqu'il s'en ceint, sa « force d'Ase » s'accroît du double. Le troisième objet précieux qui lui appartient est de très grande valeur : ce sont des gants de fer ; il ne peut en être dépourvu quand il veut saisir le manche du marteau », Gylfaginning, première des trois parties de l'Edda de Snorri Sturluson)

Ce marteau est l'un des trois joyaux forgés par les elfes noirs Brokkr et Sindri.

La création de Mjöllnir

Le mythe de cette fabrication est raconté dans le poème eddique Skáldskaparmál, issu de l'Edda Poétique de Snorri Sturluson. Une nuit, pour s'amuser, le dieu Loki coupe la blonde et belle chevelure de Sif, l'épouse de Thor. Au matin, le dieu courroucé manque de tuer Loki tellement sa rage est grande et le dieu fourbe, pour sauver sa vie, promet d'aller trouver les elfes noirs dans leur royaume afin que ceux-ci forgent une chevelure d'or qui poussera comme si elle était réelle, une fois qu'elle aura été posée sur la tête de la déesse.
Loki va donc trouver les nains Brokkr et Sindri, fils d'Ívaldi. Ceux-ci forgent la chevelure ainsi que le bateau Skíđblađnir et la lance Gungnir. Puis Loki parie sa tête avec le nain Brokkr, disant que son frère Sindri est incapable de forger trois autres joyaux aussi précieux que la chevelure, le bateau et la lance.

Le défi est relevé ; les deux elfes noirs et Loki se rendent à la forge. Tout d'abord, Sindri dispose une peau de cochon dans le foyer et commande à son frère Brokkr d'actionner le soufflet sans s'arrêter jusqu'à son retour. Loki, qui tient à gagner son pari, se métamorphose en mouche et pique la main de Brokkr, mais celui-ci continue de souffler sans s'arrêter. Sindri revient alors et sort de la forge un verrat aux soies d'or. L'animal court dans l'air et dans l'eau plus vite que n'importe quel cheval et ses soies d'or illuminent la nuit sur son passage.

Sindri dispose alors de l'or dans la forge et s'éloigne, laissant les mêmes instructions à son frère. Cette fois, Loki, toujours métamorphosé en mouche, pique deux fois plus fort Brokkr, à hauteur du cou. Mais le nain n'arrête pas le soufflet. Lorsque son frère revient, l'anneau Draupnir est créé. Toutes les neuf nuits, huit anneaux semblables, tout aussi précieux, se détachent de lui.

Sindri, enfin, pose dans la forge un morceau de fer. Il s'en va. Brokkr actionne le soufflet. La mouche l'agace et se posant entre ses yeux, elle le pique violemment aux paupières. Le sang coule dans les yeux du nain, qui, un instant, lâche le soufflet pour s'essuyer le visage et chasser la mouche. Sindir revient. Il sort Mjöllnir de la forge, mais le marteau présente un défaut à cause de l'inaction temporaire du soufflet : le manche est trop court.

The third gift  an enormous hammer by Elmer Boyd SmithLoki et Brokkr ramènent les joyaux aux dieux. Óđinn prend la lance Gungnir, qui a la particularité de ne jamais manquer son but, ainsi que l'anneau Draupnir. A Freyr échoient le bateau Skíđblađnir, qui toujours reçoit un vent favorable et qu'il peut plier dans sa poche ainsi que le verrat. Enfin, Thor reçoit la chevelure d'or pour son épouse Sif et le marteau. Unanimes, les dieux décrètent que Mjöllnir est le plus beau des six joyaux, car c'est une arme puissante qui peut les protéger de leurs ennemis. Loki a perdu son pari. Le nain Brokkr veut alors lui couper le cou, mais Loki rétorque que c'est sa tête et non son cou qu'il a engagé. L'elfe noir, excédé, lui coud les lèvres pour le faire taire.

Comment Þjálfi et Röskva devinrent les serviteur de Thor

Lorsqu'il voyage, Thor est accompagné de deux jeunes serviteurs, un garçon Þjálfi et une fille Röskva. Pour se déplacer, le dieu utilise un char tiré par deux boucs, Tanngnjóstr (« qui grince des dents ») et Tanngrisnir (« qui montre les dents »). Ces deux animaux peuvent également servir de nourriture au dieu et à ses compagnons. Thor écorche les boucs et garde précieusement leurs peaux. Une fois les animaux dévorés, il lui suffit de consacrer leurs os rognés jetés sur les peaux à l'aide de son marteau pour que les deux bêtes ressuscitent.

Le Gylfaginning, la première des trois parties de l'Edda de Snorri Sturluson, raconte comment Þjálfi et Röskva devinrent les serviteurs de Thor. Une fois qu'il voyageait avec Loki pour se rendre au pays des géants de glace, Thor fait halte pour la nuit dans la demeure de paysans qui ont deux enfants, un garçon Þjálfi et une fille Röskva. Pour le repas, Þórr apprête ses deux boucs et recommandent vivement à ses hôtes de jeter les os sur les peaux, sans les casser. Mais Þjálfi fend un os de la cuisse de l'une des deux bêtes avec son couteau afin d'atteindre la moelle. Au matin, Þórr, comme à son habitude, consacre les restes de ses boucs et les deux bêtes reviennent à la vie. Cependant, l'une d'elles boite fortement. Le dieu entre dans une colère extrême ; sa main se serre sur son marteau. Le paysan terrorisé et sa femme crient grâce et proposent toute leur richesse en compensation. Voyant leur terreur, Þórr se calme. Pour prix du préjudice subi, il emmène les deux enfants du couple pour être ses serviteurs.

Le vol du marteau de Thor

Thor est également un gros mangeur et il est si lourd qu'il ne peut emprunter le pont arc-en-ciel Bifröst pour se rendre au conseil des dieux, qui se déroule au pied du frêne Yggdrasil, près de la source d'Urđr. L'illustration de cet appétit féroce trouve trace dans le poème eddique Þrymskviđa, issu de l'Edda Poétique.

Un matin, en se réveillant, le dieu Thor constate que son marteau a disparu. Loki emprunte alors sa forme de faucon à la déesse Freyja et il s'envole pour Jötunheimr, le pays des géants. Là, il rencontre le géant Þrymr qui avoue avoir volé le marteau. Il a caché celui-ci à huit lieues sous terre et il ne le rendra qu'en échange de la main de la déesse Freyja. Loki revient à Ásgarđr et expose la requête du géant, qui est refusée par les dieux assemblés en conseil. Alors, le dieu Heimdallr propose un stratagème : Þórr n'a qu'à se déguiser en Freyja et aller récupérer son marteau lui-même. Malgré l'indignation du dieu, la solution est adoptée. Þórr est paré d'une robe et d'un voile de mariée qui dissimule son visage ; sa poitrine est rembourrée ; le collier de la déesse Freyja, le collier des Brísingar, est noué à son cou. Loki, déguisé en servante, l'accompagne.

Ils partent pour Jötunheimr et, lorsqu'ils arrivent, le géant Þrymr réserve un accueil des plus respectueux et chaleureux à sa fiancée. Le banquet des noces est apprêté. Tous s'attablent. Mais, bientôt, le géant s'étonne de l'appétit féroce de sa fiancée qui dévore un bœuf entier, huit saumons, les friandises destinées aux femmes et boit trois barils entiers d'hydromel. Puis, lorsqu'il désire l'embrasser, il recule vivement, étonné par l'éclat féroce et le feu de son regard. Heureusement, Loki intervient et, par sa ruse, il détourne les soupçons du géant : Freyja n'a ni mangé, ni bu, ni dormi depuis huit jours, tant était grande son impatience de se retrouver dans les bras de Þrymr.

Enfin, le géant fait apporter le marteau Mjöllnir pour consacrer l'union. Puis, il le pose sur les genoux de sa fiancée. Aussitôt, Thor le saisit, arrache son déguisement et il massacre tous les géants présents dans la demeure de Þrymr.

MjollnirThor est l'un des dieux les plus vénérés par les Vikings, s'il n'est le plus vénéré. Armé de son marteau, il est le défenseur du domaine des dieux et aussi de celui des hommes. Il est tout à la fois le dieu de la force guerrière et de l'orage, et ainsi se trouve associé à la pluie et à la fertilité. Son nom se retrouve dans de nombreux toponymes en Scandinavie (Thorsland, Torset, Thorslund) et il est aussi fréquemment utilisé dans la composition des anthroponymes (Þorsteinn, Þorthils, Þorleifr... et Thorgal). Le dieu est figuré sous forme de statue de bois, dans les temples norvégiens et islandais, aux côtés d'Óđinn et de Freyr. Surtout, de nombreuses amulettes prennent la forme de son marteau et plusieurs inscriptions runiques sont placées sous le signe du dieu.

La partie de pêche avec le géant Hymir

Lors du Ragnarök ou crépuscule des dieux, Thor affronte le serpent de Miđgarđr, fils de Loki et de la géante Angrbođa du Jötunheimr. C'est la seconde et ultime fois où le dieu et le serpent se rencontrent. Le dieu tue le monstre et fait neuf pas avant de mourir à son tour, empoisonné par le venin de l'animal.

statuettethorLe chapitre 48 de la Gylfaginning, la première des trois parties de l'Edda de Snorri Sturluson, raconte comment Thor affronte le serpent de Miđgarđr lors de pêche avec le géant Hymir. Un soir, Þórr se présente chez le géant Hymir, en ayant pris l'apparence d'un jeune garçon. Le lendemain, Þórr demande au géant de l'accompagner pour pêcher en haute mer, mais le géant se moque de lui, disant qu'il est trop frêle et trop jeune. Þórr ignore les moqueries et, abattant le plus beau taureau du géant, il lui coupe la tête afin de s'en servir d'appât.

Le dieu et le géant embarquent et vont bon train, en ramant fermement. Lorsqu'ils sont arrivés dans la zone de pêche habituelle du géant, celui-ci arrête l'embarcation, mais Thor lui commande d'aller plus loin. Le géant s'exécute à regret, car il commence à avoir peur d'aller si loin en haute mer, domaine du serpent de Miđgarđr.

Enfin, Thor rentre ses rames. Il prépare sa ligne et y accroche la tête du taureau comme hameçon, puis il la jette par-dessus bord. Aussitôt, le serpent ouvre la gueule pour saisir la tête ; l'hameçon se plante dans son palais et le monstre réagit avec violence. Þórr s'arc-boute tant que ses deux pieds passent au travers du bateau et touchent le fond de l'océan. Il tire le serpent, crachant son venin, jusqu'au plat-bord du bateau, mais le géant, effrayé, voyant également l'eau s'engouffrer dans son embarcation, tranche la ligne au moment où Þórr brandissait son marteau pour frapper le monstre.
Le serpent échappe. Thor, furieux, assène un tel coup de poing au géant qu'il le précipite par-dessus bord.

Bibliographie

• Régis Boyer, L'Edda Poétique, Fayard,‎ 1992.
L'Edda, récits de mythologie nordique, par Snorri Sturluson, l'aube des peuples, Gallimard.
• Régis Boyer, Yggdrasill : La religion des anciens Scandinaves, Paris, Payot,‎ 1992
• Jean Renaud, Les dieux des Vikings, Editions Ouest France
• Georges Dumézil, Loki, Flammarion.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire