Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Moyen-âge La chute de Constantinople (29 mai 1453)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

La chute de Constantinople (29 mai 1453)

chute constanntinopleLa date de 1453 est souvent citée comme la fin du Moyen Age (au lieu de 1492). En effet, le 29 mai signe la fin de l’Empire romain d’Orient, avec la chute de sa capitale Constantinople sous les coups des Turcs ottomans. Quelles ont été les circonstances de cet événement, et ses conséquences ?

 

Les Ottomans

Commençons par présenter les vainqueurs : on les appelle aussi les Osmanli ils font partie des Turcomans qui se sont installés en Anatolie en profitant de l’affaiblissement seldjûkide. C’est à partir de 1302, près des côtes de la mer Egée, que naît la principauté d’Osman, coincée entre Byzantins et Mongols. Après Héraclée, les Ottomans prennent pied du « côté européen » de la mer Egée, en particulier avec la prise de Gallipoli en 1354 ; ils commencent alors à s’étendre dans les Balkans, coupant Constantinople de l’Occident. S’enchainent les conquêtes avec les victoires de Maritza (1371) et de Kosovo (1389) face aux chrétiens serbes et bosniaques ; puis c’est au tour de Sofia et de Nish de tomber…Ces victoires en Europe continentale permettent aux sultans ottomans d’asseoir leur domination sur les autres groupes turcs d’Anatolie, jusqu’à Ankara et Antalya. Une croisade hongroise menée par le roi Sigismond est défaite en 1393 à Nicopolis, mais la dynastie ottomane est en revanche au bord de la disparition face à la menace Tamerlan au début du XVè siècle : le sultan Bâyezid est emprisonné et meurt en captivité. Néanmoins, le sultan Mehmet Ier parvient à surmonter divisions internes et menaces extérieures, une fois encore en s’appuyant sur des succès dans les Balkans : l’avancée recommence, y compris en Anatolie, sous Mûrad II (1421-1441). Et en Europe, seuls les Albanais parviennent à résister…Dès son arrivée au pouvoir Mehmet II fait alors de Constantinople sa cible privilégiée.

L’Empire romain d’Orient au XVè siècle

constantinoxiOn le sait, l’Empire a pris un coup terrible en 1204 et, malgré la reconquête de Constantinople en 1261, le lustre d’antan est bien terminé. Les Byzantins doivent subir les assauts turcs mais aussi les menaces des Républiques italiennes rivales, sans parler de querelles internes au XIVè siècle, alors que l’Occident se désintéresse de plus en plus de son cas. Les Paléologues tentent des alliances avec les Mongols, passent des accords avec Gênes, mais l’affaiblissement de l’Empire continue, Constantinople elle-même est plusieurs fois encerclée dès la fin du XIVè. Seule l’attaque de Tamerlan contre les Ottomans en 1402 donne  un peu de répit aux Byzantins. A cela s’ajoute un affaiblissement de l’autorité impériale et une récession économique et démographique. La situation est telle que l’empereur propose à l’Occident, en échange de son aide, une Union des deux Eglises, la fin du schisme en quelque sorte ! Mais c’est aussi un échec…Pour les responsables religieux byzantins, la chute de Constantinople qui s’annonce est une punition divine.

La victoire de Mehmet II

En 1446-1447, les Turcs sont en Morée et l’année suivante ils assoient leur domination dans la région de Kosovo. Un mince espoir apparaît pour l’Empire d’Orient quand arrive au pouvoir Constantin XI, né en 1404 et déjà expérimenté, au contraire de son rival ottoman, le jeune Mehmet II, dix-neuf ans. Mais celui-ci a besoin justement d’une grande victoire pour asseoir son pouvoir, et c’est pour cela qu’il se tourne de suite vers Constantinople. Il fait d’abord construire la forteresse de Rumeli Hisar pour contrôler la mer Noire, puis fait armer une flotte à Gallipoli. Son armée de 80 000 hommes est soutenue par une puissante artillerie, sans rivale dans la région.mehmetii

Côté byzantin, il ne faut espérer aucun secours, en particulier des Italiens qui veulent garder de bonnes relations avec le sultan pour garantir le commerce en Méditerranée orientale ; seuls les Vénitiens et Génois présents dans la capitale promettent leur aide. L’empereur tente de convaincre à nouveau l’Occident en célébrant la réunion des deux Eglises à Sainte-Sophie en 1452, mais il ne reçoit que quelques archers envoyés par le pape…Finalement, la ville dispose de 5000 Grecs et 2000 étrangers pour la défendre, face à la redoutable armée ottomane.

C’est début avril 1453 que Mehmet II arrive devant la cité ; il doit attendre le 28 mai, après une farouche résistance, pour prendre la ville. Constantin XI est tué au combat et le sultan entre dans Constantinople le 29 mai 1453 ; la population est réduite en esclavage, Sainte-Sophie transformée en mosquée.

Les conséquences

L’Empire byzantin, si tant est qu’on puisse encore l’appeler ainsi, subsiste encore quelques années, en particulier sa « branche » des Comnène, à Trébizonde. Mais celle-ci tombe en 1461.

En Occident, c’est la surprise et le choc ! On voit des savants et lettrés grecs arriver en Italie, ce qui contribue à la transmission des savoirs de l’Orient à l’Occident, au bénéfice de ce dernier. Les humanistes occidentaux pleurent la chute de Constantinople, et la papauté comprend le risque pour l’Italie et l’Occident chrétien en général. Dès septembre 1453, Nicolas V réveille la chrétienté avec la bulle Etsi ecclesia Christi. En 1454, le duc Philippe le Bon annonce son intention de partir en croisade, et l’année suivante Calixte III fait appel à l’Aragon, à Naples, au Portugal ; seule Venise fait la sourde oreille, à cause d’accords commerciaux avec les Ottomans. Les efforts payent en 1456, quand Mehmet II doit lever le siège de Belgrade. C’est cependant surtout durant les années suivantes, avec Pie II que l’effort s’accroît contre la menace turque ; il est pourtant stoppé dès la mort du pape en 1464…Entretemps, Venise est entrée en guerre avec la Porte. A la fin du XVè siècle, la menace est loin d’être circonscrite : la flotte ottomane fait la loi en Méditerranée orientale, et les armées du sultan continuent de menacer l’Occident. Seule la mort de Mehmet II en 1481 et les querelles de succession donnent un nouveau répit, mais ce n’est que pour mieux revoir la menace turque recommencer et atteindre son paroxysme au cours du XVIè siècle. Le Moyen Age, quant à lui est terminé, et pour la Méditerranée, l’affrontement entre la Porte et les puissances chrétiennes marque le début d’une nouvelle ère…

Bibliographie :

La Chute de Constantinople de Steven Runciman. Texto,  2007.

- Chute et mort de Constantinople : (1204-1453) de Jacques Heers. Tempus, 2007.

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire