Rechercher dans le site
Lettre d'information

Découvrez notre lettre hebdomadaire avec toute l'actualité du site, ainsi que des éditions spéciales pour les concours que nous organisons !

S'inscrire à la lettre

Accueil Livres Biographies Le journal d'Alfred Rosenberg (J. Mattäus - F. Bajohr)

Inscrivez-vous à notre lettre hebdomadaire: nouveaux articles, programmes télé, débats ! Lettre hebdo:   |  Ajoutez ce site à vos favoris !  |  HpT sur  |  

Le journal d'Alfred Rosenberg (J. Mattäus - F. Bajohr)

journal rosenbergVoici la première édition complète du Journal d'Alfred Rosenberg (1893-1946), le principal idéologue du Parti National Socialiste allemand, compagnon de route d'Hitler dés 1920. Perdu depuis 1946, le Journal du Reichsleiter Alfred Rosenberg n'a été découvert que récemment. Pour la première fois, il est présenté dans une édition complète et augmentée par les historiens Jürgen Matthâus et Frank Bajohr, tous deux spécialistes des Holocaust Studies.

 

Les écrits de Rosenberg dévoilent ainsi son rôle majeur dans la conception et la mise en œuvre de l'Holocauste, un rôle qui fut longtemps sous-estimé. Alfred Rosenberg incarne en effet l'un des antisémites les plus virulents du parti et son soutien indéfectible à la destruction des Juifs perdure jusqu'aux derniers instants de l'Allemagne nazie. Par ailleurs, il organisa activement le pillage des œuvres d'art, en particulier en France ... Le mérite de ce document clef est de nous offrir, à travers le point de vue d'un des hommes impliqués au plus haut degré dans l'organisation de l'Holocauste, une plongée vertigineuse au cœur du régime National Socialiste.

Alfred Rosenberg (1893-1946)

Un engagement ardent et précoce, suivi d'une prodigieuse ascension

Rosenberg est connu comme l'un des idéologues principaux du régime nazi. Il compte parmi les premiers membres du parti Nazi. Son adhésion, en janvier 1919, précède même celle d'Hitler qui en rejoint les rangs quelques mois plus tard. C'est alors qu'il se rapproche considérablement d'Hitler, dont il devient l'un des premiers compagnons de route. Sa proximité avec ce dernier et son dévouement au parti lui font connaître une ascension fulgurante. Après avoir été rédacteur en chef du Vôlkischer Beobachter, journal national socialiste, il est nommé à la tête du parti par Hitler, en 1923, pour le remplacer lors de son incarcération consécutive au putsch manqué de Munich.

Après le retour du leader charismatique, il occupe de multiples fonctions. Directeur de la recherche au sein du NSDAP en 1934, il impulse des études ethnographiques et archéologiques, à la recherche de traces de la culture germanique ancestrale, dans la pureté et la vigueur de laquelle il veut fonder l'identité allemande. En 1938, il crée l'institut d'études de la question juive, organe de propagande s'étant fixé la mission de dévoiler et de contrer l'influence des Juifs sur la culture allemande. Une de ses fonctions principale à partir de 1940 consiste à orchestrer la confiscation des œuvres d'art détenues par les juifs. Il organise notamment la rafle des collections des Rothschild. Il participe ainsi, selon son rapport de 1943 à Hitler, à la saisie de pas moins de 20 000 œuvres d'art.

La marginalisation

Toutefois, son amitié avec Hitler s'effrite progressivement au cours des années 40. Une rivalité forte avec Himmler et d'autres cadres nazis évolue en sa défaveur, et le pacte germano-soviétique rend son anticommunisme farouche obsolète pour un temps. Sa nomination en 1941 au titre de ministre du Reich pour les territoires occupés de l'Est marque le commencement d'un lent processus de marginalisation. Il est chargé d'appliquer le Generalplan Ost, censé redessiner à grande échelle l'organisation des territoires est-européens selon des critères raciaux, et de superviser l'administration des pays conquis. Cependant, dans les faits, ses compétences sont réduites à peau de chagrin en raison de l'empiètement de Gëring et Himmler sur ses prérogatives, deux hommes qui lui vouent une profonde antipathie. Hitler, de plus en plus distant de son ancien compagnon de route, finit par signifier son désaveu envers Rosenberg et ses vues politiques. Isolé, ce dernier démissionne en 1944. Condamné à mort lors du procès de Nuremberg, il sera excécuté par pendaison.

Un théoricien racialiste et antichrétien

Dans les années 20, Rosenberg est l'un des principaux idéologues du parti, à côté de Goebbels. Il élabore une hiérarchie des races comportant les aryens et les nordiques à son sommet et une théorie de l'Histoire, conçue comme le théâtre d'un affrontement racial au sein duquel la chute d'une civilisation s'explique par la corruption de l'identité indo-germanique par des éléments sémites. Dans l'idéologie de Rosenberg, l'antisémitisme se justifie ainsi par la double nécessité de préserver la pureté de la race allemande, garante de sa puissance, et de se défendre, dans un fantasme de guerre des races, contre les influences juives. Le christianisme est considéré par Rosenberg comme l'un des instruments de cette influence. Pervertie, cette religion aurait opprimé l'identité indo-germanique et le dogme du péché serait la cause d'un amollissement de la volonté allemande, de sa perte de confiance et de son irrésolution.

Ainsi, Rosenberg œuvre-t-il, sans grand succès, pour l'instauration d'un culte proprement allemand puisant ses références dans un paganisme ancestral. Toutefois, son rejet du christianisme n'est pas total. Il appelle en effet de ses vœux un « christianisme positif», remodelé pour satisfaire à l'idéologie nazi et à sa lecture de l'Histoire. Dans ce cadre, Jésus est présenté comme un membre de la communauté nordique opposé au judaïsme. L'approche intellectualiste de l'idéologie nationale-socialiste, propre à Rosenberg, qui suscita parfois la perplexité des membres du parti, ne fut pas étrangère à son isolement.

Le journal d'Alfred Rosenberg

Il s'agit d'un document exceptionnel. Peu de dirigeants nazis ont tenu un journal intime. C'est pourquoi celui rédigé par Alfred Rosenberg, l'idéologue en chef du national-socialisme, est particulièrement important. Il est le seul journal de ce type à ne pas avoir été publié jusque-là. Le manuscrit avait été présenté au procès de Nuremberg - où Rosenberg fut jugé et condamné à mort. Il avait depuis disparu, conservé par l'un des juges. Redécouvert l'an dernier, sa publication est nécessaire pour comprendre de l'intérieur les idées de l'inspirateur de la politique d'Hitler. Alfred Rosenberg avait de nombreuses fonctions importantes au sein du régime nazi. Il fut chargé par le Führer de l'édification des cadres du parti nazi. Il écrivit de nombreux ouvrages largement diffusés et voyagea à travers toute l'Europe occupée pour faire des conférences. Il parlait de l'idéologie nazie, de l'Eglise catholique qu'il fallait mettre au pas - une de ses obsessions- de sa vision de l'histoire, et bien sûr des Juifs, de son obsession à leur encontre. En juillet 1941, Rosenberg fut nommé ministre pour les Territoires occupés de l'Est. Il travailla à la mise en œuvre idéologique de la politique d'occupation. Il fut donc responsable des horreurs qui furent commises en Europe orientale.

Le journal est passionnant parce qu'il permet de rentrer dans la tête de Rosenberg, de voir le développement de sa pensée, de son fanatisme. Il montre que l'auteur ajoué un rôle important dans la politique étrangère nazie, en particulier vers les Balkans et les pays
nordiques. Il donne aussi des détails sur la vie quotidienne des hauts-dirigeants nazis: Rosenberg était un familier d'Hitler, il déjeunait fréquemment avec lui. Alfred Rosenberg organisa le pillage systématique des œuvres d'art et du patrimoine culturel
à travers toute l'Europe occupée. Il fut particulièrement actif en France où 100 000 œuvres furent volés. Il raconte fièrement ce gigantesque vol organisé dans son journal.

Le Journal est important aussi pour comprendre la situation en France occupée: Rosenberg était obsédé par la France, l' « ennemie héréditaire» de l'Allemagne. Il exprime à cet égard quelle fut sa joie de faire un discours devant les officiers allemands postés en France réunis dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale .... 

Jean-Marc Dreyfus. Historien, Maître de conférences à Manchester. Spécialiste de la Shoah, Jean-Marc Dreyfus s'est fait connaître notamment par l'ouvrage coécrit avec Sarah Gensburger Des camps dans Paris, Austerlitz, Lévitan, Basssano. Pour la bonne compréhension du Journal et du rôle de Rosenberg en France, Jean-Marc Dreyfus signe l'Avant-propos à l 'édition française du journal.

Alfred Rosenberg, Journal 1934-1944. Présenté par Jürgen Matthäus et Frank Bajohr. Flammarion, septembre 2015.

acheter-sur-amazon

A lire sur le forum



Discuter de cet article sur notre Forum Histoire