Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Moyen-âge Les vêpres Siciliennes (30 et 31 mars 1282)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Les vêpres Siciliennes (30 et 31 mars 1282)

vepres_siciliennes

Les 30 et 31 mars 1282, en ce mardi de Pâques, les populations de Palerme et de Corleone se soulèvent contre le roi Charles d'Anjou et ses agents. Le sanglant massacre qui en résulte, reste connu sous le nom de Vêpres Siciliennes. Fait majeur de l'histoire de la Sicile, il est un énième avatar de la compétition de plusieurs familles aristocratiques européennes pour le contrôle de cette ile stratégique.

 

En effet la position de cette dernière au centre de la Méditerranée, permet à son possesseur de contrôler les lignes de communications menant du Levant à l'Europe Occidentale, soit une route commerciale de première ordre. D'autre part il s'agit d'une excellente base de départ pour toute expédition en Terre Sainte, à une époque où l'idée de Croisade est encore très présente au sein des monarchies chrétiennes.

Une ile très convoitée

La révolte des Siciliens contre Charles d'Anjou s'inscrit dans le cadre plus large de la rivalité qui oppose ce dernier à l'ambitieux Roi d'Aragon Pierre III. En effet Charles, frère de Louis IX de France (Saint Louis) n'a obtenu la couronne du royaume de Sicile (qui s'étend alors sur la Sicile actuelle, mais aussi sur une bonne partie du sud de la botte italienne soit le Royaume de Naples), que récemment (en 1268) à la faveur du mandat qui lui a été confié par le Pape pour chasser du trône la famille des Hohenstaufen.

Or il se trouve que Pierre III est l'époux de la fille du dernier Roi Hohenstaufen de Sicile: Manfred. Il entretient donc de (plus ou moins) légitimes ambitions sur le trône de ce dernier.  L'Aragonais sait qu'il peut compter sur le soutien des élites et de la population sicilienne, dont les nouveaux maitres français ne respectent guère les particularismes.

Ainsi peu après le massacre des Vèpres, une flotte débarque une armée aragonaise qui finira par chasser les partisans de Charles de l'ile. C'est le début d'un affrontement sans merci entre la maison d'Anjou et celle d'Aragon qui se prolongera sous diverses formes jusqu'au 16éme siècle, puisqu'elle servira notamment de justification aux premières guerres d'Italie.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire