Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Histoire Universelle Moyen-âge L'ordre de Cluny au Moyen Âge

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

L'ordre de Cluny au Moyen Âge

545px-blason_abbaye_cluny.svgL’abbaye de Cluny fête en 2010 sa 1100e année, occasion de revenir sur un épisode crucial du Moyen Âge occidental. En effet, Cluny est l’une des institutions religieuses les plus importantes de cette période, et son influence s’étend bien au-delà de la sphère de l’Eglise et du monarchisme. La réforme monastique qui suit la fondation de l’abbaye a essaimé jusqu’à Rome, comptant de façon non négligeable dans ce que nous avons appelé les réformes grégoriennes, conduisant à une émancipation de l’Eglise des pouvoirs laïcs.

 

 

La fondation de l’abbaye de Cluny

C’est le 11 septembre 910 (on parle aussi de 909) que Guillaume, duc d’Aquitaine et comte de Mâcon, fait don à l’abbé Bernon d’établissements monastiques dans le Berry et le Jura, et d’une villa près de Mâcon, dans laquelle il lui demande de fonder un monastère placé sous le patronage des apôtres Paul et Pierre.

Guillaume III d’Aquitaine appartient à une riche et puissante famille carolingienne, il est vassal du comte de Paris, Odon (ou Eudes), qui en 888 a pris le titre de « roi des Francs ». A la mort de celui-ci en 898, le duc d’Aquitaine prend encore plus d’importance, s’appuyant sur un territoire considérable, bien que fragmenté. Il décide de fonder ce lieu pour différentes raisons : c’est d’abord un acte pieux, puis un moyen de créer un lien entre la communauté monastique, son territoire et sa famille ; le duc est payé de sa générosité par la prière des moines, qui honorent sa mémoire bien après sa mort.

La charte qui fonde l’abbaye de Cluny précise qu’elle possède les biens concédés en toute propriété, le monastère échappant à toute forme de contrôle de la part des laïcs. C’est le cas de Guillaume lui-même, qui renonce à tout droit sur l’établissement. La communauté est placée sous la protection de Rome, à qui elle verse une redevance. Elle élit librement ses abbés et doit suivre la règle de saint Benoît, dans la version de 817 édictée par Benoît d’Aniane et Louis le Pieux.

Le premier abbé de Cluny, le seul désigné par Guillaume, est Bernon, abbé de Baume, né vers 860 en Bourgogne dans une famille de rang comtal, et qui dirige déjà d’autres monastères avant Cluny. L’abbaye est donc très proche, dès sa fondation, des milieux aristocratiques (et des réseaux qui vont avec), même si elle est indépendante des laïcs. Les abbés de Cluny peuvent être considérés comme des seigneurs.

L’expansion de Cluny

cluny01A sa mort en 927, l’abbé Bernon a désigné comme successeur Odon (qui dirige Cluny jusqu’en 942), malgré le fait que l’abbé est censé être élu par la communauté (il ne le sera qu’après l’abbatiat d’Odilon, mort en 1049). C’est avec Odon que commence vraiment l’essor de Cluny, même si l'on ne peut pas encore parler d’ordre clunisien. Un privilège du pape Jean XI, en 931, accorde à Cluny un droit de réforme qui permet à l’abbé de prendre en charge un monastère sur demande d’un abbé laïc, et d’accueillir tout moine dont le monastère refuse de se réformer. Le pape confirme les exemptions de l’abbaye, mais celle-ci peut aussi compter sur le soutien de l’aristocratie, et ce jusqu’au roi de France. Cluny se renforce avant tout localement et accroît sans discontinuer son patrimoine foncier, et avec sa richesse. De même, l’abbaye reçoit nombre de donations, et voit sa notoriété augmenter. D’autres monastères viennent alors s’agréger à Cluny, sous l’autorité de l’abbé : c’est le début du réseau clunisien. Au sein de ce réseau se diffuse la règle de saint Benoît et la réforme clunisienne, dont l’influence s’étend peu à peu bien au-delà du Mâconnais. Les abbés n’en sont pas moins des seigneurs temporels, gérant un territoire et un patrimoine importants, exerçant sur leurs terres le droit de ban.

Si le successeur d’Odon, Aymard (942-954), est moins connu même s’il contribue à étendre les possessions de l’abbaye, il en va différemment de Maïeul (954-994) et d’Odilon (994-1049). C’est en effet sous leur abbatiat que Cluny connaît sa première grande expansion. Avec Maïeul et Odilon, Cluny devient le monastère de l’aristocratie, à savoir que la noblesse s’inscrit comme l’une des conditions d’accès à la sainteté. De plus, Cluny s’affirme comme une puissance économique, mais aussi politique, de l’Occident. En 981, l’abbaye acquiert des reliques de ses patrons Paul et Pierre et accroît dans les années suivantes son autonomie grâce à de nouveaux privilèges accordés par Grégoire V et Jean XIX. Ce dernier accorde ces droits à « tous clunisiens, où qu’ils soient », et entérine ainsi la naissance du réseau clunisien, l’Ecclesia cluniacensis, centré sur la Bourgogne et composé d’abbayes et de prieurés. Sous ces deux abbés, Cluny s’affirme donc comme une puissance bien au-delà de la Bourgogne, puisque son réseau pénètre l’Auvergne, la Provence et l’Italie, droit vers Rome.

L’apogée de Cluny

Cette fois élu, Hugues de Semur succède à Odilon en 1049. Cluny atteint alors son apogée, malgré de plus en plus de critiques (dont celles d’Adalbéron de Laon, sous Odilon). Les abbés sont des seigneurs souverains qui défendent leur liberté par des voies spirituelles, tels les concepts de Paix de Dieu et de Trêve de Dieu, jusqu’à la création du ban sacré clunisien sous le pape Urbain II, lui-même moine de Cluny.

carteordre

L’abbatiat d’Hugues de Semur voit le réseau clunisien s’étendre à toute l’Europe, puis à la Terre Sainte suite à la Croisade lancée par Urbain II. Dans le royaume capétien, les clunisiens s’installent au prieuré de Saint-Martin-des-Champs, et ils aident Guillaume le Conquérant à la réforme monastique suite à sa conquête de l’Angleterre ; en échange, les souverains anglais deviennent des soutiens financiers de Cluny. En revanche, les clunisiens ne parviennent quasiment pas à étendre leur réseau dans l’Empire, dans lequel l’empereur exerce une influence et un contrôle sur le clergé que l’indépendance des moines de Cluny ne peut tolérer. L’Espagne en pleine Reconquista est quant à elle plus réceptive, et Cluny participe à la réforme de l’Eglise dans la péninsule Ibérique, au détriment du christianisme mozarabe.

Toutefois, il ne faut pas oublier que Cluny est aussi au cœur de la grande réforme dite « grégorienne » et des luttes entre le pape et l’empereur, qui culminent avec la Querelle des Investitures en 1076. Hugues de Semur est ainsi actif, y compris diplomatiquement, pour servir de lien entre le pape Grégoire VII et l’empereur Henri IV, et les clunisiens intègrent la curie à Rome, le cardinalat et la papauté avec Urbain II. La relation entre Cluny et Rome est alors à son plus haut niveau, et il n’est pas rare de voir le pape intervenir pour régler des litiges entre Cluny et des monastères « rebelles » de son réseau.

Un lent affaiblissement

Le pouvoir grandissant de Cluny provoque évidemment des tensions, y compris au sein de l’Ecclesia cluniacensis. Sous l’abbé Pons de Melgueil (1109-1122), le réseau connaît un véritable schisme, peut-être provoqué par des rivalités au sein des familles châtelaines du réseau clunisien. Pour des raisons encore floues et qui divisent les historiens, l’abbé Pons quitte Cluny pour partir en pèlerinage à Jérusalem, puis tente de récupérer l’abbatiat à son retour ; il est alors condamné par le pape.

Ce schisme est en fait le résultat à la fois de tensions au sein du réseau clunisien, mais également de l’émergence de « concurrents », critiques envers Cluny, comme les Cisterciens. Cela n’empêche pas Cluny de se relever, grâce à l’abbatiat de Pierre le Vénérable (1122-1156), qui tente de rationaliser l’économie du monastère et de la rendre moins dépendante des dons. Il agit aussi au niveau doctrinal, s’attaquant aux juifs et à l’islam, et décrit Cluny comme une Eglise universelle, liant les laïcs et les différents ordres de l’Eglise. Cela l’amène en 1132 à convoquer un chapitre général, premier pas vers la création d’un véritable ordre de Cluny, entériné réellement bien plus tard, avec les statuts d’Hugues V (1199-1207).

A ce moment, Cluny a déjà perdu de son influence et on peut considérer Pierre le Vénérable comme le dernier grand abbé clunisien. L’ordre subit principalement la concurrence de l’ordre cistercien, et se replie sur le royaume de France, tombant même sous la tutelle du roi à la fin du XIIIe siècle. Et dès le XIVe siècle, c’est le pape qui nomme les abbés de Cluny. Sous la double tutelle du roi et du pape, l’ordre de Cluny est bien loin de son indépendance passée…

 

Bibliographie

- D. Iogna-Prat, Ordonner et exclure : Cluny et la société chrétienne face à l’hérésie, au judaïsme et à l’islam (1000-1150), Flammarion, 2004.

-  L. Feller, Eglise et société en Occident (VIIe-XIe siècle), A. Colin, 2004.

-  M-C. Isaïa (dir), Pouvoirs, Eglise et société (France, Bourgogne, Germanie), 888-1120, Atlande, 2009.

-  D. Barthélémy, L’an mil et la paix de Dieu, Fayard, 1999.

 

Pour aller plus loin

-          D. Iogna-Prat, Etudes clunisiennes. Recueil d’articles de Dominique Iogna-Prat, Picard, 2002.

-          D. Riche - L'ordre de Cluny à la fin du moyen âge: le vieux pays clunisien, XIIe-XVe - Presses de l'université de Saint-Étienne (C.E.R.C.O.R. Travaux et recherches), 2000.

-          M. Pacaut, L'Ordre de Cluny (909-1789), Paris, 1994 (2e éd.).

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire